L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Cactus

1

Nom commun : 

Cactus

Origine : 

Amérique (du sud du Canada à la Patagonie)

Description


Il existe environ 2000 espèces de cactées et à peu près trois fois plus d'autres plantes succulentes ("gorgées de suc").
Les vrais cactus se caractérisent par la présence d'aréoles: ce sont des cavités circulaires portant des touffes de poils, de feutre ou de laine, aux allures de petits coussins. C'est de là que sortiront les nouveaux segments, les aiguillons (centraux et radiaux), les glochides, les fleurs. Chaque aréole ne fleurit qu'une fois. Très apparentes sue certaines espèces (1,5 à 6 mm), les aréoles sont presque invisibles sur d'autres. Ce seul critère suffit à caractériser la famille des Cactacées: aucune autre famille de plantes ne possède des aréoles. Afin de réduire leur transpiration, leurs feuilles se sont atrophiées et se sont transformées en aiguillons. L'absence presque totale de stomates réduit considérablement l'évapotranspiration. Leur surface est souvent divisée en segments par des côtes qui leur permettent de se contracter lors des périodes de sécheresse (ou de dilater lors des apports d'eau).
Les espèces les plus florifères sont: les mammillarias, les parodias, les echinocereus (rebutias, lobivias, echinopsis), les notocactus et les épiphyllums. Le diamètre des fleurs varie beaucoup: chez certains mammillarias, il est de 1,5 cm alors qu'il atteint 7,5 à 10 cm chez quelques echinopsis. A l'exception du bleu, les fleurs couvrent tous les types de couleurs. Quelques cactées (echinopsis, cereus) ne fleurissent que la nuit et leurs fleurs sont parfumées. Néanmoins, la plupart des fleurs de cactus sont inodores.
La famille des Cactées (les vrais cactus) comprennent environ 150 genres que l'on répartir en sept groupes, classés en fonction de la morphologie des plantes :
- les cereus (cierge verticaux, souvent de bonne taille),
- les echinocereus (trapus; fleurs naissant sur les côtés de la plante),
- les mammillarias (ronds et épineux),
- les opuntias (présence de glochides: minuscules aiguillons se plantant comme des harpons dans la peau),
- les echinocactus (globuleux, aréoles sur les côtes, fleurs apparaissant dans les jeunes aréoles du dessus de la plante), - les pereskias (avec des feuilles!),
les epiphyllums (sans aiguillon, articles aplatis; épiphytes).
Comme nous recevons beaucoup de courriels concernant des conseils de culture des cactus, cette fiche sera essentiellement consacrée aux techniques culturales. Les explications ci-dessous sont d'ordre général tan les possibilités sont multiples. Elles doivent être modulées par l'expérience personnelle en fonction des espèces et des régions.
OU VOIR DES COLLECTIONS "PLEINES DE PIQUANTS" DANS NOTRE RÉGION? cactées et succulentes de Mérignac (depuis 19987; 250 m²; sur rendez-vous au 05.56.34.95.97; 165 avenue des Marronniers), serres du jardin botanique de la Bastide* (Bordeaux) et du jardin Botanique de l'Université de Bordeaux (parc Peixotto, à Talence), serre du Bourgailh (Pessac).
* Notre association jardin-et-ecotourisme organise régulièrement des visites des serres du Jardin botanique de Bordeaux (rive droite) où on été prises deux des photos ci-dessus.

QUI S'Y FROTTE S'Y PIQUE! ALORS, PIQUEZ-VOUS AU JEU DE LA CACTICULTURE!
