L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Consoude officinale

1

Nom commun : 

Consoude officinale

Nom latin : 

Symphytum bohemicum, s. officinale

Autres noms : 

Grande consoude, oreille d'âne, herbe aux charpentiers, langue de vache, oreille de vache, consire, consolide, herbe aux coupures

Famille : 

Borraginacées

Origine : 

Europe

Taille : 

30 à 100 cm

Description


"Symphytum" = je réunis car la racine (et, dans une moindre mesure, les feuilles) contient un cicatrisant (l'allantoïne) consolide les os brisés et les plaies (grâce à l'allantoïne). Elle était d'ailleurs fréquemment utilisée au Moyen-Age pour cet usage et jusqu'au XVIe siècle. Elle était encore cultivée au XIXe siècle en Grande-Bretagne pour ses propriétés médicinales, cosmétiques et comme engrais vert. Elle revient à la mode au jardin bio: le purin de consoude est un stimulant pour la croissance des légumes (voir, sur notre site, l'onglet "l'écojardinage").
Sa tige quadrangulaire et hérissée de poils rudes se repère de loin sur les terrains humides. Ses grandes feuilles de 20 cm de long (et plus) sont lancéolées et rêches au toucher à cause de leur pilosité. De mai à juillet, elle fleurit en grappes de fleurs mellifères et pendantes dont la couleur évolue au cours du temps (violacées, rosées ou jaunâtres). A l'ombre, la plante est moins florifère. La volaille apprécie cette plante. La consoude résiste à la sécheresse car sa racine peut s'enfoncer jusqu'à 1,80 m de profondeur.
A ne pas confondre avec la CONSOUDE TUBÉREUSE S. tuberosum, plus petite (20-40 cm) qui possède un bulbe. Elle a aussi des tiges plus grêles, moins ramifiées et moins ailées. Elle a les mêmes usages que la consoude officinale (phytothérapie, cuisine).
A ne pas confondre non plus avec la CONSOUDE DE RUSSIE Symphytum x uplandicum. C'est la consoudes la plus intéressante pour le jardin bio. Cet hybride est stérile: elle n'a donc pas de tendance à l'envahissement comme la consoude officinale. Dans la mesure où on l'arrose régulièrement, elle bat des records de productivité: 8 kg de feuilles fraîches/pied en totalisant les quatre récoltes annuelles! Elle fournit un excellent composte bien équilibré.

Application en phytothérapie


En usage externe, c'est l'une des meilleures plantes cicatrisantes (allantoïne). Elle CONSOlide les os et les plaies (y compris les hémorragies utérines, brûlures, gerçures des seins, cicatrices) de manière vraiment extraordinaire en posant le rhizome fendu, écrasée et épluchée dessus en cataplasme, en toutes saisons! C'est un traitement d'appoint adoucissant et antiprurigineux des affections de la peau: crevasses, écorchures, gerçures, piqûres, hématomes et plaies guérissant mal. Grâce à l'allantoïne (un composé qu'on trouve aussi dans les mousses à raser!), la plante entre dans la composition de nombreux produits de beauté et soigne les ulcères. Elle est aussi astringente, béchique et émolliente.
En usage interne (INTERDIT EN FRANCE et en Allemagne), elle régule la tension car elle contient des mucilages, de l'allantoïne (toujours lui!), du tannin et des traces d'alcaloïdes.


Les recettes de cuisine


DANGEREUSE A HAUTE DOSE POUR LE FOIE (à cause d'un alcaloïde: la pyrrolizidine: à cause de cela, elles sont interdites à la vente en Belgique). NE PAS UTILISER D'AUTRES ESPÈCES DE CONSOUDE (pas de consoude de Russie)! ET NE LA CONFONDEZ PAS AVEC LA MORTELLE DIGITALE QUAND ELLE N'EST PAS EN FLEURS !
Comme les vieilles feuilles sont poilues et rugueuses, cueillir de tendres et jeunes feuilles pour les consommer EN TOUTES PETITES QUANTITÉS crues en salade (saveur très légèrement astringente). Mais, elles sont meilleures cuites comme les épinards ou ou en tisanes. On peut les enrouler sur elles mêmes et en farcir l'intérieur avec des champignons de Paris hachés, du fromage, de la viande, des poissons. Leur texture mucilagineuse permet d'épaissir les soupes. Extrémités des tiges et pétioles peuvent être blanchis comme des asperges.
Les clochettes de fleurs de consoude décorent la salade. Les bourgeons floraux se préparent en beignets (voir ci-dessous).
Pour ceux et celles qui ont une certaine ouverture d'esprit et qui aiment les saveurs étranges, il faut goûter les racines très tendres et mucilagineuses crues (ou cuites après pelage). Idem pour le pétiole pelé et blanchi à l'eau salée, puis servi en vinaigrette.

UN GRAND CLASSIQUE: LES BEIGNETS DE FEUILLES DE CONSOUDE:
voir la fiche "cucurbitacées", rubrique "recettes de cuisine".
En mettant deux feuilles face à face trempées dans la pâte (et ajoutant du jus de citron), on peut s'imaginer déguster une sole fraichement pêchée!

RECETTE DE LA SOUPE DE CONSOUDE: voir la fiche "lamier blanc" (dans la recette de la soupe de lamier blanc, remplacer la dizaine de lamier blanc par quelques jeunes feuilles de consoude).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.