L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Figuier de Méditerranée

1

Nom commun : 

Figuier de Méditerranée

Nom latin : 

Ficus Carica

Autres noms : 

Figuier commun, Figuier d'Europe, Figuier de Carie, Arbre à cariques, Ficou, Fighiéro

Famille : 

Moracées (la figue ressemble à une mure à l’envers ! )

Origine : 

Asie centrale

Taille : 

5 à 10 m

Description


Le nom figuier de Carie vient :
- soit de Sykée, fils de la déesse Terre que sa mère transforma en figuier pour le soustraire à la colère de Zeus,
- soit de l'ancienne province de Carie située en Asie mineure d‘'où le figuier est censée provenir.
Probablement importé d’'Asie centrale par les Grecs ou les Romains, cet arbre est l'’un des plus anciennement cultivé (avec l'olivier) comme l'’atteste une peinture égyptienne représentant une cueillette de figues datée d'’environ 4500 ans. Il semble acquis qu’'Adam portait une feuille de figuier (pilier du paradis) et non pas la trop petite feuille de vigne comme cache-sexe après le péché originel! Chez les Grecs de l'’Antiquité, les athlètes suivaient un régime à base de figues pour se préparer aux jeux olympiques. En Asie, comme en Grèce, il est au centre de divers mythes créateurs: la plupart des héros fondateurs sont nés d'un figuier. Peut-être, son latex blanc rappelait-il le lait maternel? A Rome, rumix désigne aussi à la fois le lait maternel et le latex du figuier. C'est sous un figuier que s'abrita la louve qui allaita Romulus et Remus. Cléopâtre adorait tant les figues qu'elle exigea, lors de son suicide par une vipère, que le serpent soit dissimulé dans une corbeille avec des figues. Il n'y pas si longtemps, dans le sud de l'Europe et en Afrique du Nord, les mères enterraient le placenta au pied d'un figuier pour s'assurer d'une bonne montée de lait. Krishna grandit à l'abri d'un figuier; l'arbre sacré de Bouddha est un figuier. Le figuier est un des symboles de la paix. Jamais frappé par la foudre, il était planté près des maisons pour les protéger.
Des 800 espèces de Ficus (dont le caoutchouc Ficus elastica de nos appartements), c’'est le plus rustique puisqu'il est le seul à habiter les régions tempérées (zone 7). Savez-vous qu'il existe 700 variétés de figuiers de Méditerranée (dont 300 se trouvent en France)? La présence sous nos climats tempérés du figuier de Méditerranée, ce "trophée d'oreilles d'éléphant" (Saint-Pol-Roux), est un peu inattendue car beaucoup d'arbres de la famille des Moracées sont exotiques: arbre à pain, bois serpent, trompettier.
Les racines sont denses, traçantes et superficielles (donc pas de binage profond). Le tronc est trapu et lisse, d’'un beau gris argenté, souvent tortueux. Les feuilles sont grandes (jusqu’'à 25 cm), divisées en 3-7 lobes (généralement cinq), vert tendre, au dessous duveteux mais au dessus rugueux, avec un long pétiole. Elles sont légèrement urticantes (risque d’allergie de la peau). L’'ombre de cet arbre empêche le développement de beaucoup de plantes près de son pied.
Ses « fruits » parfumés en forme de petites outres, ont une chair (d’'un intense rouge violacé) attractive pour les animaux dotés de la vision en couleurs. Verte pâle ou violette suivant la variété, la figue doit être consommée en légère surmaturité ou lorsqu’'une perle de jus apparait à l'ostiole (le petit trou sur le fruit, à l'’opposé du pédoncule). La figue fraîche est très calorique (80 kcal/100g et 4 fois plus une fois séché). Comme tous les Moracées, toutes les parties coupées de la plante (et notamment le fruit) laisse écouler un lait blanc (latex): il est corrosif pour les mains, mais il utilisé pour détruire les verrues (voir, ci-dessous, applications en phytothérapie).
Pour les botanistes, ce que nous considérons comme un fruit est, en fait, une inflorescence particulière: un réceptacle creux (urne)et charnu refermé en bourse sur lui même. A l'intérieur et à maturité, elle cache plusieurs centaines de fleurs (on ne voit donc jamais les fleurs sur l'‘arbre). Les vrais fruits sont les innombrables pépins. La sexualité du figuier, très originale (et compliquée par des phénomènes de parthénogénèse et l'absence apparente de fleur), est longtemps resté un mystère qui a contribué à son aspect divin. Trois poussées de figues se succèdent dans l'année sur les figuiers sauvages (ou caprifiguiers): au printemps, les réceptacles contiennent des fleurs femelles à style court et stériles avec des fleurs mâles productrices de pollen; en été, des fleurs femelles fertiles à style long; en automne, des fleurs à nouveau toutes stériles. La pollinisation et la fécondation seraient donc impossibles à priori sans l'intervention d'un agent extérieur. Comme nous l'avons écrit ci-dessus, au printemps, les fleurs mâles (les moins nombreuses) sont à l’'entrée de l’'ostiole et les fleurs femelles au fond. La pollinisation dépend de l'interdépendance entre les figues-fleurs et un petite guêpe (Agaonidés): le