L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Agrumes

1

Nom commun : 

Agrumes

Nom latin : 

Hespérides

Autres noms : 

Calamondin, oranger, pamplemoussier, citronnier, kumquat, poncirus trifoliata (oranger trifolié)

Famille : 

Rutacées

Origine : 

Sud-Est asiatique (Chine, Nord-Est de l'Inde, Malaisie, Océanie)

Description


VOIR LES FICHES CALAMONDIN, CITRONNIER, KUMQUAT, MANDARINIER, ORANGER, PAMPLEMOUSSIER et POMELO, PONCIRIER...(tous ces arbustes se trouvent exposés sur notre "terrasse fruitée").
Sur la vidéo tournée dans notre jardin de la biodiversité par TV 7 (dont le lien d'accès se trouve en page d'accueil), vous découvrirez une séquence concernant certains agrumes au bout de 5'15".

Agrume vient du latin acrumen = âcre.
Il est difficile de retracer une histoire des agrumes car le vocabulaire désignant les différents citronniers et orangers est assez ambigu.
La majorité des agrumes proviennent du pied de l'Himalaya. Le premier à quitter ce berceau fut, il y a près de 2500 ans, pour l'Europe, via la Perse: le Cédratier Citrus medica, arbre épineux donnant de gros fruits verruqueux et jaunes. Cinq siècles avant Jésus-Christ, les Chinois connaissaient le fruits des Citrus. Les agrumes exportés d'Extrême-Orient par les caravanes, furent cultivés très tôt en Asie occidentale. C'est probablement à Alexandre le Grand que l'on doit l'introduction des Citrus en Europe. En tout cas, au premier siècle de notre ère, le cédrat ou "pomme de Médie" (très gros citron peu acide), et probablement l'orange amère, sont bien connus des Grecs et des Latins. Vers le Xe siècle, on sait que les Arabes cultivaient le limonier (= le citronnier) en Égypte et en Palestine, d'où le rapportèrent les croisés. Quant à l'oranger, il fut longtemps connu sous sa variété amère: ce sont les Arabes qui répandirent l'oranger doux en Afrique du Nord et en Espagne.
Tous les Citrus possèdent une peau ponctuée de minuscules poches remplies d'essence. Sous cet épicarpe (le zeste), une deuxième peau blanche et fine protège le fruit, divisé en quartiers remplis de jus plus ou moins acide (acrumen) et de graines.
Il semblerait qu'il n'y ait eu à l'origine que trois espèces botaniques de Citrus qui n'existe plus à l'état sauvage: le cédratier Citrus medica (et sa variété difforme "la Main de Boudha"), le mandarinier Citrus reticulata, le pamplemoussier vrai Citrus maxima. On peut y ajouter deux Rutacées: le kumquat et le poncirier.
Tous les autres membres de la grande famille des agrumes est proviennent de "mariages mixtes" puisqu'ils acceptent les croisements de deux espèces différentes. L'homme utilise cette propriété pour créer sans cesse de nouveaux agrumes. Chaque nouvelle création est baptisée et protégée par des appellations contrôlées. Ainsi, la "Maltaise" a pris le nom de la maitresse du créateur, un jardinier de Tunis!
Le bigaradier ou orange amère, ancêtre de toutes nos oranges douces (voir la fiche "oranger"), résulte du croisement du pamplemoussier et du mandarinier.
Chaque balcon et chaque terrasse devraient avoir une potée d'agrumes pour évoquer le ciel bleu et ressentir la sensation de la chaleur méditerranéenne.
Lors de nos sorties éco-touristiques et de nos balades dans la nature en Gironde, nous avons été impressionné par la collection d'agrumes située dans les serres du jardin botanique de Bordeaux-Bastide que nous vous invitons à aller découvrir sur place: Kumquat Nagami Fortunella margarita (HE1), oranger amer Citrus aurantium (HE2), mandarinier Citrus reticulata (HE3, HE7), Citrus aurantifolia xfortunella (HE4), Cedratier Poncire de Collioure Citrus medica (HE5), Pamplemoussier Citrus grandis (HE6), combawa Citrus hystrix (HE8), Mandarinier Satsuma panaché Citrus unshiu variegata (HE10), calamondin panaché Citrus madurensis (HE11), Microcitrus australasica (HE12), mandarinier délicieux Citrus deliciosa (HE13), pomélo Citrus paradisi (HE14), orangers Citrus sinensis (HE15, HE16), cédratier Main de Boudha Citrus medica (HE17), lime de Tahiti Citrus latifolia (HE18).
Pour des informations complémentaires, consulter le site Web de la station INRA de St Giuliano (Corse).

