L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Lavande

1

Nom commun : 

Lavande

Nom latin : 

Lavandula angustifolia, L. officinalis, L. vera

Autres noms : 

Lavande vraie, lavande officinale, lavande femelle, lavande à feuilles étroites

Famille : 

Lamiacées

Origine : 

Perse, Canaries

Taille : 

30 à 100 cm

Description


Lavandula (comme le mot lavandière) viendrait du latin "lavare" = laver (car elle parfumait et parfume toujours les bains depuis l'époque romaine au moins). Comme la vigne et l'olivier, elle fut importée dans notre pays par les Phocéens, sur les coteaux arides et calcaires. A partir du XVIIIe siècle, la récolte et la culture de la lavande se développent comme activité d'appoint pour valoriser les terres arides et incultes des moyennes montagnes de la Provence. Elles s'intensifient à la fin du XIXe siècle pour culminer dans les années 1920. Les distillateurs itinérants vendaient leurs essences aux parfumeurs de Grasse. A partir des années 1920, la culture de la lavande et du lavandin progresse, profitant des améliorations des techniques de distillation. Dans les années 1950, la mécanisation industrialise la production et le ramassage de la lavande sauvage n'intéresse pratiquement plus personne. La France est le premier producteur de lavande fine. Il faut 130 kg de lavande (pré-fanée pour limiter la teneur en eau avant la distillation par entrainement à la vapeur d'eau) pour produire un litre d'huile essentielle. Elle se récolte en août, en fin de floraison, en même temps que la menthe sylvestre (le thym en mai, la rose en juin).
Il y a plusieurs espèces de lavandes*, notamment de nombreux hybrides de lavandins qui ont complètement (80 % de la surface cultivé en lavande) envahi la Provence à partir des années 1920 car leur production peut être jusqu'à dix fois plus importante que la la lavande vraie. Mais celle-ci reste la plus aromatique et la plus cultivée dans nos jardins pour leur donner une ambiance méditerranéenne. De plus, c'est la seule lavande avec des propriétés officinales.
La feuille persistante, gris vert, est huit fois plus longue que large. Cette couleur grisâtre est due à la pilosité du feuillage. C'est une adaptation à la sècheresse, tout comme le bord enroulé des feuilles. A l'extrémité des rameaux, les fleurs estivale s'épanouissent en épillets lâches et violets. On attribue des pouvoirs magiques à cette plante: protection contre l'infidélité, paix, bonheur, amour et chasteté, comme le rappellent toujours les lettres d'amour parfumées à la lavande.
Et faites comme moi: caressez les lavandes en bordure des pistes cyclables pour faire chanter leurs accents odorants...
* Outre la lavande vraie (tiges NON ramifiées; feuilles allongées; poussant entre 800 et 1400 m d'altitude), signalons la lavande aspic Lavandula latifolia (autres noms: grande lavande, lavande mâle; aux feuilles trois plus longues que larges; feuilles plus larges que la lavande vraie; tiges ramifiées; poussant au dessous de 600 m) et la lavande de France ou lavande maritime Lavandula stoechas (aux fleurs comme des ailes dressées et effilées de papillon, au parfum camphré assez monotone; sol siliceux). Le lavandin Lavandula X hybrida est un hybride de lavande vraie et de lavande aspic. Son parfum est moins délicat, mais il est plus productif.

CULTURE:
Plantation en automne, en sol sec, calcaire, rocailleux, plutôt calcaire, le plus ensoleillé possible et très sec (le parfum de la lavande n'en sera alors que plus fort!). Bonne taille à la fin de l'automne (voire en fin d'hiver), en buttant la partie inférieure des rameaux pour leur faire prendre racines.

Application en phytothérapie


NE PAS DÉPASSER LES DOSES MÉDICINALES (elle devient notamment excitantes à doses plus fortes). INCOMPATIBILITÉ AVEC L'IODE ET LES SELS DE FER.
La réputation de la lavande pour se défendre contre le stress n'est plus à faire, notamment pour calmer les spasmes du coeur et l'asthme. Le plus simple est de diluer quelques gouttes d'essence de lavande dans une huile végétale, puis de s'en frictionner la peau ou de respirer cette préparation. Une autre solution est l'infusion: la tisane de lavande (une cuillerée à soupe de fleurs pour 3-4 tasses) calme nervosité, irritabilité et migraine nerveuse.Les fleurs (avant leur épanouissement) sont plus riches en huiles essentielles que les feuilles et les tiges.
Probablement grâce au camphre qu'elles contiennent, les feuilles sont d'excellents insectifuges (poux, piqûres de moustiques et de guêpes, mites), surtout macérées dans le vinaigre.
Très nombreuses propriétés: antiseptique, antispasmodique (toux), carminative, cholagogue, cicatrisante, diurétique, insecticide, stimulante, sudorifique.
Au niveau de l'utilisation cosmétique, en usage externe, l'eau de lavande (en compresses ou en pulvérisations) calment les peaux irritées par l'acné, le froid, le vent, le soleil (coup de soleil), ainsi que les érythèmes fessiers et les brûlures superficielles. Elle fortifie le cuir chevelu.
L'huile de lavande est un cicatrisant encore plus puissant que l'eau de lavande (affections ou allergies cutanées), un antiseptique; elle calme les douleurs rhumatismales et musculaires, les crampes, les troubles du sommeil, l'énervement, la dépression et le stress.
A l'époque de la Rome antique, les prostituées s'enduisaient le corps de cette huile dans le triple but de se signaler aux passants, de se parfumer et de se protéger des maladies (antiseptique). Lorsqu'une femme romaine bravait l'interdiction de boire du vin, elle masquait son haleine en mâchant de la lavande. Même démasquée par son mari, son écart de conduite lui était pardonné car elle était plus enjouée que d'habitude! Mussolini se parfumait plus que de raison avec la lavande vraie pour plaire à la gente féminine. On prétend que la lavande mélangée au romarin favoriserait la chasteté: en 1506, Sainte Angèle Mérici, fondatrice des Ursalines, prescrivait cette mixture aux jeunes filles que leurs familles enfermaient dans des couvents pour inconduite.


Les recettes de cuisine


A UTILISER COMME AROMATE EN TRÈS PETITES QUANTITÉS (sinon convulsions!). Les fleurs confites dans du sucre peuvent apporter une touche aromatique originale dans une confiture. On peut en bourre les oreillers pour lutter contre les migraines et les insomnies (comme les cônes de houblon).
Riches en acétate de linalyle et en coumarine, les feuilles (en quantités quasi homéopathiques) assaisonnent aliments gras et légumes. Leur saveur rappelle celle du romarin.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.