L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Abricotier

1

Nom commun : 

Abricotier

Nom latin : 

Prunus armeniaca

Autres noms : 

pomme d'Arménie

Famille : 

Rosacées

Origine : 

Mongolie, Dzoungarie

Taille : 

4 - 7 m (8 m au maximum)

Description


Abricot vient de l'arabe "al-barqûq" = prune (emprunté au grec tardif "praikokion", lui même dérivé du latin "praecoquum" = fruit précoce). Consommée en Chine depuis plus de 4000 ans, l'abricot est mentionné dans ce pays depuis 2400 ans, mais il n'aurait été vraiment cultivé que trois siècles avant notre ère. De l'Extrême-Orient, il passe, grâce aux caravanes chinoises, en Asie Occidentale, sur les rives de la Mer Caspienne, chez les Parthes où il devint, par la suite, l'arbre emblématique de l'Arménie: les vergers d'abricotier d'Arménie étaient célèbres dans l'Antiquité sous le nom de "pruniers d'Arménie". L'abricotier arrive ensuite chez les Grecs et les Romains (premier siècle de notre ère). Ce sont ces derniers qui le nommèrent "Armeniacum malum" = fruit d'Arménie. Ils le diffusèrent sur le pourtour Méditerranéen. La Syrie compta jusqu'à une vingtaine de variétés d'abricot qui étaient l'objet d'une véritable vénération au point que les Oulémas de Damas se mettaient en congé à l'époque de la fructification. Les Arabes l'importe en Espagne au Xe siècle. Au XVe siècle, le bon roi René l'aurait introduit en Provence.
L'abricotier a une silhouette arrondie, avec des rameaux tortueux, dressés ou étalés. Très tôt (mars) et avant la feuillaison, il se couvre de fleurs d'un blanc-rose, solitaires ou par paires. Elles sont sensibles au gel tardif. Ses feuilles alternes, caduques et lisse (vert foncé) sont curieusement enroulées en cornet au début. Elles sont d'un beau vert luisant, cordiformes et dentelées: elles sont enroulées longitudinalement avant leur épanouissement. Le pétiole est muni de glandes rougeâtres au sommet. L'abricot est normalement jaune orange, avec parfois des nuances de rouge ("Rouge du Roussillon").
Le bois de l'abricotier, rarement ouvragé, est dur, lourd, d'un gris sale mêlé de jaune et de rouge.
En perçant un trou dans le noyau, les enfants s'amusent à le transformer en sifflet. Il n'est pas rare de trouver des tas de noyauix rongés par des campagnols ou des mulots au pied des arbres. Notre association "jardin-et-ecotourisme" présente une exposition sur les traces animales qui en contient toute une collection, à côté des noyaux de cerises.

CULTURE:
Il est surtout cultivé dans l'aire de la vigne. De plein vent ou en espalier, il n'aime pas les terres humides ou compactes (argileuses). Cet arbre ne pousse bien que sur les terres calcaires. Il redoute les gelées (floraison précoce) et les brumes de printemps. Dans le Nord, il faut le planter à l'abri d'un mur exposé à l'est ou au sud. Dans notre jardin de la biodiversité, nos essais à partir de semis de noyaux se sont tous révélés décevantsIl est greffé sur divers porte-greffes: prunier Reine-Claude et parfois amandier franc, pêcher franc et sur... lui même (abricotier franc) dans la moitié sud de la France , prunier Saint-Julien dans la moitié Nord. Nous conseillons: le gros abricot commun (l'une des variétés vigoureuses les plus anciennes; introduit d'Italie au XVe siècle. Si vous souhaitez une récolte précoce (mi-juillet): le précoce Espéren et le précoce de Boulbon. Et pour des fructifications tardives (mi-août): l'abricot pêche (obtenu vers Nancy au XVIIIe siècle; fruits très gros et savoureux) et l'Alberge (le seul qui se reproduit bien par semis car proche de l'abricotier primitif, donc à petits fruits et de plein vent)..


