L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Passiflores

1

Nom commun : 

Passiflores

Nom latin : 

Passiflora

Autres noms : 

Fleur de la Passion, fleur du Christ, maritambour, pomme-liane

Famille : 

Passifloracées

Origine : 

Amérique tropicale

Taille : 

plusieurs mètres en général

Description


QUELLES SONT LES MEILLEURES PASSIFLORES?
Le genre Passiflora compte plus de 570 espèces et un nombre indéterminé d'hybrides. Lors de nos sorties découvertes dans la nature en Gironde, nous en avons découvert plusieurs dans les serres du Bourgailh (Pessac 33700). Elles sont cultivées pour la beauté de leurs fleurs et/ou pour la saveur exceptionnelle de leurs fruits. Ce sont les Jésuites qui ont ramené en France la "fleur de la passion", ainsi dénommée car les organes sexuels de la fleur rappelle la passion du Christ: les filaments de la fausse corolle symbolisent la couronne d‘'épines, le pistil à trois styles les trois clous, les cinq étamines rouges les cinq plaies (aux deux mains, aux deux pieds et au flanc), l'ovaire l'éponge imbibée de vinaigre, les dix pétales les apôtres (on ne compte pas Judas qui a trahi et Saint-Pierre qui a renié Jésus), les vrilles la flagellation, la couleur bleue le ciel et la couleur blanche la pureté! Une aubaine pour les Espagnols qui voulaient convertir au catholicisme les Indiens d'Amérique! Le chemin des rêves est différent pour chacun d'entre nous et on peut y voir bien d'autres choses au gré de l'humeur du moment et de ses fantasmes visuels...
Les passiflores doivent toujours être plantées dans un sol chaud (21 à 25°), à exposition ensoleillée, sans courant d'air, bien drainé et humide (notamment au moment de la germination: enfermer le pot dans un sac de plastique). Faire tremper les graines pendant 24 à 48 h dans un peu de jus de citron pour favoriser la germination. Être patient pour la levée des graines car cela peut demander plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Les graines doivent être semées très fraiches car leur capacité germinative varie en fonction de l'espèce (de 2 mois à un an). Elles peuvent être replantées dans un substrat drainant. Pour les voir fleurir plus rapidement, il faut que les racines soient à l'étroit. Celles disponibles sous forme de plants au jardin de biodiversité de Mérignac sont signalées par une astérique *.
Alain Clavet (collectionneur de passiflores, à Cestas) nous communique que la liste des nombreuses passiflores rustiques est donnée sur le site Internet suivant: http://www.passionflow.co.uk/downloads/Rusticite-Hardiness-Passiflora%20.pdf (faire un copier-coller de cette adresse pour y accéder).
Très rafraichissants et riches en vitamine C, les fruits les plus délicieux sont ceux de:
- p. edulis (= maracuja, maracoa, pasionaria, grenadille roug, grenadille hawaïenne, grenadille de Chine, grenadille mauve, mais gélive entre 1° et -4° selon les auteurs et les conditions)
Découverte en 1818 au Brésil, c'est son fruit que l'on trouve sur les étals des fruits et légumes: chaque fruit contient une centaine de graines que vous pouvez semer car sa culture est très facile. Même le fruit flétri (5 cm) garde toute sa saveur. Il provient surtout du Brésil et d'Afrique du Sud. La tige, de 15 m normalement, peut atteindre 50 m de long (palissage!). Les feuilles sont profondément trilobées, vert brillant dessus. Suivant la variété, les fleurs odorantes donnent soit des fruits à peau jaune (l'assez courante P. e. var. flavicarpa aux fruits assez gros = maracuja -rusticité: -1°- est réservée à la fabrication des jus car ils ont davantage de pulpe et de graines), soit violets (Passiflora edulis var.edulis consommée crus, avec une saveur authentiquement tropicale!). Il existe aussi: P. edulis "Purple Giant", P. e. "Frederick", P. e. "Golden Giant"... La taille de fructification (début avril) consiste à favoriser la pousse des rameaux latéraux et producteurs de l'année, d'où sortiront les fleurs et donc les fruits. Il faut donc enlever les plus vieux rameaux. En serre, on augmente la production par une fécondation manuelle (normalement, ce sont les insectes et un peu les oiseaux qui assurent cette tâche dans le milieu naturel). La plante apprécie: une exposition ensoleillée, l'alternance de saisons pluvieuses et sèches (arroser en hiver seulement quand le premier centimètre de terre est sec), un sol léger et argilo-sableux (si la terre est collante, apparition de maladies). Par expérience personnelle, nous vous conseillons de prévoir une armature robuste! A partir d'un semis (septembre en véranda, mai en pleine terre), les premiers fruits apparaissent déjà au bout d'un peu plus de un an. Les racines ne doivent surtout pas geler (et il faut 8-13° au moins pour que les parties aériennes survivent en hiver).
