L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Angélique archangélique

1

Nom commun : 

Angélique archangélique

Nom latin : 

Angélica archangélica

Autres noms : 

Ginseng de l’'Occident, Angélique vraie, Angélique des jardins, Herbe aux anges, Herbe du Saint-Esprit, Angélique médicinale , Angélique officinale, Archangélique angélique de bohème

Famille : 

Apiacées

Origine : 

Europe du Nord

Taille : 

1 à 2 mètres

Description


Le nom de cette splendide plante au port altier vient du fait qu'on croyait, jadis, qu'elle avait le pouvoir magique des anges: ce serait d'ailleurs un ange qui aurait dévoilé aux être humains le pouvoir de cette plante d'éloigner le mal et de faire le bien en guérissant tous les maux! Plus précisément, selon la légende, ce serait l’'archange Raphaël qui l'’aurait fait découvrir à Charlemagne pour guérir son armée atteinte par la peste lors du siège de Milan. Ignoré des Grecs et des Romains, elle n'est vraiment cultivée dans les monastères européens qu'à partir du XVe siècle. Après la Suède (qui couronnait ses poètes de ses feuilles), elle atteint l'Europe centrale vers le XIVe siècle. Les mendiants enduisaient leurs plaies avec le suc de cette plante (et aussi celui de la clématite des haies): cela provoquait des ulcères qui apitoyaient davantage les éventuels donateurs. Il est vrai que, pour les personnes allergiques, son feuillage peut provoquer des brûlures et des dermites, même sur une peau saine, au contact du soleil, comme beaucoup d'Apiacées (berce, persil, âche). On raconte que les joueurs d'échecs russes et américains porteraient comme talisman une racine d'angélique.
Ce n'est qu'au XIXe siècle qu'on a fait des plantations d'angélique. De nos jours, en France, l'angélique archangélique se rencontre à l'état sauvage dans les Alpes et les Pyrénées (avec l'A. panicii).

Bisannuelle ou trisannuelle, elle fleurit la deuxième ou troisième année, puis la plante meurt. L'angélique archangélique possède des ombelles remarquablement sphériques, secrétant un nectar musqué, fort et épicé qui attire les insectes. Les étamines de ses fleurs hermaphrodites sont situées à la jonction des cinq pétales libres et blancs de chaque fleur.

Sa saveur est amère, âcre et piquante. Elle est très prisée chez les Britanniques.

Les tiges confites sont encore fabriquées à Niort: c'‘est dans cette région qu‘'on commença à la cultiver pour se protéger de la peste. Les tiges creuses peuvent également servir de sarbacanes en utilisant les propres fruits de l'angélique comme projectiles! De grandes gaines foliaires renflées entourent les tiges.
Dans un pot-pourri, les graines jouent le rôle de fixatif du parfum.
Nous recommandons cette plante imposante non seulement pour ses valeurs gustative et médicinale, mais aussi décorative: elle a toute sa place en fond de massif.

Lors de nos sorties éco-touristiques et de nos balades dans la nature en Gironde, nous avons trouvé d'autres angéliques. L'angélique sauvage la plus courante est l'ANGELIQUE DES BOIS A. sylvestris qui se prête aux mêmes utilisations (saveur plus corsée). Elle peut vivre 7 à 8 ans et elle ne fleurit qu'une seule fois, juste avant de mourir.
Dans notre région, pousse une autre angélique sur les bords de la Gironde, de la Dordogne et de la Garonne (dans la zone de balancement des marées): la trop rare ANGELIQUE DES ESTUAIRES A. heterocarpa (2 m). Elle peut être confondue avec l'oenanthe safranée et surtout l'angélique des bois (port identique), mais cette dernière a des folioles plus larges, une floraison plus tardive et un fruit différent (uniforme, bordé d'une large aile membraneuse, ondulée, plus large que le corps du méricarpe chez A. sylvestris). Chez A. heterocarpa, le fruit est variable (d'où son nom d'espèce "heterocarpa"), mais (en général) il a des ailes plus étroites que le fruit lui même. Les choses se compliquent quand les deux angéliques s'hybrident! L'angélique des estuaires est une hydrophyte oligohaline (elle ne tolère qu'une faible salinité): elle pousse dans la zone de balancement des marées, sur la vase compacte, souvent en sous-bois pour éviter la concurrence d'autres végétaux herbacés. Sa zone de répartition mondiale est très limité&e puisqu'on ne la trouve que dans notre estuaire de la Gironde (jusqu'au coeur de Bordeaux au niveau du parc des Angéliques) et également ceux de l'Adour, de la Charente et de la Loire. C'est dans l'Indre qu'elle été découverte en 1886 par le botaniste Lloyd James. Ne manquez pas sa floraison estivale (juillet-août).

Les autres espèces présentes sur le littoral français sont : Angelica archangelica L. subsp. archangelica et Angelica razulii Gouan. Il est fort possible que des complexes d'hybridation existent avec ces espèces qui seraient à confirmer par des études génétiques.
Attention à ne pas la confondre avec l'aconit et la grande cigüe: les feuilles de cette dernière, pluripennées et plus fines, dégagent une désagréable odeur de souris.