blastophage Blastophaga psenes ou cynips du figuier (indispensable pour le type Smyme qui produit les figues sèches). Les femelles pondent dans les fleurs stériles et y créent des galles. De ces oeufs sortent des mâles et des femelles qui s'accouplent dans la figue. Ces femelles, en sortant de la figue, reçoivent le pollen des fleurs mâles situés près de l'oeil. Elles vont ensuite pénétrer dans les figues d'été. La longueur du style les empêche de pondre, mais la pollinisation est assurée et les fruits murir. Néanmoins, quelques femelles pourront quand même pondre car il existe quelques fleurs à style court, créant ainsi une deuxième génération d'été qui ira parasiter à son tour les figues d'automne à fleurs stériles des caprifiguiers. Là, éclosent les larves qui attendront le printemps pour renouveler le cycle. La caprification est le nom donné à cette reproduction sexuée avec l’'assistance de ces auxiliaires ailés. Les Anciens croyaient à la génération spontanée des insectes et que ces derniers ayant épuisé la nourriture du premier gîte sauvage passaient ensuite sur le figuier domestique. Aussi, plantaient-ils des pieds sauvages parmi les pieds domestiques. C'est ce qu'on a du faire deux mille ans plus tard en Californie quand on y introduisit le figuier de Smyrne et que l'on comprit au bout de 10 ans de stérilité les raisons de l'absence de production fruitière! Avec beaucoup de chances, l’'observateur attentif apercevra cet hyménoptère noir de 2 mm de long, fugitivement, pendant quelques heures, en mai et en juillet. Il s’'insinue dans l'’ostiole dont l’'étroitesse lui arrache les ailes, laissant sur la figue deux paillettes irisées (les ailes perdues). Frileux, ce petit insecte n’'existe qu’'au sud du 45ième parallèle.
Heureusement, la plupart des figuiers cultivés sont qualifiés de parthénocarpiques (et notamment ceux au nord de cette limite) c'est-à-dire qu'ils sont auto-fertiles et n'’ont pas besoin de cet insecte pour produire de savoureuses figues. C'’est le cas de tous les figuiers vendus dans les jardineries: Madeleine des 2 saisons, Ronde de Bordeaux, Marseillaise…. Ils donnent à priori deux récoltes annuelles (voir ci-dessous). On ne cultive que le pied femelle appelé figuier commun ou figuier domestique. Les minuscules fruits sont déjà bien visibles dès avril (aux extrémités des branches) et la récolte se déroule en été, de manière échelonnée à partir de la mi-août. Elles constituent l’'essentiel de la production et elles sont appelées figues d'’automne (FA) ou figues-fruits ou secondes. C'’est la seule production pour les figuiers unifères (type Smyme, Ronde de Bordeaux). Pour les variétés bifères (San Pedro, Blanche d‘Argenteuil, Madeleine) et uniquement dans les régions suffisamment chaudes (sinon, pour un arbuste petit, il faut le recouvrir d'‘un voile, ceinturé au tronc, et le garnir de paille), il se forme, après les figues d’'automne précédentes, des petites figues parthénocarpiques (à la base des feuilles) qui vont se développer au printemps de l’année suivante et mûrir à partir de la mi-juin. Ce sont les figues-fleurs (FF) ou figues de printemps ou breba, plus grosses que les figues-fruits, mais moins succulentes.
Pour les botanistes, comme nous l'avons déjà écrit ci-dessus, les vrais fruits sont les minuscules grains (akènes) que l’'on sent craquer sous la dent. Ils sont dispersés par les oiseaux qui sont friands de figues ("becfigues" comme les merles et les étourneaux). Ces graines germent dans n’'importe quel coin, si exigu soit-il (interstice d'‘un mur, pot de fleurs). Mais, ce n'‘est pas la bonne solution pour le reproduire car la moitié des plantules seront des figuiers mâles (encore appelé figuier sauvage, figuier de bouc ou caprifiguier). Le figuier mâle se reconnait, au cœoeur de l'’hiver, car ils portent de nombreuses figues (en fait, des galles: voir explications ci-dessus) déjà formées au bout de ses rameaux: il ne produit que de figues-fleurs qui donnent des petites figues vertes, spongieuses, sèches, immangeables (les mammes) qui tombent avant leur maturité en mai. De l'’automne jusqu’'en mai, elles servent de pouponnières aux blastophages (car les fleurs femelles du figuier mâle sont adaptées pour recevoir la ponte des guêpes femelles). Quant aux figuiers communs « femelles » qui portent les vrais figues comestibles, rappelons qu'ils servent de pépinières: les femelles blastophages ne peuvent pas y pondre, mais elles fécondent lors de leurs brefs passages les fleurs puisqu‘'elles viennent de sortir des fleurs du figuier mâle chargées de pollen. Ainsi, le figuier est dioïque (mais fonctionnellement monoïque). Et encore, ces explications ne sont pas tout à fait exactes car la réalité est encore plus complexe! Dans le Midi, on avance de près d'un mois la maturation des figues d'automne non fécondée en plaçant une goutte d'huile d'olive à l'oeil quand celui-ci commence à rougir avec une paille ou une plume!

