L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Cyprès chauve

1

Nom commun : 

Cyprès chauve

Nom latin : 

Taxodium distichum

Autres noms : 

Cyprès de Louisiane, Cyprès des marécages, cipre

Famille : 

Taxodiacées

Origine : 

Mexique, Est des U.S.A.

Taille : 

40 - 50 m en Europe

Description


Les trois photographies ci-dessus ont été prises en hiver, au Parc du Bourran, à Mérignac (33700). Le cyprès-chauve est bien mal nommé puisque ce n?est pas un cyprès et qu?il n?est chauve que durant les trois mois d?hiver. Carl Von Linné trouvait que ses fruits notamment (cônes globuleux) ressemblaient à ceux des cyprès. Mais, botaniquement, il serait plutôt plus proche des séquoias. Aussi, en 1810, le botaniste Louis-Claude Richard corrigea cette erreur en créant le genre Taxodium car les feuilles ressemblent à celles de l?if (Taxus). Ce genre ne comprend que trois espèces: Taxodium ascendeus, Taxodium mucronatum*, Taxodium distichum. C'est ce dernier que nous trouvons dans notre région. Le nom d?espèce distichum rappelle que les longues feuilles étroites semblent disposées sur deux rangs car elles sont tordues à leur base. En Gironde, les plus beaux exemplaires se trouvent au Parc du Bourran (le plus haut atteignait 37 m en 2002), au parc de Geneste de Louens au Pian Médoc (35 m), au Jardin botanique de Bordeaux de la rive gauche (33 m), au domaine de l'I.N.R.A. à Pierroton (28 m de haut, bien que ne poussant pas près de l'eau), le long de l'Eau bourde à Gradignan (Prieuré de Cayac, moulin d'Ornon) et au Parc Rivière de Bordeaux (33 m de haut et 2,2 m de diamètre).
Quand les enfants marchent sur ses pieds pour ne pas se mouiller, ce ne sont pas des pieds, mais des « racines-tubas» ou pneumatophores. Ces excroissances verticales à tissu spongieux jouent le rôle d?organes respiratoires et elles sont issues de racines horizontales. Elles se développent sur des arbres (comme les palétuviers) poussant dans des sols asphyxiés par l?eau. Il est donc très adapté aux zones humides: ses racines peuvent rester immergées grâce à ces pneumatophores (apparaissant à l'âge de 25-30 ans): ces excroissances noueuses et aériennes (voir la photographie centrale ci-dessus), creuses à l'intérieur leur permettent de capter (phore) l'air (pneumo) pour respirer et aussi de mieux s'ancrer dans une terre peu consistante à cause de sa saturation en eau. Elles peuvent s'élever jusqu'à 1,50 m au dessus du sol.
S'il peut croître sur un sol normal (souvent en compagnie du chêne des marais dans son aire d'origine), le cyprès chauve préfère les sols marécageux et les eaux peu profondes: il forme alors des peuplements purs (cipières) à l'écart des autres arbres.
Avec le métaséquoia et le mélèze, c'est un des rares conifères à perdre ses feuilles à la mauvaise saison. Mais, à la différence de ces deux là, il perd aussi les rameaux qui portent les feuilles. En hiver, cet arbre est donc doublement chauve !
Sa longévité (en moyenne de 500 ans) peut atteindre 1000 ans, mais ce n?est pas en Europe que vous pourrez voir ces arbres vénérables. En effet, le cyprès-chauve n?est qu?un immigré récent dans nos régions, importé du sud-est des États-Unis (sa « terre » d?origine). C?est John Tradescant le Jeune (celui qui a introduit le platane: voir la fiche "platane")qui l?introduisit en Angleterre en 1637.
Emblème de la Louisiane depuis 1963, le cyprès chauve a une écorce, souvent cannelée, brun-rouge, fibreuse, rude et très fissurée longitudinalement.
Rangées alternativement le long du rameau, les petites feuilles caduques sont plumeuses, effilées, pointues, souples et molles, aplaties, de 1 cm de long et 1-2 mm de large. Elles paraissent disposées sur deux rangs aplaties car elles sont tordues à la base. Vert clair au printemps et en été, la feuille vire au rouge rouille à l'automne, puis au brun doré/ brun cuivré avant de tomber (photographie de gauche), avec les ramilles qui les portent, lui donnant un air chauve (d'où son nom).
Les fleurs mâles de 5-6 cm sont VISIBLES EN HIVER sous la forme de 3-4 chatons suspendus au bout de chaque rameau: ils sont formés de cônes minuscules. Ils s'allongent jusqu'à 10-30 cm lorsqu'ils libèrent leur pollen au début du printemps. Les fleurs femelles, à pédoncules courts, sont sphériques, vert pâle avant maturité. A maturité (au bout de quelques mois seulement), elles donneront ensuite des cônes, boules écailleuses de 2-2,5 cm de large, gris pâle, résineux, ronds et violacés. Ils se désagrègent (photographie de gauche) et libèrent leurs graines: ce sont les plus grandes graines parmi les Cupressacées (5-10 mm).
Le bois dur, rougeâtre, léger, très élastique du cyprès chauve résiste aux termites et à l'humidité. Il est si imputrescible que les Américains le qualifient de "éternal wood"! Il est même plus résistant que le cyprès de Lawson aux agressions chimiques. C'est le fameux "cyprès du Sud" des Américains (Southern Cypress), il est employé, là-bas, dans les constructions navales (pirogues des Indiens jadis) et les charpentes. L'écorce sert de paillis dans certains jardins et couvraient autrefois les huttes indiennes.

Le CYPRÈS DES MARAIS Taxodium ascendens est plus rare: à Bordeaux, vous trouverez un exemplaire sur les rives de l'étang du Parc Bordelais (en face du restaurant). Il est très proche du Taxodium distichum. Certains botanistes le considèrent même comme une simple variété. Néanmoins, le cyprès des étangs se distingue morphologiquement de ce dernier par ses branches ascendantes (d'où le nom latin de cette espèce: "ascendens")et ses feuilles appliquées contre les petits rameaux. Sa culture au Kew Gardens (Angleterre) remonte à 1789. C'est souvent le cultivar "Nutans" qui est répandu en raison de son port colonnaire, de ses rameaux pleureurs à l'extrémité des branches ascendantes et de son feuillage léger et échevelé.

* Un cyprès chauve du Mexique Taxodium mucronatum du Jardin Public rive gauche de Bordeaux (repérable à son périmètre de sécurité symbolisé par un cordage) a été labellisé "arbre remarquable" en 2012: 31 m de haut et 1,66 m de diamètre!

Application en phytothérapie


Sa résine serait médicinale.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.