L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Arroche rouge variété Rubra

1

Nom commun : 

Arroche rouge variété Rubra

Nom latin : 

Atriplex Hortensis, Adripia (dans le capitulaire de Charlemagne)

Autres noms : 

Bonne dame des jardins, folette, belle-dame, érode, prude-Femmes, chou d'amour

Famille : 

Amarantacées

Origine : 

Sud-est européen et sud-ouest asiatique (Asie centrale et Sibérie)

Taille : 

0,5 à 2 m

Description


Les arroches rappellent les chénopodes (au toucher aussi farineux). Mais, les fleurs des arroches sont entourées de deux petites feuilles triangulaires qui n'existent pas chez les chénopodes. Les arroches sauvages, comme l'arroche étalée Atriplex patula et l'arroche hastée A. astata, se récoltaient pour être consommées crues ou cuites dans l'Antiquité sur le pourtour méditerranéen (et par les Polonais jusque vers 1950). On considère que ce serait le plus ancien légume-feuilles. Hippocrate la recommande pour accroitre la fertilité et combattre les maux féminins en général. Elle était très cultivée dans notre pays au Moyen-Age: Sainte-Hildegarde louait ses vertus digestives. En 1869, une étude de William Robinson montre qu'elle faisait partie de l'étalage ordinaire des marchés parisiens, au même titre que le chénopode ou le chou marin, tous tombés en disgrâce après la Première Guerre mondiale. L'actuel regain de faveur pour l'arroche rouge doit probablement beaucoup à son intérêt ornemental.
Nos trois variétés actuelles d'Atriplex hortensis (vert pâle, vert foncé, rouge) proviennent probablement de ces ancêtres sauvages. La variété rouge est la plus décorative. Très répandue dans les jardins en Europe sous sa forme blanche ou rouge (à cause d'un pigment: l'anthocyane), l'arroche a été peu à peu remplacée par l’'épinard. Bien qu'encore pratiquée dans le nord de la France, sa culture est généralement abandonnée au XXe siècle et la plante est même considérée comme une mauvaise herbe! Récemment, elle est revenue un peu à la mode.
L'arroche rouge a une tige cannelée, des feuilles triangulaires, pourpre-violacée, cloquées et légèrement pruineuses dessous. En août, les fleurs petites et sans pétale apparaissent en grappes. Les graines sont plates et largement ailées (durée germinative: 5 ans). Pour profiter de son feuillage plus longtemps, rabattez les sommités fleuries le plus tôt possible et recommencez tous les huit jours. Vous pouvez aussi réaliser des semis successifs toutes les trois semaines. Elle se récolte déjà deux mois après le semis, feuille par feuille, avant le floraison (après, elles sont plus dures). Les feuilles perdent alors partiellement leur couleur rouge. Comme elle résiste assez bien au soleil, l'arroche sert de pare-soleil pour les autres plantes.

En ville, on trouve l'arroche étalée Atriplex patula et l'arroche couchée Atriplex prostata.
Sur les hauts de plage, on trouve deux arroches annuelles: l'arroche du littoral Atriplex littoralis (feuilles linéaires étroites, vert rougeâtre) et l'arroche des sables Atriplex lasciniata ((feuilles larges argentées farineuses sur les deux faces; elle se rencontre aussi sur le sable éloigné des côtes).
Sur notre littoral, pousse aussi la seule arroche ligneuse: l'arroche marine Atriplex halimus, aux feuilles persistantes blanc-argenté. Ce buisson touffu (1 à 2 m de haut) est souvent planté en haie brise-vent le long du bord de mer.
Enfin, deux espèces sont rudérales avec des rameaux étalés au sol: Atriplex hastata, Atriplex patula.

CULTURE:
Bien arroser pour retarder la montée à graines. L'arroche n'aime ni la chaleur, ni la sécheresse. Semis en sol frais, riche en humus, plus facile à cultiver que l'’épinard (surtout en été). Espacement de 30 cm. Le rendement est supérieur à celui des épinards. Pincer la tige pour l'obliger à se ramifier. La montaison à graine de l'arroche est bien plus lente que chez l'épinard.

Application en phytothérapie


Il est regrettable qu'on la néglige: son jus est riche en vitamine C, carotène, fer, calcium, magnésium, phosphore. Elle est aussi diurétique (drainage des reins et de la vessie), émolliente (transit intestinal) et rafraichissante.


Les recettes de cuisine


Au jardin de la biodiversité de Mérignac, nous apprécions beaucoup le goût salé des feuilles très fraiches dégustées nature. Il faut consommer les feuilles crues sitôt cueillies car elles se fanent vite. Mélangée à l'oseille, l'arroche en atténue l'acidité. Crues, les feuilles agrémentent les salades et les crudités (du beau et du bon: couleur rouge, saveur iodée) et sont efficaces contre les maux de gorge et la jaunisse. Comme les épinards, les feuilles coupées ne se conservent guère.
A la cuisson, les feuilles au goût d'‘épinard remplacent ce dernier à une époque de l'année où il se fait rare. Leur saveur est alors douce car elles contiennent moins d'acide oxalique. On les sert aussi braisées en branches, étouffées dans le beurre, dans les tartes et les soufflés. Blanchies et congelées, les feuilles se conservent un an.
Les Amérindiens d'Amérique du Nord broyaient les graines pour les transformer en farine.

RECETTE N°1 DE LA SOUPE A L'ARROCHE:
Faire revenir un oignon émincé avec 250 g de feuilles d'arroche dans de l'huile. Ajouter 200 g de pomme de terre coupées en dés. Faire cuire un quart d'heure dans l'eau frémissante. Passer au mixer pour obtenir la consistance souhaitée, en ajoutant une cuillerée de crème fraiche. Servir avec des croutons grillés frottés avec de l'ail.
RECETTE N°2 DE LA SOUPE D'ARROCHE (avec plus d'ingrédients): voir la fiche "lamier blanc" (dans la recette de la soupe de lamier blanc, remplacer le lamier blanc par l'arroche).

Outre les arroches déjà signalées dans le paragraphe "description" ci-dessus, on peut récolter d'autres arroches poussant dans la Nature: A. glabriuscula et le pourpier de mer ou "épinard de mer" A. halimus (en bordure de mer; bien faire cuire ses feuilles qui sont un peu irritantes crues).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.