- p. quadrangularis (barbadine):
Découverte en 1759 au Pérou, elle reconnaissable à sa tige (40 m de long!) ailée et carrée (quadrangularis). La fleur solitaire de 7 à 12 cm de diamètre (!) est de couleur violette rouge mêlée de blanc (centre), très parfumée. Parmi les passiflores, c'est le fruit qui a la plus grande taille(20 cm de long; 2 à 4 kg) et une couleur jaune-vert qui lui donne de faux air de cucurbitacée. Sa pulpe blanche (jusqu'à 4 cm d'épaisseur), aux nombreuses graines grises, a une saveur douce-acidulée très estimée (associée au sucre, au vin ou au rhum) et elle rappelle la grenadille. La peau (péricarpe) est aussi comestible. Il faut prévoir une pollinisation manuelle. Les graines contiennent 25% d'huile. Le semis est facile avec les graines fraiches (il y en a une cinquantaine par fruit), mais la plante est abimée par le froid (dès que la température descend sous 14° pour les parties aériennes en sol humide, 8° en sol relativement sec). Elle nécessite beaucoup de place en serre (longueur: 15 m!)et une température d'au moins 33° pour germer.
- p. mollissima* (curuba, bananadilla, tumbo, taxo, tacso de Castilla):
Découverte au Pérou en 1916, sa culture est facile en sol bien drainé, mais humide en été. Cette liane d'altitude (Andes) de 6-10m supporte les petites gelées (-2°) mais elle doit être cultivée en serre chaude (minimum 7-12°). Les feuilles sont profondément trilobées. La fleur rose (5-10 cm) pend sur un long pédoncule. Le fruit charnu est allongé (9-12 x 3,5-4 cm), de couleur caramel (jaune crème), d'où son nom anglais "fruit de la passion banane" (ce qui est trompeur car la saveur est plus proche de l'orange!). Il peut se conserver longtemps. La pulpe est orange et la peau est fine. L'arille juteuse, au goût acidulé, se consomme crue si elle est très fraiche, mais il est préférable d'en faire des gelées, des sorbets et des boissons. Il faut tailler le plant pour avoir des rameaux forts.
- p. maliformis (coque en fer, pomme calebasse, liane à agoutis):
Découverte en 1753 en Équateur (rusticité: 12)!). Le fruit de 4 cm est dans une coque lisse et dure; on l'utilise pour les boissons et les sorbets.
- p. ligularis (grenadelle, grenadille douce, barbadine, grenadille commune):
Découverte au Pérou (rusticité: -2°). Sa tige est ronde. Les jeunes feuilles, ovales, ont des reflets métalliques. Les pétales sont blanc ou blanc rosé ou purpurin. Le fruit de 6 cm est d'abord vert bleuâtre, puis jaunâtre ou orangé ponctué de clair et teinté de violet à maturité, à saveur moins acide que la grenadille (consommé cru ou en boissons). C'est probablement l'un des plus gouteux fruits parmi les passiflores. Contrairement à cette dernière, la grenadille douce a un fruit qui ne se fripe pas. Il faut la palisser.
- p. alata (grenadille sauvage, passiflore à tiges ailées, maracuja doce):
Découverte au Brésil en 1788 (rusticité: -2°; les parties aériennes: 0°; zone: 10a). Elle atteint 10 m, mais on peut la limiter à 2 m en pot. De juin à octobre, les fleurs de 7-10 cm sont très odorantes, avec l'intérieur des pétales et des sépales rouges et les filaments striées de blanc et de violet. La tige est caractéristique: quadrangulaire comme la barbadine; l'arille jaune vif de 10 cm est comestible, avec une saveur douce-acidulée, rarement commercialisée sauf localement. A priori, la plante n'est hélas pas autofertile. Les grandes feuilles ovales mesurent 12-18 cm x 6-18 cm.
- p. incarnata (mai apple, maypop car la partie aérienne gèle, mais elle repart du sol en mai pour les plantes âgées):
Découverte au U.S.A. (Missouri) en 1753. Dès que nous trouverons des graines (c'est un appel lancé au lecteur!), nous tenterons de l'acclimater au jardin de la biodiversité de Mérignac puisqu'elle pousse en zone 7 et au delà. Sa rusticité pourrait aller jusqu'à -15° selon certains auteurs. Pour d'autres, ses racines peuvent résister jusqu'à - 5° avec un sol bien drainé en hiver. La couleur du fruit est jaune vert. Les fleurs mauves et blanches sont parfumées à partir de juin à novembre. Il existe aussi une variété blanche incarnata "Alba", de même rusticité.