HIVERNAGE (de mi-octobre à mi-mars)
C'est lors de cette période de repos que l'amateur perd ses cactus: "arrosage en novembre, mort en décembre"! Les plantes sont mieux dehors tant que la température est supérieure à 12° et tant qu'il ne pleut pas. Sinon, il faut les rentrer au sec (PAS D'ARROSAGE, sauf les espèces de forêts à feuilles minces: épiphyllum, rhipsalis, zygocactus), dans un endroit lumineux et aéré (pour éviter la mortelle condensation!). La sécheresse est absolue pour les sujets de grande taille et les plus xérophiles (reconnaissable à leurs racines coniques ou tubéreuses). En cours d'hiver, le cactus va se contracter (ce qui est normal). Toutefois, si vous estimez qu'il a tendance à trop se ratatiner faute d'arrosage, il faut le ramener à la température de la maison (20°) et vous pouvez l'arroser parcimonieusement (par le fond du pot en plaçant ce dernier sur une soucoupe pendant peu de temps ou quelques gouttes sur les bords du pot) avec de l'eau à 20° après avoir réchauffer le cactus à 20° et le mettre en pleine lumière pour que la terre s'assèche le plus vite possible ensuite. Mais, il faut savoir que chaque arrosage est un risque potentiel de perte de cactus (en général). LA POURRITURE DU COLLET par excès d'arrosage (ou par le pou des racines) est la principale cause de perte des cactus. L'atmosphère doit être la plus sèche possible (moins de 50%) car la condensation est mortelle. Si vous gardez en appartement les cactus (même avec une bonne luminosité), il fleuriront moins bien que s'il passe l'hiver en serre froide. Le manque de lumière se traduit par un allongement des pousses qui fragilise le cactus. Les plantes à la santé douteuse passeront l'hiver racines nues.
Température en hiver: 10 - 12° en général (entre 7 et 15°). Aérer les jours ensoleillés. Pas de brusques variations de température. Au delà de 15°, des pousses chétives apparaissent et s'allongent.
Voici maintenant quelques cas particuliers:
- cactus demandant des températures bien supérieures: il faut mettre en appartement les hylocereus, melocactus, discocactus, selenicereus, pilocereus.
- cactus des hauts plateaux se contentant de 0 - 5°: lobivia, matucana, oroga, submatucana, echinocereus (viridoflorus, baileyi, melanocentrus, coccineus, purpureus), maihuenia poeppigii, neobesseya missouriensis, coryphanta vivipara.
- cactus résistant à 0° (à condition qu'il y ait une totale sécheresse): lobivia titicacaensis, chamacereus sylvestrii, mediolobivia pygmea, quelques opuntias (voir cette fiche), coryphanta vivipara.
REMISE EN ROUTE PRINTANIÈRE
Elle sera progressive aussi bien pour l'arrosage que le soleil car la plupart des cactus ont besoin de temps pour s'adapter: pas de soleil direct (qui les grille/brûle à ce moment là de l'année) surtout les jeunes cactus, arrosage quand le cactus manifeste les premiers signes de croissance. Le début du printemps est l'époque des rempotages; la fin du printemps est celle des semis, à 25 - 27° sur du sable humide, recouvert d'une plaque de verre, près d'une fenêtre sans soleil direct. Dès l'apparition des premières plantules, il faudra soulever légèrement la plaque de verre pour aérer. Ne jamais exposer les semis en plein soleil!
ÉTÉ
A cette saison, les cactus marquent souvent une pause dans leur croissance. Ne pas les exposer en plein soleil à la mi-journée (léger ombrage surtout si vous partez en vacances). Les cactus demandant peu de luminosité sont les mammillarias, les notocactus, les gymnocaliciums et les espèces épiphytes des forêts. Par contre, il faut un maximum de luminosité pour les plantes d'altitude (lobivia, mediolobivia, oroya, oreocereus, matucana, submatucana). S'ils sont en serre, aérer au maximum la nuit. Arroser deux fois par mois les plus grosses plantes (et plus souvent les plus petites): immerger le pot dans l'eau quelques minutes et ensuite l'enlever pour qu'il se ressuie car le séchage doit s'effectuer en 24 heures. N'arroser à nouveau que lorsque la terre est totalement sèche. Ils n'ont pas besoin d'engrais (et surtout pas de l'engrais azoté). Juin et juillet sont les mois idéaux pour réaliser des boutures (voir ci-dessous).
