L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Fougères

1

Nom commun : 

Fougères

Description


Ce sont les premiers végétaux de taille importante à être sortis de l'eau, il y a 400 millions d'années. Avant cette époque, toutes les cellules des êtres vivants baignaient dans la "soupe nourricière" qu'était l'eau de mer. En quittant le milieu aquatique, tout se complique! Il faut puiser l'eau et les minéraux dans le sol (d'où l'invention des racines) et porter tous ces aliments à toutes les cellules (d'où l'apparition des vaisseaux conducteurs de la sève). Ce sont donc les fougères qui ont inauguré ces deux organes révolutionnaires dans l'évolution. Avant que les plantes à fleurs améliorent ce système pour s'affranchir encore davantage du milieu liquide lors de leur reproduction (et avant l'assèchement généralisé au Permien), les fougères ont régné en maitre à l'ère primaire et notamment au Carbonifère (il y a 300 millions d'années) avec les fougères arborescentes. Très proches de leurs ancêtres de l'ère primaire (pas de fleurs, pas de graines), les modestes fougères actuelles de notre région évoquent donc les temps antédiluviens où la Terre était dans son enfance: elles ont traversé les âges, en dépit d’'un mode de reproduction archaïque, avant que la nature innove en explorant celui des fleurs. Le graphisme et l’'aspect fractale des feuilles sont dignes du plus talentueux des orfèvres!
Elles valorisent les zones d’ombre et les sous-bois où peu de plantes poussent, en association avec les cyclamens et les primevères dans notre jardin de la biodiversité de Mérignac. Dans le langage des fleurs, elles symbolisent la sincérité. Et pour nos ancêtres celtes, la mémoire. Les fougères de notre pays ont toutes un air de famille: feuilles enroulées en crosse à l'état jeune, naissant d'une souche; feuilles découpées (sauf la langue de cerf); spores (organes de dissémination asexués) enfermées dans de petites boites (les sporanges) qui sont groupées en amas (sores). Et oui, les fougères ne fleurissent pas! Qui pourrait deviner que les taches claires sous les feuilles sont ces réservoirs de spores (les sporanges), sur lesquelles reposent tout l'avenir de la plante?! Poser une fougère sur un papier coloré: au bout de quelques jours, sous l'effet de la sécheresse, un anneau inséré dans la paroi du sporange se redresse propulsant mécaniquement les spores que vous verrez avec une loup grossissante (idem avec les chapeaux des champignons). Vous pouvez même définitivement fixer avec une laque à cheveux.
L'étrange cycle de reproduction se déroule en deux temps:
1) les spores, très légères, sont emportées par le vent; ces organes de résistances résistent au froid hivernal. Puis, après plusieurs mois de vie ralenti, chaque spore commence à germer en terre et donne naissance, au printemps, à une plante en forme de lame verte (présence de chlorophylle): le minuscule prothalle de quelques millimètres de long, dépourvu de racines et de vaisseaux (il est alimenté en eau et en sels minéraux par une foison de rhizoïdes ancrés dans le sol).
2) c'est sur la face inférieure de ce support qu'apparaitront les organes sexuels: les uns renferment des anthérozoïdes (gamètes mâles) et les autres des archégones (gamètes femelles). S'il y a assez d'eau, les anthérozoïdes sont libérés. Grâce à leurs flagelles, ils nagent vers l'archégone (une sorte d'ovule rudimentaire, sans protection contre l'extérieur), attirés par des sécrétions mucilagineuses. Les deux cellules sexuelles peuvent fusionner en un oeuf qui donnera une bébé-fougère miniature. D'abord simple lame verte parasitant le prothalle, elle émettra d'autres frondes et elle grandira pour devenir bien visible de tous.
Les trois espèces les plus communes dans nos forêts sont: la fougère aigle (très majoritaire), la fougère mâle (la seule utilisée en phytothérapie -sa racine surtout-) et la fougère femelle.

