L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Hamamélis de Virginie

1

Nom commun : 

Hamamélis de Virginie

Nom latin : 

Hamamélis virginiana

Autres noms : 

Noisetier de sorcière, arbre aux araignées d'or, café du diable, digitaline des veines

Famille : 

Hamamélidacées

Origine : 

Côte Est de l'Amérique du Nord

Taille : 

4 m (voire 7 m)

Description


Hamelis signifie, en grec ancien, "analogue au pommier". Parmi les cinq espèces d'hamamélis (H; vernalis, H. ovalis, H. japonica et le plus courant dans nos jardins H. mollis), c'est l'hamamélis de Virginie qui présentes les meilleures propriétés phytothérapiques. Au XVIIIè siècle, les Européens s'inspirent des connaissances des Indiens d'Amérique du Nord pour réaliser les premières applications médicamenteuses: vers 1735, Callimon introduisit la feuille et l'écorce en Europe. En France, on trouve notamment cet arbuste aux rameaux flexueux en Ardèche. Une belle collection d'hamamélis est aussi visible à l'entrée du bâtiment administratif de la mairie de Mérignac.
A l'automne, l'hamamélis de Virginie est doublement décoratif:
- d'une part, par son feuillage aux tonalités dorées à rousses (les feuilles caduques rappellent celles du noisetiers: asymétriques à leur base, larges et ovales, aux nervures saillantes en dessous),
- d'autre part, par sa floraison arachnéenne et parfumée, d'un jaune lumineux, même si celle-ci est partiellement cachée par le feuillage qui n'est pas encore tombée (contrairement aux autres hamamelis). Cette fleur bizarre et très odorante mérite d'être examinée de près: la corolle est constituée de quatre pétales, jaune brillant, longuement effilés (1-2 cm), étroits et chiffonnés, rappelant une araignée (d'où le nom populaire et poétique de l'arbuste: "arbre aux araignées d'or"). Ces fleurs sont regroupées en épis denses. C'est une source de nourriture non négligeable pour les papillons à une époque où le nectar devient rare.
Le fruit est une capsule pubescente de 10-14 mm qui, à maturité, se fend brusquement en deux moitiés. Les deux graines noires et comestibles sont alors projetées à plusieurs mètres de là.

Application en phytothérapie


Avant l'arrivée des Européens, les Indiens d'Amérique du Nord utilisaient déjà ses feuilles et son écorce pour soigner les fièvres, les affections ophtalmologiques (yeux rouges, décollement de la rétine), gynécologiques (douleurs des règles) et dermatologiques (eczéma atopique, contusions, érupttions cutanées). Toutes ces propriétés ont été confirmées par la suite par des études scientifiques. L'hamamélis est riche en flavonoïdes (aux vertus vitaminiques P) et en un tannin spécifique: l'hamamélitanin (10 %; veinotonique) qui permettent de soigner toutes les formes de traumatismes des veines et des capillaires, y compris les douleurs oculaires (sensation de sable qui pique). C'est un astringent, un vasoconstricteur des troubles circulatoires. Il résorbe la couperose, les oedèmes veineux, les jambes lourdes, les hémorroïdes et les varices. Des savons cosmétiques à l'hamamélis sont vendus, notamment pour le visage. Les barbiers nord-américains utilisaient une lotion au début du XXè siècle (coagulation et asepsie des éventuelles micro-coupures lors du rasage). Le distillat de feuilles et d'écorce ("eau d'hamamelis" ou cohobat si elle est encore plus concentrée) est astringent et tonique, en usage externe.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.