Température: D'avril à septembre, nous conseillons: 22 - 25° (inférieur à 38°; supporte néanmoins 40° si ventilation, au besoin avec un ventilateur). On peut planter les cactus dans des boites de conserve peints en noir pour augmenter la température.
Le mois d'août est propice aux semis de cactus de l'hémisphère sud: plantes cailloux, aloe, rebutia, lobivia.
AUTOMNE
A partir de fin septembre, commencer l'endurcissement en diminuant peu à peu les arrosages jusqu'à l'arrêt total. Les soustraire de la pluie, de l'humidité atmosphérique. Vérifier l'état des plantes et effectuer des traitements préventifs/curatifs (par exemple s'il change de couleur, examiner les racines pour voir si elles n'abritent pas de parasites). Pour les cochenilles et les pucerons lanigères, s'en débarrasser en les touchant avec un coton tige imbibé d'alcool à brûler. La pourriture de la souche est provoquée par un mélange terreux trop humide ou trop compact la plupart du temps. Les marques brunes, spongieuses et sèches (situées en dehors de la base) sont des symptômes de blessures causées par de mauvaises manipulations, une trop forte exposition directe au soleil, des variations brutales de température et/ou un manque d'aération. Enfin, attention aux attaques des limaces (protection par cloches en verre ou par bouteille en plastique sans fond)! Quant à la chlorose, elle sera combattue par le chélate de fer ou mieux: le sequestrène plus adapté aux cactus.
ARROSAGE
Les cactus sont des "plantes-chameaux" adaptés aux longues période de sécheresse. Une plante contractée en hiver est un état normal. Trop les arroser les empêche de fleurir! Ce sont donc les plantes idéales pour tout ceux qui oublient la corvée d'arrosage. Néanmoins, les cactus des forêts (cactus de Noël, épiphyllum) ont besoin d'une certaine humidité. Le cas particulier des Aeonium demande de l'eau au printemps (de mars à juin) et en automne (septembre-octobre); le reste de l'année un seul arrosage par mois suffit. L'eau doit être "chambrée" (!) à la température de l'air ou supérieure (pas de choc thermique avec de l'eau venant de sortir du robinet ou du puits). Son pH doit être neutre ou légèrement acide (donc pas d'eau calcaire qui décolore les cactus atteint alors de chlorose). ne pas éclabousser la plante. L'eau de pluie est préférable, mais il ne faut pas laisser sous la pluie les sujets dont les feuilles sont fragiles et petites et celles qui sont recouverts d'une pruine blanche. En été, arroser à l'aube.
SOLEIL
Un cactus exposé en fin d'hiver en plein soleil grille en quelques minutes. Allez-y progressivement...
TERRE LÉGÈRE
Désinfecter votre terre au four ou au bain marie. Mélange conseillé: 2/3 de terreau et 1/3 de sable grossier ou de perlite. Pas de calcaire (sauf certains astrophytums, ariocarpus et strombocactus). Sol acide, mais pas trop. Peu de matières organiques (sauf les cactus épiphytes des forêts, les euphorbes, les cactus colonnaires et les succulentes). Jamais de matières organiques en décomposition pour astrophytum et ariocarpus aux racines fragiles. Par contre, epiphyllum, selenicereus, hylocereus les acceptent. Beaucoup de sable grossier de rivière pour avoir un excellent drainage. Incorporer dans la terre un insecticide (notamment contre le pou des racines). Se contenter de remplacer la couche superficielle pour les gros cactus (pas de rempotage). Les pots sont peu profonds pour les cactus dont les racines sont sensibles à l'humidité. On n'arrose jamais après un rempotage: quelques radicelles étant forcément meurtries, les risques de pourriture sont augmentées. Garnir la base du cactus de cailloux (qui sèchent plus vite que la terre). Une pierre, trois cactus, quelques graviers suffisent pour créer un jardin mexicain improvisé! L'engrais n'est pas indispensable, mais pour la floraison vous pouvez mettre un engrais N/P/K à faible dose de type 4/8/12 ou 5/10/15 quand la température atteint 20° environ.
