L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Bardane (Grande)

1

Nom commun : 

Bardane (Grande)

Nom latin : 

Arctium lappa

Autres noms : 

Oreille-de-géant, glouteron, bouillon noir, gratteron, herbe aux teigneux, gobo (Japon), chou d'âne, glouteron, herbe aux pouilleux, tire-cheveux, peignerolle

Famille : 

Astéracées

Origine : 

Europe

Taille : 

0,50 m à 2 m

Description


Et si vous osiez couper une feuille immense de cette drôle de plante là-bas, au fond du jardin, pour en faire une ombelle naturelle? Et oui, la bardane épanouit ses énormes feuilles sur les terrains riches en azote, frais, profonds, et dans les décombres que se dresse la silhouette haute et trapue de cette bisannuelle (ou vivace de courte vie).
Sa tige vigoureuse et cannelée (rayée de rouge sur sa longueur) se ramifie à son sommet. Sa longue racine pivotante est médicinale et comestible. Ses larges et grosses feuilles (jusqu'à 50 cm de long) laineuses ont un revers gris velouté et une forme en c?ur. Elles sont portées par de longs pétioles creusés en gouttière. On dit que les acteurs de théâtre de l'Antiquité utilisaient les feuilles de bardane en guise de masque pour se couvrir le visage. La deuxième année, de juillet à septembre, les fleurs allant du pourpre au rouge, groupées en lâches corymbes de 3-4 cm*, ont une curieuse allure: à mi-chemin antre la marguerite et le chardon. Elles sont entourées de pointes crochues et raides, fonctionnant comme le velcro (crée vers 1950 par M. De Mestral).
A partir de la fin de l'été, elles laissent la place à des boules constituées de "teigneux" akènes crochus/griffus qui s'agrippent aux vêtements, aux cheveux et aux toisons des mammifères pour se disséminer. C'est après une partie de chasse, en débarrassant son chien de ces boules tenaces, que George de Mestral eut l'idée d'inventer le Velcro qui ira même sur la Lune avec les chaussures des astronautes de la Nasa. En enfonçant des plumes dans les fruits de la bardane, vous les transformerez en fléchettes: fabriquez une cible et que la partie commence!
La présence de bardane dans les friches urbaines est très favorable à la biodiversité: gratte-ciel pour insectes pollinisateurs courtisant les fleurs offrant leurs cadeaux sucrés en fin d'été la deuxième année, herbivores qui rongent les tiges et les feuilles, oiseaux qui consomment les graines.
La bardane est difficile à repiquer à la belle saison. Elle aime un sol profond, frais, fertile. Elle ne pousse pas sur les sols très acides.
* Chez la petite bardane Arctium minus (plus répandue car moins exigeante), les capitules sont plus petits (1,5 à 2,5 cm de diamètre) avec une partie des crochets teintés de rouge et avec les fleurs qui dépassent nettement.

Application en phytothérapie


Le succès médicinal de toutes les parties de la Grande bardane date de l'Antiquité et il ne s'est jamais démenti. Jadis, les graines servaient à traiter le diabète car elles faisaient baisser le taux de sucre dans le sang.
En usage interne, la décoction de racine, en cure de 8-10 jours, est appliquée contre la furonculose.
En usage externe, l'action bactéricide du cataplasme de feuilles écrasées sur la peau aurait guéri Henri III d'une grave maladie cutanée. Il est aussi très efficace sur les rides, le mûrissement des furoncles, l'eczéma, la cicatrisation, les croutes (rougeole), les douleurs de la peau (comme lors des piqûres d'insectes) et pour lutter contre la chute des cheveux.
La bardane est riche en sels minéraux: calcium, fer, magnésium, phosphore, potassium.


Les recettes de cuisine


NE PAS CONFONDRE LA RACINE DE BARDANE AVEC CELLE DE LA TOXIQUE BELLADONE. INTERDIT AUX FEMMES ENCEINTES.
La plante a un goût "terreux" plus ou moins accentué (la saveur de la sélection japonaise "Takinogawa long" rappelle celle du salsifis). Pour les courageux, elle se mange de la tête aux pieds. Si vous épluchez les boutons floraux pour enlever les crochets, vous accéderez au c?ur c'est-à-dire de mini-artichauts. Au printemps et en été, récoltez les jeunes pétioles pour les consommer en les blanchissants ou en les cuisants comme les cardes des poirées, après les avoir pelés.
Les jeunes pousses sont braisées ou ajoutées (broyées) dans les soupes. On mange au croque-sel l'intérieur des jeunes tiges après les avoir pelées; en les cuisant, elle ont la saveur du fond d'artichaut. Les jeunes et tendres feuilles peuvent être accommodées comme des épinards. Plus âgées, elles sont vraiment trop amères. Les feuilles peuvent également être fumées comme le tabac. Ramassées en automne ou en hiver, les racines (non lignifiées), brunes à l'extérieur, sont blanches à la coupe ou une fois pelées, mais elles noircissent à l'air : il faut les conserver dans l'eau citronnée (ou vinaigrée) une fois qu'on les a coupées. On en trouve parfois sur quelques marchés d'Europe sous le nom de "gobo". Quand elles n'ont que 2 cm de diamètre, elles se consomment crues (râpées en salade) ou cuites (bouillies dans l'eau, à la vapeur, frites, sautées, avec une sauce de soja) comme de carottes. Cuites, elles ont un goût d'artichaut et de salsifis, toujours avec cette note "terreuse" de champignon, d'où la nécessité de les assaisonner largement! Torréfiées, elles sont un substitut de la chicorée et du café.

Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.