L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pâquerette vivace des prés

1

Nom commun : 

Pâquerette vivace des prés

Nom latin : 

Bellis perennis

Autres noms : 

Petite marguerite, fleur de Pâques, pomponnette

Famille : 

Astéracées

Origine : 

Europe

Taille : 

10 - 20 cm (d'où l'expression

Description


La pâquerette des prés, contrairement à la pâquerette dite pomponette, se retrouve souvent dans nos jardins sans que nous en ayons souhaité sa présence! Résistante au piétinement et au tonte, elle symbolise, dans les pelouses et les allées des parcs et jardins, l'amorce d'une amorce de biodiversité minimale. Nous sommes toujours très surpris de voir la capacité de régénération de cette plante, capable de refleurir peu de temps après le passage de la tondeuse.
Cette jolie fleur est une vivace (bellis = joli; perennis = plusieurs années). On dit toujours que le nom "pâquerette" viendrait du fait que sa floraison démarre (ou est plus abondante) à l'époque de Pâques, mais on trouve ces fleurs en grande quantité presque toute l'année (de février à novembre). Aussi, il est possible que la vraie étymologie vienne du vieux français "pasquier" = pâturage, car c'est son biotopes originel. Désormais, on la trouve aussi sur les gazons tondus, les pelouses des parcs, les chemins et les allées, et d'une manière générale les lieux humides et ensoleillés.
Menue, rustique, discrète lorsqu'elle ne porte pas de fleurs, la pâquerette est connue de tous! Sa modestie et sa grâce en font le symbole de l'innocence et de la pureté (dans le langage des fleurs). C'est aussi le symbole de l'affection partagée car son inflorescence rassemble, en fait, deux types de fleurs (voir explication détaillée ci-dessous).
La tige simple, nue et robuste émerge d'une rosette basse de feuilles persistantes plaquées au sol, chacune en forme de cuillère, portant une seule nervure visible. Avec leur caractéristique aspect gras, ses feuilles ovales, arrondies au sommet, grossièrement dentées, relativement épaisses, avec une seule nervure principale nette, sont portées par un pétiole large et court.
Ce que beaucoup prennent pour une fleur est un capitule formé d'innombrables fleurs de DEUX types:
- Le disque central jaune est un ensemble de fleurs hermaphrodites, en forme de tube (fleurons tubulés), accolées les unes à côté des autres en grand nombre.
- Le couple amoureux qui joue au "jeu de l'effeuillage" (voir photographie centrale) se trompe en croyant enlever des pétales blancs (parfois plus ou moins roses sur leur revers) car ce sont, en réalité, des FLEURS ligulées (demi-fleurons).
Chaque type de fleurs a sa fonction spécifique: les demi-fleurons blancs attirent les insectes, les fleurons jaunes sont celles qui seront fécondées et assureront la production de graines (et donc la survie de la plante).
Observez les divers mouvements du capitule! Il s'ouvre aux premiers rayons solaires du matin et, à partir du soir, il s'incline et se referme pour toute la nuit (ainsi que par mauvais temps: pluie, par exemple). Ce comportement lui a valu le nom anglais de "daisy", contraction de day's eye = l'oeil du jour. De plus, cette "petite marguerite" suit la course du soleil dans le ciel (comme les tournesols). Comme la plante n'aime pas la concurrence des hautes herbes (elle a notamment besoin des rayons directs du soleil), elle refleurit mieux si le gazon est régulièrement tondu.
Les graines sont dispersées par le vent. Mais, la plante sait aussi se propager par rejets.
Dans le langage argotique, la pâquerette représente (allez savoir pourquoi?!) le triangle pubien féminin (d'où les expressions: effeuiller la pâquerette, caresser la pâquerette, aller cueillir la pâquerette).

Attention à ne pas confondre les fleurs de notre pâquerette des prés avec les fleurs-sosies de la PÂQUERETTE DES MURAILLES Erigeron karvinskianus (qui est en fait une vergerette!), introduite depuis l'Amérique centrale au XIXe siècle, dont la tiges est très ramifiée et feuillée (de surcroit avec des feuilles étroites) et que l'on trouve plutôt à l'ombre.

Application en phytothérapie


La fleur surtout est médicinale et il fallut attendre la Renaissance pour le découvrir. Au XVIIIè siècle, en Allemagne, on la détruisait systématiquement car on croyait qu'elle provoquait les avortements. On lui reconnait des vertus laxative (doux), dépurative, diurétique, rafraichissante, sudorifique, calmante et tonique. Les cataplasmes de fleurs et de feuilles écrasées soignent les entorses et les contusions. Les fleurs accélèrent la cicatrisation des plaies et soignent les éruptions cutanées, les abcès, les furoncles, les rhumatismes. En cosmétique, la macération de fleurs de pâquerette dans l'huile a la réputation de raffermir les peaux relachées (tissus distendus par grossesse, buste, ovale du visage).
La pâquerette contient des saponines aux effets expectorants: voies respiratoires, fonction digestive. Le thé de pâquerette, pris trois fois par jour entre les repas, réussirait très bien, parait-il, aux enfants maigres.



Les recettes de cuisine


Suivant les endroits où poussent les plantes comestibles, on rappelle qu'il faut toujours se méfier des éventuelles sources de pollutions (engrais, routes).
Crues, les jeunes feuilles ont une saveur douceâtre, puis vraiment amères: elles ont le même usage que la mâche. Les fleurons et les demi-fleurons (goût fin de noisette, légèrement amer) sont incontournables en salades (avec des oeufs durs de préférence)... quand il n'y a pas encore trop le choix parmi les plantes à manger en fin d'hiver!
Cuites (utiliser deux eaux de cuisson et rejeter la première), les feuilles entrent dans la composition des potages aux herbes, des soupes sauvages et dans des tartes salées. Quant aux fleurs, elles sont conservées dans le vinaigre (comme des câpres) ou elles entrent parmi les constituants des farces et des friandises (bonbons). Les capitules se ferment souvent après la récolte, mais ils s'ouvrent à nouveau en les laissant tremper quelques minutes dans l'eau.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.