L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Basilic

1

Nom commun : 

Basilic

Nom latin : 

Ocimum

Autres noms : 

Pistou, plante de Vishnou, balico,herbe royale, orange des savetiers

Famille : 

Labiées

Origine : 

Inde

Taille : 

10 à 50 cm

Description


Basilic vient du grec "basilikos" = royal. Acclimaté et cultivé dans certaines régions méditerranéennes dès la Préhistoire, il lui a fallu du temps pour gagner le reste de l'Europe. Il ne fut réellement cultivé en Angleterre qu'à partir de 1548. De même, il n'a conquis tout notre pays que vers le XVIe siècle. Chez les Romains, c'était l'emblème des amoureux, alors que chez les Grecs, c'était le symbole de la haine, du deuil et du malheur! Chez les Chrétiens, cette plante sacrée orne les autels et parfument l'eau bénite car la tradition veut que le basilic ait poussé autour de la tombe du Christ après sa résurrection. De plus, lors de sa fuite en Égypte, la Vierge Marie dut sa survie à un pied de basilic qui cacha un pan de sa robe. Le cueilleur chrétien de basilic devait obéir à un rituel de purification (main droite aspergée d'eau de trois sources différentes, habits propres, éloignement de tout être impur comme, par exemple, une femme en période de menstruation).
En Inde, cette plante sacrée est plantée autour des temples et des sanctuaires dédiés à Vishnou et Krishna. On en tresse des colliers que portent les fidèles et des guirlandes placées parmi les offrandes.
Ses tiges quadrangulaires dressées portent des feuilles ovales, finement dentées. De toute la plante émane une odeur de girofle (1,5% d'essences: méthylchavicol, cineol, linalol).
Collectionnez le plus grand nombre de variétés possibles, notamment ceux aux feuillages pourpres (Dark Opal, moulin Rouge), ceux aux feuilles plus ou moins grandes, gaufrées ou lisses, au parfum de citron, de cannelle, de citron (voir le paragraphe ci-dessous "culture").
Lors de nos sorties éco-touristiques et de nos balades dans la nature en Gironde, nous avons remarqué que cette plante était encore bien cultivée dans les jardins en Gironde.

CULTURE:
Il se prête bien à la culture en pots et il nous semble qu'on le trouve plus souvent ainsi cultivé sur le rebord des fenêtres que dans les jardins. Comme le vacancier, il a besoin de chaleur/soleil à la tête et d'eau au pied. Mais pas d'excès de chaleur (sinon, il monte à graines) et pas d'excès d'eau: ne pas mouiller les feuilles, laisser se dessécher un petit peu la terre entre deux arrosages. Arrosez à nouveau quand vous voyez que les feuilles s'affaissent. Paillez sur 6-7 cm d'épaisseur.
Pour en récolter durant toute la belle saison, nous conseillons deux semis par an: l'un début mars au chaud, l'autre en pleine terre fin avril. Le semis doit être très clair car cette plante est très sensible à la fonte des semis qui la fait disparaitre en 48 h (aérez et ne pas trop arroser à titre préventif). Les graines minuscules sont déposées sur un sol en surface, à peine recouvertes d'un terreau de semis désinfecté (pas plus de 3 mm de profondeur): remarquez la curieuse réaction qu'elles ont de se gonfler dans les instants qui suivent en s'enrobant d'une gelée translucide et bleutée!
Le sol doit être bien réchauffé (sinon, semer en serre): le basilic germe mieux à 18° et succombe à l'automne quand la température frise avec les 10°. Il peut passer l'hiver en serre, à 16-20°, après l'avoir rabattu. Lors du repiquage printanier, la température extérieure doit être d'au moins 15°, mais ce n'est que vers 25-30° qu'il prospère parfaitement. Il déteste les courants d'air. Il faut des grands pots de 20 cm de diamètre pour le grand basilic. Il a besoin de compost bien décomposé et il faut en remettre en cours de végétation (début d'été). Pincer souvent pour le ramifier et pour obtenir des feuilles plus savoureuses. Si vous les repiquez, sachez que la reprise est assez délicate: l'effectuer au stade jeune pousse (4 feuilles) et faire bien attention à ne pas casser la motte. En pleine terre, laisser un espace de 20 cm entre les plants. Enlever la tige florale dès son apparition: de nouveaux rameaux feuillés se formeront. Attention aux limaces (voir notre rubrique "la bible de l'écojardinier", sous rubrique "traitements ciblés"). Planté à côté des tomates et des poivrons, il favorise leur croissance. Par contre, il faut l'éloigner de la menthe pour éviter les dégâts des ravageurs communs. La rue contrarie aussi son développement. Le basilic éloigne les pucerons les acariens. La durée germinative des graines est longue (8 ans).
Il existe au moins 150 variétés de basilic. Dans les jardins, les deux basilics annuels les plus courants sont: le basilic grand vert O. basilicum (majoritaire; à grandes feuilles de 2 à 5 cm) et le basilic fin vert O. minimum (petites feuilles de 1-2 cm, meilleur encore; il convient bien pour la culture en pot et peut être vivace). Le jardin de la biodiversité présente différents basilics de senteurs, de couleurs (vert, jaune-vert, pourpre) et de formes variées. Le basilic pourpre foncé O. basilicum " purpurascens" au feuillage pourpre germe hélas lentement. O. basilicum "Purple Ruffles" démarre difficilement et il lui faut plus de chaleur que les basilics communs. Le basilic thaï (ou thaïlandais ou sacré) O. basilicum "Horapha" est facile à cultiver (45 - 50 cm) a la saveur de la réglisse et les feuilles teintées de pourpre. Outre le basilic à petites feuilles O. basilicum "Minimum", voici d'autres basilics vivaces: basilic citronné O. basilicum "Citriodorum" (a l'avantage de se ressemer chaque année de lui même si on le laisse monter à graines), O. gratissimum (aux feuilles dentées avec un puissant parfum de girofle) et le basilic sacré O. tenuiflorum(ou O. sanctum, dont les tiges servent à faire des chapelets, d'où ce nom d'espèce).

