L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Genêt à balai

1

Nom commun : 

Genêt à balai

Nom latin : 

Sarothamnus scoparius

Autres noms : 

sarothamne, brande genêt, juniesse, herbe à balais, genestes, genêt vert, genettier, genêt d'or, spartier à balais, genêt commun

Famille : 

Fabacées

Origine : 

Europe

Taille : 

0,60 - 2 m

Description


D'avril à juillet, ses fleurs sont les compagnes de nos randonnées et de nos sorties découvertes que nous organisons, à la demande, en Gironde, dans les bois peu touffus, les landes et les pâturages secs.
Lors de la fuite en Égypte de la Sainte famille, le genêt fut la seule plante à ne pas s'écarter à son passage; aussi, fut-il condamné à rester sec et dur jusqu'à la fin des temps. Le roi Henri II d'Angleterre prit le nom de Plantagenêt à cause du rameau de genêt figurant sur les armoiries de sa famille.
Lorsque des terres agricoles et acides sont abandonnées, le genêt s'en empare, en compagnie de la fougère et de la ronce.
Ses rameaux ANGULEUX, verts (mais noircissant par temps sec) sont munis de cinq côtes longitudinales très saillantes. Les feuilles sont peu nombreuses, petites, alternes, simples ou composées de trois folioles arrondies, ciliées sur les bords. Elles tombent précocement.
En mai, sa grande fleur (en couple ou solitaire) est typique des Papilionacées. La corolle comprend: un grand étendard supérieur, deux ailes latérales et deux pétales rendus solidaire et en forme de carène pour protéger les organes sexuels de la plante. La fleur contient dix étamines soudées partiellement par leurs filets: cinq étamines longues et cinq étamines courtes, ainsi qu'un long style. Les étamines longues et le style sont tendus comme autant de petits ressorts dans la nacelle de la corolle. Vue à la loupe, on remarque à quel point la fleur est astucieusement construite pour la fécondation croisée par des butineurs de grande taille. La première fois que le passage vers l'intérieur de la fleur est forcé par un lourd bourdon, les deux pétales inférieurs se séparent sous son poids. Les ressorts se détendent violemment: le premier bouquet d'étamines miniatures surgit et dépose avec beaucoup de force le pollen sur l'insecte, tandis que le style (le ressort le plus long) vient le fouetter pour capter le pollen déposé par une autre fleur précédemment visitée (en fait, ça marche mieux quand les étamines sont flétris car alors le pistil s'allonge pour mieux récupérer le pollen sur le dos de l'insecte). Une fraction de seconde plus tard, c'est au tour des grandes étamines de se détendre pour le bombarder de pollen! Ainsi, chichement nourri (pas de nectar, que du pollen) et entarté de pollen, le visiteur -pas rancunier!- ira visiter une autre fleur. Les insectes, autres qu'abeilles et bourdons, ne peuvent pas se poser sur la carène et ne peuvent donc pas féconder la fleur. Au parc du château de Mérignac (33700), nous avons observé de curieuses galles sur les tiges. Ces excroissances claires/rosâtres (jusqu'à 3 cm de long) sont produites par un acarien: l'ériophyide du genêt Aceria genistae. Il faut un microscope pour voir l'animal tellement il est minuscule!
Il existe de nombreuses variétés horticoles avec des couleurs de fleurs blanches et roses.
Le fruit est une gousse noire rougeâtre, longues, plate et poilue sur les bords, renfermant une douzaine de graines marron et luisantes. A maturité, les deux moitiés de la gousse se tire-bouchonnent comme des ressorts, s'ouvrent brusquement et expulsent, au loin (3 mètres), les graines bruyamment ("le pet du genêt" ou le "cric crac"). Pour faire germer des graines qui ont durci avec le temps, voir les conseils donnés sur la fiche "hovénie douce".
Comme toutes les Fabacées, le genêt est une plante frugale et robuste qui, en plus, enrichit le sol: ses racines absorbent l'azote atmosphérique grâce à des nodosités. Elles fixent aussi les pentes (remblais de chemins de fer ou d'autoroutes).
Il sert à fabriquer des balais, recouvrir des toitures à l'ancienne, construire des cabanes ou simplement comme de bois de chauffage. En période de guerre, on en faisait même des fibres utilisées pour élaborer de solides tissus (voiles des navires romains). Il est utilisé aussi comme fourrage pour le gibier (lièvre). Les paysans nordiques tissent même des chaussures avec les rameaux écorcés.

Il faut savoir le distinguer d'autres plantes TOXIQUES qui lui ressemblent beaucoup: l'ajonc (aux feuilles piquantes; le calice des fleurs a deux lèvres aussi longue que la corolle), le cytise (aux fleurs en grappes pendantes au bout de longs pétioles), le genêt d'Espagne (spartier d'Espagne, joncier, agnesto) Spartium junceum (toujours à feuille simple contre des feuilles souvent à trois pétioles pour le genêt à balais, longue gousse de 6-8 cm contre 4-5 cm pour le genêt à balais; souvent cultivé pour le transformer localement en corde, filet, sac, linge, pâte à papier; toxique à cause de fortes doses de cytisine; utilisé en filature: véritable industrie dans le Languedoc -Lodève- et dans les Cévennes).

Application en phytothérapie


Ce n'est que depuis le XIXe siècle que le genêt à balai est employé en phythotérapie. Côté esthétique et beauté, en usage externe, des compresses imbibées d'une infusion tiède de fleurs est un excellent traitement contre la couperose et pour les peaux fragiles (contour des yeux). C'est aussi une lotion revitalisante pour les cheveux mous, abimés et fragiles. Le genêt à balais trouve aussi sa place dans les crèmes de massage (jambes lourdes, pied).
Côté médicinal, c'est une PLANTE TOXIQUE A DOSES TROP FORTES (mort par paralysie respiratoire ou fibrillation du coeur, comme le curare). A faibles doses, c'est un cardiotonique (spartéine), utilisé UNIQUEMENT PAR LES MÉDECINS.
L'infusion de fleurs en boutons ont des vertus diurétiques éprouvées: en augmentant le volume des urines, elle permet d'éliminer les chlorures.
Les moutons qui broutent cette plante sont plus résistants aux morsures de vipère (témoignage de bergers auvergnats). Profitant de cette observation, les bergers posent des emplâtres de tiges pilées et bouillies de genêt sur les morsures de serpents. Les propriétés antivenimeuses du genêt ont été confirmées par des études scientifiques de G. Billard et du professeur Binet et elles seraient dues à la spartéine. Bien évidemment, cela ne remplace pas le sérum antivenimeux!


Les recettes de cuisine


LA PLUS GRANDE PRUDENCE EST RECOMMANDÉE: IL EST COMPLÉTEMENT INTERDIT AUX PERSONNES HYPERTENDUES OU SUJETTES AUX PALPITATIONS. Seules, les fleurs en boutons peuvent être consommées. En Grande Bretagne, on fait un vin de fleurs. Elles seules (pas celles des autres genêts) peuvent être confites dans le vinaigre (RECETTE DE CONSERVATION DES FLEURS DE GENET PAR SALAGE OU SOUS FORME DE PICKLES: voir la fiche "cornichons", rubrique "les recettes de cuisine").
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.