L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Faux indigotier

1

Nom commun : 

Faux indigotier

Nom latin : 

Amorpha fructicosa, amorpha pubescens

Autres noms : 

Amorphe buissonnante, buisson indigo, indigo du bush

Famille : 

Fabacées

Origine : 

Mexique et sud des U.S.A?

Taille : 

3 m (parfois jusqu'à 6 m)

Description


Issu de semis pour célébrer l'an 2000, cet arbuste est présent en plusieurs exemplaires de 3 m de haut dans le jardin de la biodiversité de Mérignac (33700). Le climat océanique de notre jardin lui convient parfaitement: les graines germent sans problème; il rejette bien de sa base. Il n'est guère attaqué que par la rouille et le mildiou. En tant qu'arbre décoratif, son entretien se limite à une taille qui enlève le quart des branches en mars. Il résiste à des températures approchant les -20°. Il tolère l'ombre. Actuellement, dans la région Aquitaine, on ne le trouve dans la Nature que dans deux départements : les Landes et le Lot-et-Garonne. Le faux indigotier a été introduit volontairement en France (en tant qu'arbre décoratif) dans le delta du Rhône en 1724 et, très vite, il a envahi le bassin rhodanien.
Son allure rappelle le robinier faux-acacia, mais ce dernier a des épines, n'a pas de glandes sur les feuilles, ses fleurs sont blanches et pendantes.
Ses racines portent des nodosités pour fixer l'azote de l'air (voir la fiche "trèfle" pour plus de précisions); par conséquent, il arrive à pousser sur les terres pauvres et il sert aussi d'engrais vert. Comme ses racines s'étendent facilement, il est considéré, dans certaines régions, comme invasif, notamment dans les lieux humides, les berges et les dunes littorales. Mais, localement, son utilité est reconnu pour fixer des talus, empêcher l'érosion des berges, servir de brise-vent afin que la terre ne soit pas emportée (haies aux États-Unis).
Les feuilles, de 15-25 cm de long en moyenne, sont composées de 11-25 folioles de 1,5-4 cm, ponctuées de glandes renfermant des essences aromatiques. C'est peut-être pour cela que le bétail n'est guère tenté de brouter le feuillage. Il prend une magnifique couleur jaune à l'automne.
En avril-juin, à l'extrémité des pousses de l'année, les fleurs (d'un bleu violacé du plus bel effet !) sont très serrées et groupées par 6-7 sur un épi de 10-15 cm. Elles dégagent une odeur de vanille qui attire les pollinisateurs (papillons, abeilles) car la fleur (simplifiée) est d'un accès facile pour eux. En effet, examinez bien de près cette fleur originale et déformée ("amorpha" = déformé) car elle n'est absolument pas typique des habituels Fabacées (pois, fève). En effet, elle n'a ni aile, ni carène: elle n'a qu'un pétale (l'étendard) roulé en cornet qui enserre les dix étamines dont les anthères jaune-orangé dépassent offrant un violent contraste coloré avec le pétale violacé.
Fin juillet, apparaissent les fruits : ce sont des gousses marrons, comprimées, indéhiscentes, très courtes (à peine un cm), avec des glandes renfermant de l'amorphine (toxique pour les insectes), contenant chacune une seule graine. Des graines, on tire une huile dont on extrait du glycérol.
Pour terminer, expliquons pourquoi il porte le nom de "faux indigotier": c'est parce que les Américains tirent de leur Amorpha fructicosa une teinture semblable à celle de l'indigotier (qui, lui, pousse en Asie).

Application en phytothérapie


Les Amérindiens utilisaient les feuilles en infusion... ou comme ersatz de tabac à fumer! Les fruits sont utilisés dans la parfumerie et dans les industries cosmétiques.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.