REMPOTAGE
Dépoter en poussant le caillou bouchant le trou d'écoulement. Recueillir le cactus dans des gants épais (ou une pince à cactus ou dans un rouleau de papier journal). Sinon, casser le pot (surtout si les racines sont fragiles). Examiner les racines: parasites? nécroses? pourriture? Prévoir des grands pots pour les racines charnues qu'il ne faudra pas léser lors du repiquage. Par contre, choisir des petits pots (pour bonsaïs) pour les cactus dont les racines sont sensibles à l'humidité. D'un point vue purement esthétique, vous pouvez aussi jouer sur la symétrie cactus/pot.
BOUTURAGE
Utiliser des gants! A la belle saison, prendre une bouture assez grosse (plus de 2,5 cm de diamètre; au moins 5 cm de long) pour qu'elle ait suffisamment de réserve. Pour la prélever, ne pas l'arracher, mais la couper en effectuant une plaie nette à sa base avec une lame de greffoir désinfectée. A l'endroit où la plante mère a été sectionnée, de nouvelles pousses apparaitront: c'est d'ailleurs un excellent moyen de multiplier les cactées colonnaires qui ne produisent ni rejets, ni rameaux.
Traiter la coupe de la bouture avec du soufre micronisé (ou du charbon de bois) et éventuellement une hormone de croissance (notamment pour les euphorbes qui émettent difficilement des racines). Attendre trois jours qu'elle sèche et se cicatrise en formant un cal (sans l'exposer au soleil). L'enfoncer le moins possible dans le substrat (au besoin, mettre deux tuteurs ou deux cailloux de part et d'autre pour la faire tenir verticalement). On utilisera un mélange composé de 3/4 de sable de rivière et 1/4 de terre franche du jardin (stérilisée au four). Nous recommandons 100% de sable pour les espèces fragiles. L'enracinement sera meilleur si la bouture est placée contre les parois du pot. Ne pas arroser! Placer le pot contenant la bouture à l'ombre.
Pour enlever les épines plantées dans votre peau, vous avez le choix entre la pince à épiler, la cire ou le sparadrap (enlever d'un coup sec).
Les greffes permettent d'accélérer la croissance du greffon de manière spectaculaire et elle sert aussi à cultiver des variétés sans chlorophylle (rouge, jaune, rose).
CAS PARTICULIER DES CACTUS DES FORÊTS
Les cactées de la jungle sont épiphytes: elles croissent dans des nids de feuilles au creux des branches d'arbres. Les aréole, logées dans des encoches des tiges (que le néophyte prend souvent pour des feuilles), sont souvent si petites qu'elles sont invisibles. Les tailles des fleurs sont les plus extrêmes chez les cactus: 15 cm pour l'épiphyllum, 1 cm pour rhipsalis. Contrairement aux autres cactus, ces cactus épiphytes de la jungle fleurissent sans l'aide du soleil. D'ailleurs le soleil direct les fait mourir (sauf en hiver quand le soleil est faible). De même, des températures inférieures à 10° leur sont fatales. Ils n'ont pas besoin d'un long repos hivernal, mais une certaine fraicheur est recommandée à cette saison. Arroser abondamment pour que la terre reste humide à la belle saison, mais juste assez pour qu'elle ne se dessèche pas en hiver. Dès que les boutons floraux se forment, il est préférable de fertiliser avec un engrais riche en potassium. Ces cactus croissent dans des pots de 10 à 13 cm car leurs très courtes racines aiment être à l'étroit (donc pas de "corvée" de rempotage). Si vous tenez à les rempoter (ou les bouturer), faites-le au mois d'août (juillet est leur période de repos).
CACTUS EN PLEINE TERRE
Les placer sur une butte (rocaille, muret), avec une protection amovible pour les mettre à l'abri des intempéries (notamment à la mauvaise saison): auvent, étui en plastique transparent ne touchant pas la plante, toile imperméable, toiture de verre... Nous vous proposons, dans la fiche "figuier de Barbarie", une liste de plusieurs espèces de cactus pouvant pousser dans ces conditions.