Application en phytothérapie


Au Moyen-Age, les médecins arabes l'accusaient de susciter divers maux, ce qui était bien sûr faux.
C'est le fruit idéal pour les surmenés, les nerveux, les anémiés et -parait-il- les intellectuels fatigués.
Ses puissantes propriétés anti-anémiques, nourrissantes et dépuratives s'expliquent par la richesse en vitamines (A, B1, B2, B3, B5, C, PP et surtout B12), en magnésium, en calcium, en phosphore et en fer (donc régénérateur des cellules et combat l'anémie) et en sucre facilement assimilable (fructose). Cru et frais, il lutte contre les diarrhées; mais, sec, il est laxatif (comme les pruneaux). Son jus frais est recommandé aux nourrissons et aux adolescents (vitamine A pour la croissance).
Par ses propriétés tonifiantes, adoucissantes et astringentes, la pulpe bien mûre est un produit cosmétique, utilisée en masque (2 fois par semaine pendant 10 minutes) qui a un grand retentissement sur la beauté et l'esthétique des peaux fatiguées et atones: effet anti-âge, antirides, anti-radicalaire, anti-vieillissement. L'abricot est considéré comme l'aliment de la longévité (Fontenelle) du fait de son action de régénération et d'entretien des tissus
De son noyau, on peut tirer une huile qui servaient, jadis, à soigner les hémorroïdes, les maux de nez et d'oreilles et qui, aujourd'hui, redonne (par massage) de la douceur et de l'élasticité aux peaux fatiguées et sèches.


Les recettes de cuisine


DÉCONSEILLÉ AUX FOIES SENSIBLES ET AUX ALLERGIQUES (comme la fraise!). L'abricot ne murit plus une fois cueilli: il doit donc être cueilli à parfaite maturité et il faudra alors le disputer aux vespidés qui l'apprécient aussi beaucoup à ce stade de maturation. Trop précocement cueilli, il n'a guère plus d'intérêt gustatif qu'un navet! Après le premier plaisir de déchirer le velours qui l'habille, la bouche s'étonnera des succulences libérées: on comprend alors mal la méfiance des médecins médiévaux (notamment arabes) à son encontre.
Il stimule l'appétit. Il se mange cru (frais ou séché). Frais, sa valeur énergétique est de 45 Cal/100g; séché, 277 Cal/100g. On le cuit avec des viandes (tagine), en soupe sucrée au vin (Allemagne), en fruit confit, en confitures... L'amande du noyau (si elle est douce) se mange (avec modération toutefois): elle est utilisée alors en confiserie et comme pâte d'amande. Mais, le plus souvent, elle est amère à cause de l'amygdaline qui libère de l'acide cyanhydrique: alors, après l'avoir plongée dans l'eau bouillante (ou sous l'action de la chaleur ou de la pression), un adulte peut -à la rigueur- en manger une. Des accidents MORTELS ont été signalés avec des enfants! A la pression (et à la chaleur), l'acide cyanhydrique disparaitrait, parait-il, par volatilisation et l'huile obtenue (ainsi que les tourteaux) serait inoffensive. On pourrait alors s'en servir pour parfumer les macarons et les liqueurs.

RECETTES DE LA CONFITURE, DE LA GELÉE, DU SIROP, DE LA LIQUEUR ET DU SORBET D'ABRICOT (bien mûr): voir la fiche "ronce" rubrique "recettes de cuisine" (on remplace simplement les mûres par les abricots dans ces recettes). Pour communiquer un petit goût d'amandes aux confitures, vous pouvez mettre des noyaux concassés durant la cuisson et que vous retirez à la fin de celle-ci.

RECETTE DE LA LIQUEUR DE VIEUX GARÇON (à réserver aux petits abricots):
La recette est donnée sur la fiche "merisier" à la rubrique "les recettes de cuisine".

RECETTE DE L'ABRICOT FLAMBÉ A LA POÊLE:
Dans une poêle, mettre un abricot: selon vos goûts, il est coupé en deux ou en rondelles, voir même écrasé en purée. Saupoudrer de sucre fin. Chauffer pour caraméliser le tout. Flamber avec un alcool (calvados, armagnac).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.