Bien des particularités du figuier attirèrent l'attention de l'Homme avides de signes à interpréter: il donne du lait (latex), le fruit ouvert rappelle une vulve et fermé un testicule (avec un peu de bonne volonté!). De là découlent diverses pratiques et superstitions. C'est l'arbre de Rumina, déesse de l'allaitement. Les femmes-esclaves de Juno caprotina, déesse du figuier sauvage, jouissait d'une liberté spéciale un jour de juillet. Dédiée à Vénus, la figue est le symbole de la sexualité épanouie: elle représente tour à tour la glande séminale de l'Homme et le sexe féminin! Pour cette raison, elle est l'emblème de la jouissance et de la luxure. Jadis, dans le sud de la France, au matin du 1er mai, les célibataires (hommes et femmes) pouvaient trouver sur le seuil de leur porte obstrué par des branches de figuier porteurs d'un symbole injurieux ("ils sèchent des figues"!). Les femmes-célibataires étaient traitées de même, avec parfois l'arbre tout entier!!
La longévité du figuier est de 300 ans environ: curieusement, le plus vieux figuier français ne se trouve dans le sud de la France: il pousse à Roscoff (il fut planté en 1621)!
Le bois du figuier , blanc-jaunâtre ou grisâtre, est mou et peu durable quand il est jeune. En prenant de l'âge, il se raffermit. On s'en servait alors pour construire des vis de pressoirs et les statues des saints des églises du Var. Le bois est un médiocre combustible. Quant à ses cendres, elles donneraient d'excellentes lessives.

CULTURE:
Comme la vigne, le figuier est prolifique (1-2 kg/m²) et il fructifie sur les rameaux de l'’année. Le figuier se bouture très facilement en fin d’hiver en prélevant un rameau de 15-30 cm avec un bourgeon terminal. Il commence à produire la quatrième année et atteint sa pleine production vers la douzième année. On peut aussi le propager par greffage, culture in vitro, marcottage aérien, rejets de souche….
Le figuier se cultive à exposition chaude et ensoleillée (contre un mur au sud ou au sud ouest, à l'‘abri des vents froids), dans une terre non acide. Il ne supporte pas le couvert. A -15°C, la partie aérienne est détruite, mais il peut repartir du pied. Il lui faut beaucoup d'’eau durant le printemps et le début de l’été (600 mm/an); sinon, les feuilles et les fruits se flétrissent. On lui apporte, loin du tronc, à l'’aplomb du feuillage, 150 g/m²/an d’'engrais 4-8-12 (pauvre en azote) ou 30 g de sulfate de potassium/m²/an, au printemps seulement. Ainsi, le bois aura le temps de se lignifier avant l'’hiver, ce qui important dans les régions froides. La fructification est meilleure dans les sols calcaires, frais, surtout si la croissance des racines est restreinte. On ne le taille pas car il cicatrise mal. Mais il faut néanmoins l'étêter quand il atteint 2,50 m de haut (la récolte sera plus facile). Son principal ennemi est la teigne que l’'on élimine de manière écologique avec la bactospéine. On prévient le chancre avec la bouillie bordelaise. De nos jours, les figueries sont concentrées dans le bassin méditerranéen (Var surtout), mais jadis les figues d'Argenteuil étaient célèbres.
Si les feuilles s'enroulent au niveau de leur sommet (du printemps à l'automne), c'est l'oeuvre de la larve du xylopode du figuier Choreutis nemorana, chenille verte à points noirs. En ouvrant une feuille, on voit un ou deux cocons (et de minuscules crottes noires). Pour les éliminer, il faut les écraser avec les doigts.

