L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Epicea commun

1

Nom commun : 

Epicea commun

Nom latin : 

Picea albis, Picea excelsa

Autres noms : 

Sapin de Norvège, sapin de Noël, épinette d'Europe (ou de Norvège), sapin du Nord, sapin rouge, pin pleureur, pesse, sapin à poix, sapin rouge, sapin élevé

Famille : 

Pinacées

Origine : 

Europe septentrionale et centrale

Taille : 

jusqu'à 50 m (excelsa = élevé)

Description


Son nom latin viendrait de picem = poix. Parmi les 40 espèces d'épicéas de l'hémisphère Nord, une seule est indigène de l'Europe de l'Ouest et c'est l'arbre qui occupe la première position (en surface) en Europe (5 % en France; élément majeur du paysage dans les Pyrénées, le Massif Central, la Bretagne, le Nord-Est et la Normandie). C'est un arbre de demi-lumière (le sapin étant une essence d'ombre), apprécié des forestiers car il pousse vite et il a une grande faculté d'adaptation. Aussi, cet arbre d'origine montagnarde a mis, bien malgré lui, des sites en uniforme et casque à pointe un peu partout (pessières bien serrées), même s'il peut être localement menacé par l'emprise des stations de skis. Des races horticoles se mêlent à des espèces nord-américaines dans les jardins et les parcs.
Comme elles projettent une ombre épaisse au sol, les sombres plantations monospécifiques sont-elle décriées car elles n'offrent guère de biodiversité, notamment lorsqu'ils sont plantés en bordure des cours d'eau. 8 à 12 g d'aiguilles d'épicéa par litre d'eau suffisent pour tuer des vairons en une nuit! Mais, les épicéas sont aussi l'un des piliers de l'économie de la haute et de la moyenne montagne.
Il existe sous deux variétés écologiques:
- l'une (erythrocarpa) adaptée aux dures conditions subalpines, à cime étroite, aux branches et aux rameaux courts, à jeunes cônes rouges,
- l'autre (chlorocarpa) préférant des altitudes plus basses, à cime large, aux branches longues et drapées, aux jeunes cônes verts.
- Mais, dans la pratique, il y a de nombreux hybrides intermédiaires qui se trouvent le plus souvent aux altitudes moyennes.
Arbre de la fécondité et de la féminité, ses cônes femelles sont aussi des symboles phalliques à cause de leur forme. Cet arbre a été longtemps diabolisé par l'Église, d'autant plus qu'il est source de gaieté et de frivolités. D'une part, parce qu'il sert à fabriquer les violons (mais seul 1 % des arbres peut mériter cette noble destination: les plus grands luthiers dont Stradivarius allaient frapper le tronc pour l'entendre résonner et choisir celui qui servira à élaborer ce petit cylindre joignant la table et le fond du violon!). D'autre part, il fait partie de tous les rituels festifs destinés à assurer la procréation des hommes ou des animaux.
On l'identifie immédiatement au drapé de ses branches, à son écorce écailleuse et rouge (d'où son nom de "sapin rouge"), à ses cônes-bananes pendants qui, tombés, restent entiers. Ses aiguilles piquantes se reconnaissent à leur section plus ou moins quadrangulaire (elles roulent entre les doigts), vertes sur leurs quatre faces (et non pas bleu vert), laissant des empreintes losangées lorsqu'elles tombent. Si une aiguille est arrachée, un petit morceau de l'écorce du rameau reste attaché au pétiole (contrairement au sapin). C'est pour cela que les vieux rameaux sont sillonnés. Les jeunes rameaux sont brun jaunâtre, glabres ou légèrement poilus. A l'état jeune, l'écorce est lisse et brun clair; puis, elle devient peu à peu brune ou brune rougeâtre, finement écailleuse, et se fendille. Les jolies chatons femelles rouge violacé (avril-juin) se trouvent plutôt à l'extrémité des branches supérieures de l'arbre, tandis que les chatons mâles ovoïdes rouges, puis jaunes rougeâtre et enfin jaunes sont situés plus bas, dans la partie médiane et inférieure de la cime, à l'aisselle des aiguilles des pousses de l'année précédente. Les fleurs femelles mûrissent les premières et sont fécondées par le pollen d'autres arbres; alors, seulement, les fleurs mâles mûriront à leur tour pour éviter l'autopollinisation (pour un même arbre). Le pollen est émis avec une telle abondance que le sol en est jaune (surtout après les pluies): on qualifie le phénomène de "pluies de soufre" (également visible avec le pin maritime et le pin sylvestre). Avant la pollinisation, les fleurs femelles croissent vers le haut, puis elles s'inclinent après pour prendre une allure pendante, au bout des rameaux. Ces cônes (roux luisant), concentrés dans la partie supérieure, peuvent atteindre 16 cm de long. Au printemps suivant, les écailles s'entrouvrent pour laisser échapper des petites graines ailées.
Les branches de cet arbre, inclinées vers le bas, forment des couronnes étagées le long du tronc, mais -entre elles- poussent souvent des branches secondaires: ces noeuds secondaires crées par ces pousses latérales surgissant de la pousse principale trahissent l'épicéa (les pins, eux, n'ont que des noeuds principaux).
Son système racinaire est traçant et très superficiel: il ne résiste donc guère aux fortes tempêtes et les chablis le menacent, d'autant plus qu'il peut être attaqué par un champignon (Ungulina annosa) provoquant la pourriture des racines. Aussi, les plantations sont-elles mélangées à des feuillus ou bien elles couvrent des surfaces limitées. La larve d'un papillon (la nonne Lymantria monacha) peut dépouiller l'arbre de ses aiguilles (Suède, Allemagne). en France, un coléptère Polygraphus polygraphus creuse une galerie dans le liber pour y déposer sa ponte et la voracité de ses chenilles aggravera les dégâts.
Les branches basses se marcottent naturellement d'elles mêmes.
Longévité: 400 à 500 ans, jusqu'à 700 ans. Bien que son diamètre dépasse rarement, sa hauteur peut atteindre 53 m en France (défilé de Strature, dans les Vosges).