QUELQUES CACTUS ET PLANTES GRASSES DE NOTRE COLLECTION
- Adromiscus cristatus:
Des racines extérieures apparaissent sur les feuilles!
- Anacampseros:
Ce nom signifie "fait revenir l'amour" car il sert à préparer des philtres d'amour (Transvaal). Ses fleurs ne s'ouvrent que par grand soleil et uniquement en fin d'après-midi (de 16h30 à 20h).
- Astrophytum myriostigma:
Il fut considéré comme disparu de 1845 à 1923. La pollinisation doit être croisée pour avoir des graines.
- Carraluma:
La fleur est remarquable, mais elle a le gros inconvénient d'avoir une odeur tellement repoussante que les mouches à viande viennent y pondre en croyant qu'il s'agit de viande pourrie!
- Cephalocereus:
On réalise des gants de crin avec ses poils. Il faut attendre qu'il ait 6 à 8 mètres de haut pour voir ses premières fleurs!
- Ceropegia woodi:
Ses fleurs-pièges, en forme de lanternes-chinoises, seraient carnivores selon certains botanistes. Ses très longues tiges pendantes peuvent servir de rideaux originaux!
- Chamacereus silvestris:
Sa forme le fait également appeler cactus-doigt, cactus-cacahuète et cactus-cornichon. Il est fortement rejetant.
- Cleistocactus baumani:
Les fleurs ne s'ouvrent jamais complètement (= cleistocactus).
Il faut les polliniser avec un pinceau pour remplacer le colibri qui assure la fécondation dans sa région d'origine.
- Echinocactus grusonii (cactus boule d'or, coussin de belle-mère!):
Cecactus-oursin est superbe par son diamètre impressionnant et ses épines d'or.
- Echinofossulocactus:
Nombreuses et curieuses lamelles.
- Euphorbe grandicornis:
Son latex servait à empoisonner les flèches et les eaux poissonneuses. le fruit éjecte les graines (l'enfermer si on veut les récupérer pour les semer). Une autre espèce E. horrida est l'hôte de gui.
- Faugaria:
Le bord des feuilles est en forme de mâchoire dentée. Les fleurs ne s'ouvrent que l'après-midi.
- Ferocactus:
Son nom "biznagas de gangho" signifie cure-dents à crochets. Il peut vivre plus de 200 ans.
- Gasteria:
Un dimorphisme apparait en vieillissant. En période de repos, les feuilles se resserrent.
- Lamatocactus setispinus:
Les aréoles secrètent parfois un miellat.
- Haworthia:
En période de sécheresse, la racine contractile rentre la plante dans le sol et resserre la rosette de feuilles.
- LOBIVIA:
c'est l'anagramme de Bolivie, son pays d'origine. Les fleurs s'ouvrent le matin et meurent le soir. Pseudo lobivia aurea donne une superbe fleur longue de 10 cm et de 8 cm de diamètre (l'étoile de Cordoba) jaune brillant (et devenant rose avant de se faner). Lobivia tiegeliana vidistejanoiana a un bourgeon spécial (comme enroulé) et une puissante racine napiforme.
- Lophophora williamsii:
Son aspect dépend beaucoup de son âge. En période de sécheresse, sa racine-pivot de &0 à 15 cm le tire si profondément dans le sol qu'on ne le voit pas. Au Mexique, depuis l'époque aztèque, les Indiens effectuent des pèlerinages de 300 lm pour le récolter pour ses propriétés hallucinogènes. Il est mangé cru, séché, en purée ou en décoction dans de l'alcool. Il provoque alors des hallucinations de couleurs dues à la mascaline et plus d'une vingtaine d'autres alcaloïdes. il sert alors de trait d'union avec Dieu et est à la base d'une nouvelle religion (Peyotl American Church): 25 000 adeptes aux U.S.A. + ceux du Canada. Ce cactus a donné son nom à plusieurs villes: Peyotan, santo Nombre de Jesus Peyotes...