Application en phytothérapie


Digeste, la figue fraiche est très calorique (80 Cal/100g) et la figue sèche l'est 4 fois plus (270 Cal/100 g) c'est-à-dire autant que le raisin sec. De plus, elle est riche en minéraux (calcium, phosphore, potassium), en oligoéléments (fer, magnésium: ce dernier est un excellent anti-stress), en protides, en glucides (50 %) et en vitamines (A, B, C). La peau de la figue contient des antioxydants. L'association avec des céréales complètes, des huiles vierges ou les olives constitue une alimentation nutritive complète.
Voici un aperçu de ses nombreuses propriétés: asthénie, cancer, constipation (graines laxatives), coeur, convalescence, croissance, cure d'amaigrissement, grossesse, poumon (le lait bouilli avec des figues est recommandé en cas de maux de gorge, de toux ou de rhume), tension, verrue, vieillissement (régime crétois: voir la fiche "pourpier").
Le latex blanc ("lait de figuier") contient des enzymes digestifs capables de digérer la viande (efficace contre les cors et les verrues). Ce suc est à la fois un cicatrisant et un rubéfiant: il peut provoquer des démangeaisons et pourtant il fut utilisé pour traiter des problèmes dermatologiques, mais il est moins efficace que la chélidoine.
A l'état frais, la figue est un diurétique et surtout un excellent anti-fatigue grâce à son taux élevé de vitamines A, B et C. C'est aussi un fruit aphrodisiaque pour les deux sexes, hommes et femmes.
ATTENTION! Les feuilles par simple contact peuvent provoquer des réactions allergiques.


Les recettes de cuisine


ATTENTION AU FEUILLAGE LORS DU RAMASSAGE. Lors de nos sorties éco-touristiques et de nos balades dans la nature en Gironde, nous rappelons, à chaque fois, qu'il peut provoquer des allergies de contact (dermites douloureuses), à peine touché, surtout par temps chaud et si on transpire, à cause des furanocoumarines (ou psoralènes). Les cloques peuvent rester plusieurs mois (hyperpigmentation résiduelle)!
Aliment de base des civilisations asiatiques et méditerranéennes, la figue se mange crue (fraîche ou sèche). Pour obtenir des figues sèches, choisir des figues-fruits, les fendre en deux, les exposer au soleil sur des claies et les retourner fréquemment; les rentrer dans la maison pour la nuit; les aplatir avec la paume; les conserver avec des feuilles de laurier sauce (les Romains les conservaient ensuite dans l'huile). On peut aussi les réduire en pâte de fruits.
On transforme la figue en bonbons, confitures (relever la saveur avec des baies de genièvre, des zestes de citron ou d'orange) et on l'associe aux mets les plus délicats (foie gras). Séchées et torréfiées, elles servaient de pseudo-café en poudre (Suisse).
Jadis, les Romains avait l'habitude de manger les figues en hors-d'oeuvre, assaisonnées de sel, de vinaigre et de garum. De tout temps, divers animaux (cochon, oie, poule) ont été nourris avec des figues pour améliorer la qualité de leur chair.
En Orient, les figues fermentées donnent un vin dont on extrait une eau-de-vie par distillation.
Le latex (ou la décoction de rameaux) contient un ferment servant de présure: séché, il sert à coaguler le lait, surtout s'il est bouilli (propriété connue depuis l'Antiquité). Il sert même d'attendrisseur pour les viandes un peu coriaces. Allongé d'eau, le "lait de figue" sert d'encre sympathique (révélée par la chaleur).

RECETTES DE LA CONFITURE, DU SIROP ET DE LA LIQUEUR DE FIGUES: voir la fiche "ronce" rubrique "recettes de cuisine" (on remplace simplement les mûres par les figues dans ces recettes).

Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.