Quelques conseils pour l'amateur d'agrumiculture!
Ces jeunes vieillards (nanifiés dans leurs bacs) sont toutes des « plantes-nomades»: exposés dehors à la belle saison, ils migrent dans la véranda ou le garage en hiver. Sol de pH 7-7,5, profond (supérieur à 1 m: ce qui n'est pas le cas dans nos pots hélas!), riche en sels minéraux (Zn, N, Mn, Bo, Fe, Mg, Cu). Les éléments peu mobiles (Ca, Mg, P) sont apportés au départ (fumure de fond); les autres éléments plus mobiles (K, N) sont apportés en fonction du lessivage.
Les agrumes apprécient l'humidité (mais laisser sécher entre deux arrosages), sauf en juin (pour induire la floraison). Ils sont très exigeants sur la régularité des apports en eau (1500 mm d'eau/an).
Arrosez avec de l’'eau de pluie car le calcaire bloque l’'assimilation du fer (sinon, ajouter du chélate de fer ou du purin d‘'ortie).
Ils aiment avoir leurs racines à l’'étroit dans une terre légère, bien drainée et profonde (1 m).
Même si certains agrumes sont rustiques jusqu'en dessous de -8°comme le poncirier ou le mandarinier Satsuma Citrus unshiu (la photographie de droite représente l'exemplaire He 10 dans la serre du jardin botanique de Bordeaux), les exigences au niveau des températures sont les suivantes: une période suffisamment longue à plus de 13° pour la maturité des fruits, des températures hivernales de 10° (mais un hivernage entre 5°et 10° suffit pour les plus courants d'entre eux, sauf le calamondin), le reste de l’'année: au moins 22° et une moyenne annuelle de 14°. En Europe, ces conditions correspondent à la latitude de 41° en Espagne et de 43-44° en Italie (Ligurie). Les températures basses, au moment de la maturation des fruits, sont bénéfiques sur la coloration des oranges et des mandarines. En été, ils sont exposés au soleil le matin et à mi-ombre l'’après midi.
En février (ou avant), pincez régulièrement les pousses dès qu’'elles ont deux feuilles car les fruits apparaissent sur les nouvelles pousses de l‘année. Chaque année, surfaçage avec du compost. Une période de froid (sauf pour le calamondin) est indispensable pour induire la floraison. Mettez un voile pour protéger de l’'ardeur du soleil printanier.
La présence d’'aleurodes est le signe d'’un manque d’'aération: des triangles en plastique gluants et jaunes ont été placés pour les piéger. Par contre, si les feuilles sont grisâtres (= acariens), c’'est que l'’air est trop sec (solution: brumisez matin et soir). Traitement à la bouillie bordelaise contre le botrytis, en hiver. Au pied, le marc de café et l’'ail servent d'’insectifuge.
Le mal secco se traduit par un brutal dépérissement des branches. A l'intérieur, une trace rose confirmera le diagnostic. Pour y remédier, il n'y a pas d'autre solution que de couper le rameau 50 cm en-dessous du mal et de désinfecter outils et plaie.



Application en phytothérapie


Les analyses modernes ont montré l'intérêt exceptionnel des agrumes et notamment du citron dans divers domaines: aérophagie, asthénie, cancer, coeur, cellulite, déminéralisation, digestion, cure de printemps, fièvre, grippe, peau (citron sur visage = détergent des peaux grasses, élimination des points noirs, atténuation des taches de rousseur), scorbut (efficacité pour l'enrayer découverte par le médecin de la Royal Navy, James Lindt, au XVIIIe siècle, mais ce n'est qu'en 1932 qu'on comprit pourquoi: 30 à 50 mg de vitamine C/100 g d'agrume!), sommeil, tension, vieillissement, vomissement.
Plutôt hypocalorique (40 Cal/100 g) avec 0,1 mg de carotènes/100 g, 40 mg de calcium/100 g et un tout petit peu de magnésium (10 mg/100 g).





Les recettes de cuisine


ATTENTION AUX FEUILLAGES! Il peut provoquer des allergies de contact (dermites douloureuses), à peine touché, surtout par temps chaud et si on transpire, à cause des furanocoumarines (ou psoralènes). Les cloques peuvent rester plusieurs mois (hyperpigmentation résiduelle)!
Sauf si le contraire est mentionné, tous les agrumes sont traités, en surface, par l'un des trois produits chimiques (fongistatiques) "autorisés": l'orthophénylphénol, l'orthophénylphénate et surtout le diphényl ou au thiabendazole; aussi est-il préférable de cultiver ses propres fruits de manière biologique si vous voulez utiliser les zestes.

RECETTES DE LA CONFITURE, DE LA GELÉE, DU SIROP, DE LA LIQUEUR ET DU SORBET D'AGRUMES: voir la fiche "ronce" rubrique "recettes de cuisine" (on remplace simplement les mûres par les agrumes épépinés et coupés en morceaux dans ces recettes).

RECETTE DE LA LIQUEUR DE VIEUX GARÇON (de préférence pour les petits fruits, comme les kumquats et les calamondins):
La recette est donnée sur la fiche "merisier" à la rubrique "les recettes de cuisine".

RECETTE DES AGRUMES CONFITS: voir la fiche "angélique", à la rubrique "recettes de cuisine" (cette préparation convient très bien aux calamondins, kumquat et mandarines).

RECETTE DES BONBONS AUX FLEURS D'AGRUMES: voir la fiche tilleul (même principe que la "RECETTE DES BONBONS AUX FLEURS DE TILLEUL").
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.