L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Lathrée clandestine

1

Nom commun : 

Lathrée clandestine

Nom latin : 

Lathraea squamaria

Famille : 

Orobanchacées

Origine : 

Europe occidentale

Taille : 

10 cm

Description


La lathrée clandestine pousse surtout dans les boisements humides ou frais, par exemple à proximité de ruisseaux (La Devèze dans notre commune de Mérignac) où elle parasite les racines de divers arbres (noisetiers surtout, peupliers, saules, aulnes, chênes). En France, on la trouve dans notre sud-ouest, le Massif Central et l'ouest. Cette plante est aussi cultivée pour ses tapis floraux lumineux, notamment en Angleterre.
La partie souterraine est énorme (jusqu'à plusieurs kilos): elle est formée de tiges blanches et ramifiées couvertes de bractées écailleuses et charnues. Leur centre présente une cavité débouchant à l'extérieur par une fente et garnie de glandes. De minuscules insectes y sont piégés et constitueraient (selon certains auteurs) pour la plante une source de matières premières pour la fabrication de ses protéines: pour ces botanistes, la plante serait donc carnivore!
Les fleurs penchées et irrégulièresde 4 à 5 cm, pédicellées (14-17 mmm de long), groupées en épis denses et charnus, apparaissent au ras du sol de fin mars à début mai. Le calice glabre, en forme de cloche, présente des lobes triangulaires. La corolle en forme de tube se termine par une lèvre supérieure en capuchon et sa lèvre inférieure est divisée en trois lobes étalés ; de la pointe du capuchon émerge largement un long style blanc. La couleur normale des fleurs est le violet pourpré ou bleu-violacé mais il peut arriver - rarement - de rencontrer des pieds ou des colonies à fleurs plus pâles, roses voire entièrement blanches.
L'absence totale de chlorophylle (pas de couleur verte) s'explique par son parasitisme puisqu'elle se fixe sur les racines de l'hôte pour prélever les nutriments nécessaires à sa croissance grâce à des suçoirs agissant comme les canules des transfusions sanguines (haustorias). Étant donné qu'elle fleurit et fructifie durant la montée de la sève au printemps (avril-début mai), les hôtes ne souffrent que très peu de ce parasitisme (contrairement à l'action du gui).
La lathrée clandestine produit des fruits (capsules aplaties). Les grosses graines (quatre à cinq par fruit) sont projetées à grande distance: elles sont disséminées par l'eau, une fourmi ou un oiseau. La graine ne pourra germer que s'il y a suffisamment d'humidité et si la racine d'un arbre hôte se trouve à proximité. Ensuite, il faudra attendre dix ans avant quelle produise la moindre fleur !
Lorsqu'elle a fructifié, la clandestine disparait de la surface du sol (en juin) jusqu'au printemps suivant, si ce n'est un gros renflement au pied d'un arbre lorsque le rhizome est assez gros. D'ailleurs, lathrée vient d'un mot latin signifiant "caché": certains pieds fleurissent et fructifient sous terre et on ne les voit jamais.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.