QUELQUES FOUGÈRES DE NOTRE JARDIN PARMI LA QUINZAINE D'ESPÈCES PRÉSENTÉES DANS LA FOUGERAIE DU JARDIN DE LA BIODIVERSITÉ DE MÉRIGNAC:
- Dryoptérix erythrosora: le plus décoratif des dryoptérix au printemps (frondes jeunes rose-cuivre, puis orangée quand elles se déroulent, enfin virage au vert foncé; indusies rouges contrastant avec le revers du feuillage). Les couleurs ternissent si la fougère est exposée au soleil. Feuillage très ciselé. Vigoureuse (valeur sûre). Très rustique (-20°). Originaire du Japon, de Chine et de l’'Asie du Sud Est. Des bourgeons adventifs peuvent se développer aux aisselles du rachis des frondes.
- Dryopterix filis mas (fougère mâle): pendant la Renaissance, on croyait que la cueillette nocturne des spores lors de la Saint Jean avait le pouvoir de rendre invisibles (d’où l’'interdiction de cette plante par l'’Église). Vermifuge (contre le ténia) à petite dose. Pousse aussi bien sur terre acide que sur sol calcaire! Frondes peu nombreuses (5). Feuilles caduques finement architecturées. On la différence de la fougère femelle par ses sporanges disposés sur deux rangs à la base ou sur la moitié inférieure de pinnules, à proximité immédiate de la nervure médiane. La fougère femelle, elle, a ses sporanges disposés aussi sur deux rangs, mais sur toute la longueur de la nervure médiane des pinnules.
- Asplenium Scolopendre (photographie de droite): car, dessous ses feuilles, les spores sont disposées comme les pattes d’'un mille-pattes!; appelé aussi herbe à la rate, langue de cerf (ou de bœoeuf) à cause de la forme de la feuille persistante parfois ondulée sur les bords, luisante dans la pénombre. Propriétés expectorantes (un des composants du sirop de chicorée). Pétiole avec écailles brunes. Souvent sur sol calcaire. Elle demande beaucoup d'humidité constante dans le sol et dans l'air; aussi, se confine-telle à l'ombre, près de l'eau (et même presque exclusivement dans les puis dans le Midi!).
- Polypode Polypodium vulgare (réglisse des bois; 15 à 50 cm): la racine contient un principe amer glucosidique, à saveur de réglisse. C'est un laxatif doux et cholagogue, un vermifuge, un expectorant et un antitussif.
- Fougère grand aigle Pteridium aquilinum (photographie centrale) ou fougère impériale ou héous (en gascon): Lors de nos sorties éco-touristiques et de nos balades dans la nature en Gironde, c'est la fougère la plus abondante (et de loin) que nous rencontrons dans nos sous bois du Sud-Ouest. Si ses ancêtres datent de 55 millions d'années, notre fougère date de 5 millions d'années. Elle est formée d'une seule feuille: ce que l'on prend pour une tige est le pétiole de la feuille. La vraie tige est souterraine (à &0 cm de profondeur): c'est le long rhizome rampant qui s'étend en réseau jusqu'à 1 km. C'est donc un excellent colonisateur des sols brutalement dénudés (coupe à blanc, incendie). Une fois installée, la fougeraie (ou ptéridaie) est quasiment immortelle. La reproduction végétative est son principale mode de reproduction car elle est souvent stérile. de plus, les spores ne se développent pour donner un prothalle intermédiaire que dans des sols calcaires et humides c'est-à-dire des conditions opposées à celles de la fougère. Elle n'est courante que jusqu'à 200 m d'altitude seulement. Néanmoins, l'altitude la plus haute où on la trouve est 1744 m (Savoie). En cas de drainage, la fougère aigle supplante la molinie et la callune. La flore des sous-bois avec une fougeraie est 30% moins riche que ceux sans fougères. La fougère aigle a besoin d'un minimum de lumière: les 10% (et même 5%)de luminosité qui arrive au sol dans les pinèdes lui suffisent, mais pas le 1% de la hêtraie-charmaie. Lors de nos sorties découvertes ouvertes au public, nous avons pu remarquer que le sol des fougeraies était souvent creusé de terriers de lapins. Les éleveurs de chevaux et de bétail se méfient de la toxicité de cette plante car elle contient une enzyme qui détruit la vitamine B (et aussi des substances cancérigènes) provoquant alors des troubles de coordination nerveuse et même des convulsions mortelles sur ces animaux (qui, heureusement, l'évitent, en général, d'instinct). Les jeunes frondes des jeunes fougères aigles (au moment où elles percent le sol), une fois enlevées la pellicule brune, sont comestibles, cuites 10 minutes dans plusieurs eaux bouillantes salées et passées à la poêle, à condition d'en consommer occasionnellement (sinon, risque de cancers): considérées comme une véritable friandise par les Japonais, elles décorent leurs plats de riz et de poissons. Éventuellement on peut ensuite les confire dans le vinaigre. Au Danemark, des études montrent que les molécules toxiques des fougères sont entrainées par les eaux de ruissellement dans les nappes phréatiques, ce qui est inquiétant. Son rhizome sert à fabriquer du pain aux îles Canaries. les cendres de cette fougère, riches en potassium, étaient utilisées comme fondant (à la place de la soude) pour fabriquer le "verre de fougère" de qualité moyenne. La fougère servait de litière pour les animaux ou de chaume pour les toitures, ansi qu'à la confection de panier à cerises (vannerie). Jadis, on croyait qu'une femme enceinte qui enjamberait (ou marcherait sur) une fougère aigle avorterait rapidement. La crainte du pouvoir des plantes (y compris à distance!) montre combien l'incompréhension des phénomènes n'a d'égale que la crédulité du peuple.
- Athyrium du Japon "Metallicum" (photographie de gauche; jardin botanique de Talence). Absente du jardin actuellement.
- l'osmonde royale Osmunda regalis (fougère royale) présente, au terme de la croissance de ses frondes, des sortes de grands épis (inflorescence ramifiée caractéristique) qu'on pourrait prendre des fleurs (d'où son nom populaire de "fougère fleurie"), mais -en fait- il s'agit de feuilles fertiles, couvertes de sporanges groupés sur les lobes supérieures. PLANTE A PROTÉGER A L'ÉTAT NATUREL.
- la géante DICKSONIA ANTARCTICA (arborescente) (-7°): nécessite l'’humidité constante. Elle est absente du jardin actuellement.

