L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Métaséquoia

1

Nom commun : 

Métaséquoia

Nom latin : 

Metasequoia glyptostroboïdes

Autres noms : 

Métaséquoia du Sichuan, dawn Redwood, séquoia de Chine

Famille : 

Taxodiacées

Origine : 

Chine occidentale (sechuan)

Taille : 

60 m en Chine

Description


Ce genre ne contient que cette espèce qui fut d'abord connu uniquement sous forme fossile: on la croyait éteinte à l'ère Tertiaire! Jusqu'à ce jour de l'année 1941 où T. Kan, un botaniste et forestier chinois découvrit un peuplement en Chine Occidentale. En fait, les paysans indigènes le connaissaient depuis toujours et se servaient de son feuillage comme fourrage. Peu de temps auparavant, le scientifique japonais avait trouvé à Ususawa des fossiles du même genre. A partir de 1947-1948, il fut introduit en Europe pour sa silhouette gracieuse et conique, ainsi que pour son feuillage brun roux à l'automne (avec des tons rose et jaune) et vert clair au printemps et en été. Comme le mélèze, c'est l'un des rares conifères caducs: les feuilles tombent avec les rameaux. Lors des étés chauds, il perd précocement son feuillage. S'il pleut, il repousse dès l'automne. Les feuilles (1-2 cm), très douces au toucher, sont courbées vers le bas aux extrémités. Elles naissent rouges, puis elles deviennent vert vif dessus, avec une bande pâle de chaque côté de la nervure centrale au revers.
Le métaséquoia ressemble à un Cyprès, mais il est plus ouvert, avec des branches latérales d'aspect plumeux et des aiguilles opposées. L'arbre a d'abord une allure pyramidale élancée (comme celui de la photographie centrale: il porte le numéro 18 au Parc du Bourran, à Mérignac). Puis, il s'étale un peu: les jeunes branches sont légèrement ascendantes, contrairement aux vieilles branches. Les jeunes sujets ont un tronc contourné. Le tronc rectiligne, côtelé à la base, rappelle celui du séquoia géant. L'écorce lisse est brun-rouge (voir la photographie de droite), devient plus grise en vieillissant et s'écaille en bandes avec les ans. Les fleurs mâles, ovoïdes, sont groupées en grappes ou épis pendants (chatons), atteignant jusqu'à 25 cm de long. Les fleurs femelles sont solitaires et dressées. Les cônes (1 à 2,5 cm de diamètre), d'abord verts, virent au brun-rouge à maturité (en hiver): ils sont fixés par de longs pédoncules de 2 cm de long. Les cônes, ovoïdes à cylindriques, à écailles en forme de bouclier, contiennent 5 à 8 graines ailées dont très peu arrive à germer. Aussi, le reproduit-on plutôt par boutures ligneuses au printemps. Il croît vite dans les terrains acides, frais et humides: il pousse de 0,3 à 0,8 m par an (et même 1,4 m quand il est âgé de 20-25 ans) et son diamètre s'accroit 1-1,7 cm par an. On le cultive aussi comme un bonsaï car il prend rapidement un air vieux (écorce fibreuse, croissance rapide).
Ce bois d'oeuvre résistant et de bonne qualité est un arbre d'avenir pour la sylviculture en climat frais. Son tronc cannelé a une écorce filandreuse et rugueuse d'abord rougeâtre, puis brun orangé et enfin grise. Ses racines sont très étalées et superficielles.
On le multiplie par semis ou par bouturage des rameaux latéraux en automne. Très rustique et robuste, il se multiplie facilement et il pousse très vite en sol fertile, à l'abri du vent et des pluies d'été. Il apprécie le soleil, bien que le plein soleil puisse dessécher les aiguilles. Il résiste à - 15° (zone 5b).


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.