- Mamillaria:
Pendant sa croissance active, les mamelons se dilatent et les aiguilles s'écartent: il reçoit ainsi davantage de soleil (le contraire en hiver). Son latex est blanc. Les fleurs forment un joli anneau coloré. Elles sont souvent rouges car les papillons et les oiseaux pollinisateurs sont très réceptifs à cette couleur. Elles se ferment dès qu'elles sont fécondées: dès le début de la floraison, il faut donc couper le stigmate pour prolonger leur vie, mais vous n'aurez alors pas de graines.
Les baies comestibles (chilitos) restent longtemps sur la plante. Mammillaria zeilmanniana a des fleurs à bords presque fluorescents et forme des touffes serrées. Mammillaria bogasana semble enveloppé d'un voile argenté (dense réseau de poils blancs).
- Myrtillocactus:
Car ses fruits ressemblent à des myrtilles! Ils sont vendus au Mexique (garambullos) et au Maroc (où ils sont consommés comme le raisin). C'est le seul cactus bleuté (pruine).
- Piocereus palmeri:
La laine qu'il produit n'est pas attaqué par les insectes et elle sèche vite.
- Rebutia:
Tellement florifère qu'il peut mourir d'avoir trop fleuri! Et les fleurs sont presque aussi grandes que le cactus lui-même!
- Sedum âcre:
La floraison est prolongé: en effet, quand les cinq étamines externes se ferment, les cinq internes se relèvent... pour prendre la relève!
-Epiphyllum hybride (cactus orchidée):
Ces cactus des forêts vivent dans la souche des arbres ou dans les fissures des rochers. Ils possèdent des racines aériennes au bout de leurs articles.
- Zygocactus (Rhipsalidopsis, cactus de Pâques, phylocactus pentecôte):
Lui aussi pousse sur les arbres et les rochers, mais ses articles sont plats. Lorsqu'il est en boutons, il ne doit plus être changé de place si on veut aboirt des fleurs.
D'autres cactus ont leur propre fiche technique que nous vous invitons à consulter sur notre site web: agave, aloe, opuntia...


Les recettes de cuisine


La pulpe des fruits rouges et gros du carnegia gigantea est comparable à la chair de la figue. Ces fruits ont servi pendant des siècles de nourriture aux nomades du désert. En les faisant fermenter, ils préparaient aussi une boisson: le vin de Saguaro; les grosses graines noires, après avoir été broyées, servaient à faire de la farine.
Les variétés fruitières d'hylocereus et du figuier de Barbarie (voir cette fiche) font l'objet d'un commerce important.
Les fruits de certains echinocereus, consommés nature, sont réputés pour leur subtil parfum de fraise. Ceux d'opuntia leucotricha (appelés "tunas") ressemblent à de petites pêches, mais ont un parfum de citron!
De nombreuses friandises sont élaborées à partir de divers fruits de cactus:
- le miel de tuna (baies de nopal confites),
- le queso de tuna (sorte de sucre candi),
- la melcocha (purée de tunas longuement mijotée et vendue enveloppée d'une feuille de maïs).
En vente sur les marchés mexicains au printemps et à l'automne, les tunas de agua (fruits comestibles de Pereskiopsis aquosa) sont cuites dans l'eau pour accompagner les viandes. Sucrées au miel, on les déguste en compote. Elles servent également à préparer des boissons rafraichissantes.
Des cactus à boire! En Basse-Californie, l'Echinocactus ingens fut le salut des indiens Nahuatl, des conquistadors et des voyageurs/explorateurs égarés. Il recèle dans sa pulpe un liquide clair et rafraichissant, à la saveur du lait de noix de coco.
Le colonche est une boisson obtenue par fermentation du jus des raquettes de nopals (opuntias). D'une belle couleur rouge, ce vin de cactus titre 12°, mais il ne se conserve pas plus de quinze jours et il est intransportable..
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.