Les pessières de haute altitude des Vosges, du Jura et des Alpes fournissent un bois d'une parfaite rectitude (avec de grandes longueurs intéressantes pour les charpentes) et estimé qui peut rivaliser avec les meilleures bois de Scandinavie. Son bois se distingue de celui du sapin par son aspect lustré quand il est fraichement raboté et sa légère odeur résineuse. Il est aussi plus léger (densité: 0,40 à 0,45) et plus nerveux. Il résiste bien aux chocs, mais pas aux agressions des intempéries et des vers à bois. Son bois inodore étant facile à fendre, on confectionne des emballages alimentaires (boite à fromages de Franche-Comté: Mont d'Or, Camembert); avec ses fibres, des panneaux de particules. Ses autres usages sont: la pâte à papier, les charpentes et les poteaux téléphoniques. Il est à l'origine de petits métiers spécialisés: le tavailloneur qui fabrique des tuiles avec son bois, le seillier qui façonne des seaux et de la vaisselle, le sanglier (une dizaine d'artisans actuellement) qui lève les bandes d'aubier -sangles d'épicéa- ceinturant la pâte molle du Mont d'Or ou du Vacherin. Jadis, le pâtre se livrait au travail de pesse: avec leur couteau, il confectionnait des allumes-feux (fines lamelles de bois imprégnés de résine) et divers objets dont de charmants oiseaux. Contrairement au bois, l'écorce contient un peu de tanin, utilisé pour tanner les peaux délicates des petits animaux (basanes pour doubler les chaussures en cuir).
La résine et le brai qu'elle fournit (analogue à celui du bouleau) sert au colmatage pour assurer l'étanchéité.
Renseignements complémentaires: voir la revue La Hulotte n° 36/37.
Ce vrai faux sapin (Linné le baptisa Pinus albies = pin-sapin) est le "sapin de Noël", tradition rapporté d'Allemagne par les Alsaciens annexés en 1870. Mais, les Celtes avaient déjà fait de l'épicéa l'arbre de l'enfantement (24 décembre de leur calendrier). Il faut lui préférer le vrai sapin qui a moins tendance à perdre ses aiguilles au dessèchement.
Voir aussi la revue La Hulotte N° 36 et 37.

A ne pas confondre avec:
- l'EPICEA DE SITKA Picea sitchensis (Sitka est le nom d'une île au large de l'Alaska), aux aiguilles bleutées marquées de deux lignes blanches dessous, avec des cônes plus petits (5-10 cm) et la présence fréquente de gourmands. Introduit en 1830 en Europe, il donne un bois de qualité supérieure dans les régions bien arrosées (Bretagne, Normandie, Massif central).
- l'EPICEA DU COLORADO Picea pungens, originaire des Montagnes Rocheuses. Il pousse, en climat sec, au bord des torrents (entre 2000 et 3000 m d'altitude) du sud des Montagnes Rocheuses (U.S.A.). Il supporte assez bien les atmosphères polluées, mais il pousse lentement et se dégarnit en fonçant avec l'âge. Dans notre département (Gironde), un grand exemplaire côtoie des séquoias sur les rives du Parc Bordelais. Il existe des boisements dans les Pyrénées et les Cévennes. Peu exigeant, on trouve aussi des variétés ornementales dans les parcs: Koster, Hoopsii (aiguilles couleur bleu ciel).
- l'EPICEA DE SERBIE Picea omorica (originaire des Balkans) est sobre, rustique et très résistant à la sécheresse estivale.
- l'EPICEA D'ORIENT Picea orientalis est lui aussi rustique.
et résistant à la sécheresse.
- enfin, Picea smithiana, Morinda (Himalaya) a des rameaux très longuement pendants et s'acclimate jusqu'au niveau de la région parisienne. Morinda est le nom de l'arbre au Népal.

Application en phytothérapie


Encore extraite d'avril à septembre par des entailles longitudinales dans l'écorce en Suisse (Jura autour de Berne), sa résine (ou poix) est vendue en pharmacie ("poix de Bourgogne") pour soigner les affections respiratoires et pour soulager les rhumatismes. Un bain aux feuilles d'épicéa est relaxant.
Les anciens retiraient, dit-on, de ses fruits verts, une eau de beauté à laquelle ils attribuaient la vertu de rajeunir.


Les recettes de cuisine


La saveur citronnée des jeunes pousses sert d'ersatz de thé (riche en vitamines) ou de condiment aux poissons, aux sauces et aux salades.
Ses amandes, bien qu'un peu amères, sont comestibles (contrairement à celles du sapin).
Sa résine sert de gomme à mâcher.
Jadis, en Suède, un "pain d'écorce" était fabriqué avec le cambium, pour survivre en période de disette.
MIEL D'ÉPICÉA:
Première méthode: Au printemps, alternez couches de bourgeons et couches de sucre. Laissez macérer au soleil pendant 3 semaines, puis filtrez. Ce sirop sert à aromatiser certains desserts (yaourt, salade de fruits). Idem avec les jeunes cônes.
Deuxième méthode: Recouvrez d'eau à ras les pousses d'épicéa et portez à l'ébullition à 3 reprises. Laissez macérer 2jours dans un endroit frais. Filtrez. Faire cuire le jus avec le sucre: 1 kg de sucre par litre de jus. Au bout d'un temps assez long (jusqu'à 5 heures), l'ensemble prend la consistance du miel. La potion est efficace contre la toux et les refroidissements.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.