L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Ephedra à chatons opposés

1

Nom commun : 

Ephedra à chatons opposés

Nom latin : 

Ephedra distachya

Autres noms : 

Raisin de mer, herbe aux jointures, uvette

Famille : 

Ephedracées

Taille : 

0, 40 à 1 m

Description


Étrange plante que l'éphédra que l'on trouve en limite sud de son aire de répartition sur le littoral atlantique dans notre département girondin (il n'y a pas d'éphédra dans les Landes et dans les Pyrénées Atlantiques)!
Grêle et effondrée sur elle même, cette espèce vivace herbacée (importée au XVIIIè siècle) rappelle, de loin, un petit genêt avec ses tiges ponctuées de taches florales jaunes. On la trouve à l'arrière du premier cordon dunaire: elle croit çà et là (ESPECE PROTÉGÉE !) sur les dunes acides (l'éphédra est calcifuge), sèches et stabilisées (dune grise fixée ou semi-fixée) qu'elles contribuent à fixer (elle supporte un léger recouvrement par le sable).
Cette curieuse plante est intermédiaire entre les Gymnospermes (dont elle fait partie) et les Angiospermes (car son ovule est protégé par deux écailles qui l'enveloppent comme dans un vrai ovaire).
La tige, rectiligne et très ramifiée, est régulièrement segmentée (articles de 2-4 cm de long), comme les prêles. D'ailleurs, "éphédra" semble être le nom des prêles dans l'Antiquité ou, en tout cas, de plantes rampantes avec rameaux et sans feuille.
Ses feuilles caduques, quasiment invisibles (2 mm), sont réduites à deux minuscules écailles engainantes et opposées, à la base des articulations de la tige!
En général, la plante est dioïque: fleurs mâles et fleurs femelles ne sont pas sur le même pied. En avril-juin, les fleurs parfumées sont fort insolites puisqu'elles n'ont ni calice, ni pétale: ce ne sont que des écailles agglomérées (jaune verdâtre). Les mâles forment des glomérules* de 4-8 paires de fleurs sessiles avec leurs étamines bien visibles, tandis que les femelles sont plus discrètes, pédonculées, le plus souvent par paires (jamais plus). Autre curiosité: les fleurs femelles n'ont pas de stigmate: le pollen tombe directement sur l'ovule!
Les fleurs femelles donnent, au mois d'août, de fausses baies globuleuses (rouge vineux/rouge corail), enrobant 1-2 graines nues. La structure du fruit rappelle celle de la genièvre: un cône avec des écailles soudées qui lui donne un air de baie!

Bien que "notre" éphédra soit le seul représentant du genre en France, il existe 40 espèces d'éphédras, toutes peuplant l'hémisphère nord des zones tempérées plus ou moins arides. Une cousine de notre éphédra: l'éphédra sinica (le réputé Ma Houang) est commercialisé en pharmacie, dans le rayon "phytothérapie", sous le nom d'éphédra. Il contient aussi "l'adrénaline végétale". Il ne pousse par dans notre région, mais en Asie. Depuis 4500 ans, il est utilisé par les Chinois (infusion de rameaux) pour lutter contre les crises d'asthme et les fièvres. En Occident, il est indiqué dans les régimes amincissants, la bronchite chronique, le nez bouché, la rhinite chronique, la sinusite, le rhume des foins...

*stachys = fleur en épi.

Application en phytothérapie


TRÈS DANGEREUSE: A N'UTILISER QUE SUR PRESCRIPTION MÉDICALE ! L'éphédrine fut utilisée, autrefois, comme dopant par les sportifs: il leur est, aujourd'hui, strictement interdit d'en prendre. De même, l'éphédrine était présente dans les compléments alimentaires jusqu'en 2003, date de son interdiction.
Des rameaux de l'éphédra, l'industrie pharmaceutique extrait l'éphédrine naturelle dont l'action est analogue à celle de l'adrénaline.


Les recettes de cuisine


Le fruit est comestible (d'où son nom de "raisin de mer"), avec une saveur acidulée et sucrée, comme la grenade.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.