L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Néflier d'Allemagne

1

Nom commun : 

Néflier d'Allemagne

Nom latin : 

Mespilus germanica

Autres noms : 

Nèfle commune, nesplier, meslier, mespoulo

Famille : 

Rosacées

Origine : 

Sud-est de l'Europe, Asie Mineure

Taille : 

3 - 6 m

Description


Il est assez rare en Gironde: par exemple, dans un rayon de dix kilomètres autour de notre jardin de la biodiversité de Mérignac, lors de nos sorties découvertes dans la nature en Gironde, nous n'en avons rencontré que quelques exemplaires isolés dans les chênaies claires sur la Communauté urbaine de Bordeaux (Le Burck à Mérignac, Cenon, Floirac, Talence, eau bourde à Gradignan). On le rencontre en lisière de forêt dans l'Ouest de la France (de la Normandie à l'Aquitaine). L'arbrisseau, au port pittoresquement large, a un tronc tortueux et recouvert d'une écorce gris-jaunâtre à brun rougeâtre. Il émet des faisceaux de rameaux ascendants, poilus, irréguliers (et épineux pour la forme sauvage). Le bâton basque (makila) est fabriqué avec le bois dur et dense du néflier. Pour cela, on entaille l'écorce superficiellement par des incisions. On coupe quelques mois plus tard (en septembre). On écorce. Et on place le bâton pendant un mois dans un mélange de chaux éteinte et d'urine pour prendre une belle couleur acajou! Le trempage terminé, on le cire et on le complète d'un pommeau, d'une dragonne et d'une ferrure, avec éventuellement une couche de peinture rouge.
Les feuilles, grandes, caduques, lancéolées, un peu cotonneuses des deux côtés, prennent une jolie coloration jaune cuivrée à l'automne, voire jaune orange. Écorce et feuilles étaient utilisées pour tanner les cuirs.
En mai-juin, apparaissent des fleurs assez grosses (3 cm), blanc-rosé, solitaires, avec des anthères rouge brique. Les fruits sont des drupes, assez grosses (3-4 cm), bronzées, en forme de poires ou de toupies, largement déprimées au sommet, un peu poilus à la base, surmontées d'une large couronne de sépales persistants. La peau est un peu tomenteuse et la chair parfois un peu liégeuse. Ces fruits restent sur l'arbre de l'été à la fin de l'hiver. De nos jours, le néflier commun est devenu surtout un arbre ornemental, relégué dans les haies. Les jeunes sujets peuvent servir de porte-greffe à d'autres arbres fruitiers de la famille des Rosacées.
Semé, il lève tardivement et pousse avec une lenteur désespérante; aussi, la multiplication s'effectue par marcottage et par greffe de préférence (en fente ou mieux à écusson dormant sur poirier, cognassier, pommier, aubépine).
Voir aussi la fiche "néflier du Japon" avec lequel il est impossible de le confondre.

Application en phytothérapie


L'humble nèfle oubliée des gourmets a connu un regain de faveur auprès de certains médecins, suite aux expérimentations du Dc Mercier au début du XXe siècle. Fruits, feuille et écorce sont riches en tannin (astringent). Les fruits soignent les entérites et les diarrhées. Les infusions de feuilles et d'écorce, prises en gargarismes et bains de bouche, guérissent les aphtes et les autres inflammations buccales. La nèfle contient 75 % d'eau (diurétique), de la vitamine C et des acides organiques(malique surtout, citrique, tartrique).


Les recettes de cuisine


Fruit typiquement hivernal, la nèfle a eu son heure de gloire: elle avait sa place dans le verger durant tout le Moyen-Age et chez les Romains. Elle a permis de sauver de la famine bien de nos ancêtres dans le passé. Mais, sa saveur âpre déplait et, désormais, la nèfle est oubliée et elle n'est jamais proposée à la vente, à notre connaissance (cf expression "pour des nèfles") car elle est intransportable quand elle est blette. Car, effectivement, elle ne devient mangeable qu'une fois mûre et complètement ramollie par les gelées. Intransportable, il faut donc la manger crue sur place, nature ou avec du sucre fin. Si vous la transporter, il faudra la consommer cuite (compote)ou frite ou grillée (comme les châtaignes). Curiosité des vieux jardins abandonnés, les nèfles ne survivront bientôt plus que dans de rares mémoires: qui mange encore des fruits blets quand on sait que le moindre ver de pomme soulève déjà le dégout? pourtant, ce fruit est supporté, sans problème, par les estomacs les plus délicats. La fermentation du jus permet de fabriquer une sorte de vin.
Les fruits sont plutôt consommés après transformation: boissons alcoolisées, marmelade, pâte de fruits, sirop médical...
Les feuilles, l'écorce et les fruits très verts, riches en tannins, servent pour le tannage et pour clarifier les boissons (cidre, vin, poiré).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.