- p. antioquiensis (curuba rouge):
Découverte en Colombie en 1753 (rusticité: -3°). Cet liane mesure 5 m de longueur. Le fruit comestible est suspendu au bout d'un long pédoncule qui peut atteindre 60 cm de long! Cette caractéristique permet de la différencier des fruits des autres passiflores vendus (abusivement) sous le même nom vernaculaire (P. mollissima, P. X exoniensis).
- p. actinia* (p. anémone):
Découverte au Brésil en 1843 (rusticité: -2°). Cette liane de 10 m de la zone 9a (gélive à - 5°) s'arrête de fleurir en été. Ses fleurs pendantes et parfumées de 8 cm de diamètre s'ouvrent seulement par beau temps. Elles apparaissent dès avril, puis à nouveau en septembre. Fruit orange (10-15 cm) comestible a une pulpe très odorante. Les feuilles (vert foncé) sont ovales et non lobées (10 x 7 cm). Sa culture est à essayer car semis et bouturage sont faciles.
- p. laurifolia (pomme-liane, maritambour, pomme d'or):
Découverte en Colombie en 1753 (rusticité: -3°). Cette liane de 10 m, aux feuilles entières, est très tropicale. La couronne de la fleur est plus large que la corolle. Elle est l'objet d'un commerce important pour son doux jus.
- P. vitifolia:
Découverte au Bolivie en 1817 (rusticité: -2°). Importée d'Amérique du Sud en 1823, elle a des fleurs rouge vif donnant de petits fruits comestibles de la taille d'une noix.
- p. seemanii*:
Découverte au Nicaragua en 1858 (rusticité: 12°!). Cette liane de 4-5 m se développe ens ol sableux argileux avec de la mousse pour maintenir l'humidité 12 mois/12. Les fleurs sont violettes et bleutées. Semis, boutures et culture sont faciles et les fruits sont grands.
- p. foetida* (poc-poc, marie-gougeat, toque molle, pomme liane collant, passiflore fétide):
Découverte en Martinique en 1753 (rusticité: -4°), elle est reconnaissable à un involucre finement tailladé entourant la fleur. On la qualifie de fétide car les feuilles abimées dégagent une odeur désagréable. Il existe plusieurs variétés comme P.f. "Arizonica", P.f. "ciliata"... Ses feuilles (tri ou pentilobées) et ses tiges minces sont couvertes de poils gluants qui attrapent les insectes et les digèrent grâce à des enzymes (c'est un moyen de défense de cette plante qui n'est pas carnivore). Cette liane persistante de 5 m est gélive à -3°. En serre, la culture est facile: elle doit être hivernée à 13° minimum . Elle fleurit et fructifie bien en intérieur (fruit très petits). La floraison blanche, rose, mauve ou bleue, est abondante de juin à septembre (fleurs de 5-6 cm de diamètre).
- P. caerulea* (la fleur bleue de la passion):
Découverte en Argentine en 1753. Comme elle est très rustique (- 15° pour les racines; -8° pour les parties aériennes), c'est LA seule passiflore que l'on voit couramment en pleine terre dans notre région (et dans notre jardin de la biodiversité de Mérignac). Il ne faut pas abuser de la consommation (crue) de la pulpe de ses fruits car elle devient rapidement toxique. Parmi les nombreuses variétés, citons: P.c. "Clear Sky", des variétés blanches ("Constance Eliott", "Pierre Pomie").
Dans notre région, outre P. caerulea (-15°) et sa variété blanche "Constance Eliott" (-15°), il est possible de mettre en pleine terre d'autres passiflores que l'on trouve parfois en jardinerie (attention aux éventuelles erreurs d'étiquetage!), chez certains pépiniéristes et lors des échanges (troc'plantes, bourse aux plantes): P. incarnata (-15°), P. incarnata "Alba" (-15°), P. "Purple Haze" (-8°), P. x violacea (-8°), P; "Incense" (-8°), P; "Amethyst" (-8°)...
L'hiver, il est fortement conseillé de protéger les pieds (au moins un épais paillis) car, même si les parties aériennes gèlent bien avant les températures de rusticité indiquées ci-dessus, elles repartiront néanmoins alors du pied au printemps.
(La photographie de gauche montre une partie de notre pépinière à passiflores).
Pour avoir des informations complémentaires, vous pouvez consulter le site de la collection nationale de passiflores: http://www.passiflorae.fr/index2.html
Notre région abrite une collection nationale (CCVS) de 286 taxons de passiflores, poussant dans une serre chaude de 47 m² à Saint Arnaud, à côté de Bajamont, à 12 km au NE d'Agen (Pierre POMIE La Belette 47480. tél. 05.53.95.83.95 pour prendre rendez-vous).
(article réalisé en collaboration avec Alain CLAVET)