Culture de l'angélique archangélique:
L'angélique archangélique aime avoir la tête au soleil et les pieds dans un sol humide, riche (fumure), frais, glaiseux, profond, à mi-ombre ou orienté à l'Est. Compte tenu de la très faible durée germinative des graines (6 mois au maximum!), ne tardez pas à les semer dès qu'elles sont formées (août) et avant l'hiver (les semences ne germent que sous l'action du gel, même passagèrement).

Application en phytothérapie


LA CONSOMMATION DE TROP GRANDES DOSES PEUT NUIRE A LA SANTÉ, surtout pour les diabétiques et les femmes enceintes. Le contact de sa sève, au soleil, peut provoquer des éruptions cutanées chez les personnes prédisposées: les photodermatoses (provoquées par les furocoumarines).
Ses précautions étant prises, c'est une vraie panacée (à l'égal du ginseng chinois): pendant longtemps, on pensait pouvoir en extraire un élixir de longue vie (mâcher sa racine prolongerait la vie, selon Annibal Camoux, un niçois du XVIIIe siècle qui connut Louis XIII, Louis XIV et Louis XV et atteignit 120 ans en mâchant quotidiennement de la racine d'angélique!): beaucoup de gens croient toujours que l'angélique (avec le fumeterre et le frêne) fait partie des plantes qui rendraient centenaires!! Présente dans le rhizome, les tiges et les graines, l'huile essentielle (angélicine) est efficace pour beaucoup de problèmes digestifs (apéritif, carminatif, dépuratif).

Une infusion de feuilles guérit des spasmes (toux), des bronches encombrées, du manque de tonus et, parait-il, des rhumatismes. On peut sécher lentement et difficilement les feuilles à condition de ne jamais dépasser 35°.
Quant à l'’infusion de ses racines ou de ses semences, elle est cordiale, apéritive et sudorifique. La racine de "l'herbe aux anges" (!)contient des oestrogènes qui justifient ses vertus aphrodisiaques qui concurrenceraient celles du ginseng chinois. On murmure que leurs propriétés tendent le désir et gonflent la libido.
En usage externe, les fruits ont servi à combattre les poux!
Côté cosmétique, la macération pendant plusieurs jours de tiges dans l'eau permet d'obtenir une eau de toilette, servant aussi à nettoyer les dents.


Les recettes de cuisine


ATTENTION! LORS DU RAMASSAGE, NE PAS LA CONFONDRE AVEC LA TOXIQUE ACONIT (empoisonnements signalés dans les Pyrénées).
A l'exception des spécialités de Niort (mais il parait que celles de Chateaubriand seraient meilleures), les tiges d'angélique vendues dans le commerce ne sont pas réalisées, en général, avec cette plante: ce sont d'autres légumes (comme des raves!) artificiellement colorés.
Les fruits verts peuvent servir de condiments. Stimulants digestifs, ils aromatisent soupes, poissons, viandes, pâtisseries et liqueurs (graines dans le vermouth et la chartreuse) de leur saveur chaude, puissante et excitante.
Racine et fruits sont distillés pour extraire une huile qui sert d'ingrédient de base à la fabrication de diverses boissons: gin (graines), Bénédictine, "Eau de Mélisse des Carmes", vin et ratafia d'angélique, "Liqueur de la Grande Chartreuse", vespétro...
Au Groenland, les jeunes tiges pelées et coupées sont servies dans du lait pour accompagner la morue. On peut aussi les manger crues (nature, en croque-sel ou assaisonnées en salade).

RECETTE DES BRANCHES D'ANGÉLIQUE CONFITES:
Sectionner les tiges et enlever les parties trop fibreuses. Commencer par un blanchiment rapide de ces tiges à l'eau bouillante (pour enlever l'amertume), puis immerger ces tiges dans un sirop de sucre que l'on concentre peu à peu en le chauffant à trois reprises pendant un quart d'heure à chaque fois. On procède de même pour réaliser des tiges confites de maceron et de rhubarbe, ainsi que pour les fruits confits (certains agrumes, cerise, châtaigne, jujube, pignon, arbouse) et pour les racines (onagre, gingembre). On conserve ces produits au congélateur pendant plusieurs mois.
AUTRE RECETTE AU FOUR:
Préchauffer le four à 150° (thermostat 5). Retirer les fils les plus fibreux des tiges. Couper des tronçons d'angélique (dés de 2 à 3 cm long) et les déposer sur un papier d'aluminium. Saupoudrez de sucre: pour 500 g d'angélique, mettre 100 g de sucre (de préférence brun et non raffiné). Il faut moins de sucre si vous ajouter des épices ou de la peau d'orange. Couvrez. Passez au four pendant 20 minutes. C'est tout et c'est vraiment très bon! Si vous n'aimez pas le sucre, remplacez-le par du miel, du sirop (d'érable, de riz, d'orange ou d'agave).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.