Le jardin public de Bordeaux (au fond du jardin botanique de la rive gauche) abrite une belle collection des fougères suivantes (de gauche à droite): Dryopteris (cycadina, filis mas), Polystichum setiferum, superbe et fragile Athyrium niponicum, dryoptérix (erythrosora, woodwardia), scolopendre, autre pied de Polystichum setiferum, Polystichum minus, Cyrtomium fortunei, Athyrium filix, Matteucia, Osmonde royale, Réglisse des bois.


CULTURE:
En général, les fougères ont besoin d'ombre et d'humidité (dans la terre et dans l'atmosphère). Elles détestent les engrais: un légère infusion de thé est un engrais suffisant pour elles!

BIBLIOGRAPHIE:
La garance voyageuse N° 115 p. 14 à 21.


Application en phytothérapie


PAS D'USAGE INTERNE(risques de paralysie des centres respiratoires, effet abortif)! La fougère aigle, par exemple, contient des substances cancérigène et de la thiaminase (qui détruit la vitamine B).
En usage externe, le bain de feuillage de la fougère mâle a la réputation de calmer les crises de rhumatismes et de sciatique.
Autrefois, les rhumatisants, les énurésiques et les nourrissons rachitiques couchaient sur des litières confectionnées avec les feuilles sèches de la fougère aigle pour se soigner.


Les recettes de cuisine


Attention à la maladie de Lime (ou tic du chevreuil).
Dans le nord de la France, on consomme les très jeunes crosses, juste au moment où elles sortent de terre, cuites (dans deux eaux salées) et servies soit comme des asperges, soit intégrées à une omelette, soit passées à la poêle avec des pâquerettes et du persil. De même, les supermarchés canadiens en proposent à la vente. Mais, ATTENTION! Aussitôt la crosse déroulée, la fougère aigle devient toxique. A la cuisson, elles dégagent une forte odeur d'amande très amère. La consommation d'une poignée au printemps ne présente pas de danger. Mais, les Japonais en consomment davantage et ils ont quelques problèmes de santé. Comme les crosses cuites sont mucilagineuses, on peut s'en servir pour épaissir les soupes.
Le rhizome bien que toxique à l'état cru était jadis cuit dans plusieurs eaux, réduit en poudre (en enlevant les fibres) et mélangé à la farine pour augmenter son volume (pain de fougère), lors des périodes de famine notamment. Le rhizome cuit est encore consommé de nos jours chez les Maoris (masticage).

RECETTE DES CROSSES DE FOUGÈRES AIGLES BOUILLIES:
Ne cueillir que de toutes jeunes crosses recroquevillées sur elles-mêmes, avec aucune feuille ouverte. Les lier en bottes. Cuire à l'eau bouillante salée pendant 5 minutes: les crosses prennent une jolie couleur verte intense. Jeter cette première eau de cuisson.
Remettre les bottes dans une nouvelle eau salée. Faire bouillir pendant au moins 5 minutes. Prélever une fougère pour la gouter afin qu'elle soit à votre goût (al dente ou moelleuse). Les séparer alors de cette deuxième eau de cuisson.
Les accommoder avec une sauce comme pour les asperges.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.