Application en phytothérapie


C'est la plante idéale pour ceux qui sont soumis à une tension nerveuse importante: fleurs, feuilles et fruits agissent comme un anxiolytique doux, sans risque de dépendance. Deuil, examen et autres formes de stress sont traités par diverses plantes et médicaments, mais la passiflore augmente leurs effets. Les Aztèques l'utilisaient pour ses propriétés sédatives (insomnies, angoisse, nervosité). L'infusion de feuilles et de fleurs (20 à 30 g/L pendant 2 à 3 minutes) est antispasmodique, hypotenseur. Elle est indiquée pour le sevrage des traitements par hypnotiques ou anxiolytiques.
Les feuilles de la grenadille aurait des vertus émétiques. Les graines de la P. edulis auraient des effets narcotiques.
Les fruits, riches en provitamine A et C, sont recommandés en cas d'épuisement physique, lors des maladies infectieuses et des convalescences.


Les recettes de cuisine


PLANTE DÉCONSEILLÉE AUX FEMMES ENCEINTES. Riche en vitamines A, B2, B3 et C, le fruit de la passion se mange cru, d'une manière particulière: comme un oeuf à la coque!
Apport énergétique: environ 60 calories pour 100 g.
BON A SAVOIR! Un fruit de la passion desséché peut être réhydraté en l'immergeant dans l'eau pendant 10 heures environ, mais il faut ensuite le déguster immédiatement.

GLACE AU FRUIT DE LA PASSION:
Battre ensemble 10 cl de crème fraiche et 100 g de sucre. Puis, y rajouter la pulpe de 5 fruits de la passion. Quand le mélange est homogène, mettre au freezer pendant 3 heures. A servir avec un filet de caramel versé dessus.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.