Application en phytothérapie


A fortes doses, en usage externe, il irrite les muqueuses et, en usage interne, il a un effet narcotique.
Le basilic a des propriétés toniques, antidépressives et antiseptiques. L'infusion de basilic soulage du mal des transports.
Applications: aérophagie, asthénie, céphalée, cheveu, digestion, irritations cutanées (piqûres d'insectes), nervosité, rhume, sommeil, spasmes, toux, vomissement.


Les recettes de cuisine


Les cuisines méditerranéenne (italienne notamment) et thaïe apprécient ses notes poivrées et de réglisse. En cuisine, ajoutez-le au dernier moment, juste avant de servir: c‘'est alors un des rares aromates à renforcer sa saveur au contact du plat (c'est même surprenant dans les pâtes!). Il doit être coupé à la main, pas avec un instrument. Il embellit un simple plat et le transforme en mets incomparable: pâtes, aubergines farcies, canard, tomates en salade, mayonnaise, poisson au court-bouillon, soupe au pistou, salade niçoise, ratatouille, farces, certaines sauces. Jadis, on offrait aux mariés un kit pour la soupe au pistou: le mortier pour l'épouse et le pilon pour le mari! Et, en plus, il y a autant de saveurs différents, toujours subtiles et épicées, qu'il y a de variétés! Nous aimons particulièrement: le basilic de Gênes, au goût piquant, très apprécié en Italie, ainsi que le basilic grec, aux feuilles petites. Les fleurs sont plus parfumées et plus fines que les feuilles.
AVEC UNE SEULE PRÉPARATION, OBTENEZ DEUX PRODUITS: LE BASILIC A L'HUILE ET L'HUILE DE BASILIC! Il suffit de recouvrir
d'huile d'olive des feuilles de basilic charnues, propres et sèches. C'est la meilleure manière de conserver le basilic, car, au congélateur, il ne conserve guère que six mois, enfermé dans du film alimentaire. Et séché, le feuillage perd sa couleur et surtout sa saveur.
BEURRE AUX FEUILLES DE BASILIC:
Mettre 4 poignées de feuilles au fond d'un récipient et par dessus rajouter 100 g de beurre ramolli. Dès le lendemain, vous pouvez récupérer le beurre et le séparer des feuilles. En garder quelques unes pour former un écrin digne d'intérêt.
Au lieu du basilic, essayer aussi des fleurs comestibles: aromates (romarin, ciboulette), souci, oeillet, pimprenelle, rose (éliminer les parties blanches amères).



Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.