L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pimprenelle sanguisorbe

1

Nom commun : 

Pimprenelle sanguisorbe

Nom latin : 

Sanguisorba minor

Autres noms : 

Petite pimprenelle, pimprenelle ordinaire, petite sanguisorbe

Famille : 

Rosacées

Origine : 

Europe

Taille : 

20 à 70 cm

Description


Son nom est la déformation d'un terme médiéval pipinella, diminutif de piper = poivre. SanguiSORBE car les sépales ont une bordure rouge et la théorie des signatures attribuait, jadis, à cette plante un pouvoir de stopper (abSORBEr) les saignements.
Dans les jardins du Moyen-Age, son effet décoratif était prisé, associé au thym et à la menthe poivrée. La Quintinie en bordait le potager royal de Versailles. Elle conquit le nouveau monde quand les Pilgrim Fathers l'emportèrent avec eux.
Cette vivace gracile pousse sur les sols crayeux ou calcaires, dans les près et à proximité des rivières. La tige est souvent rougeâtre. Les feuilles vertes caractéristiques sont composées de 9-25 folioles ovales (7-12 mm) comme des coeurs aux contours dentelées. En 1551, Turner les décrivait ainsi: "Elle possède deux petites feuilles semblables aux ailes de l'oiseau au moment où il prend son envol". Les Hollandais l'appellent "les petits oiseaux de Dieu" (Hergott's berdlen). La pimprenelle forme un petit monticule de feuillage persistant et brillant durant tout l'hiver et jusqu'au début du printemps. C'est l'une des rares bonnes salades sauvages que l'on peut manger presque toute l'année.
Il faut être un botaniste pour voir une Rosacée en observant une fleur de pimprenelle, entre mai à septembre. En effet, les élégantes fleurs sont serrées comme un petit chignon. Vertes du côté de l'ombre et teintées de pourpre côté soleil, elles ressemblent, de loin, à des framboises à demi-mûres.) Elles n'ont ni pétales (mais quatre grands sétales), ni parfum, ni nectar; aussi sont-elles pollinisées par le vent. Ces chignons sont curieux puisque sur une même tête, on trouve trois types de fleurs: les fleurs bisexuées (au milieu), et de part et d'autre, les fleurs femelles dotées de stigmates rouge en touffe (en haut) et les fleurs mâles (en bas) dotées de bien plus d'étamines en filets (30 à 40). La médecine des signatures voyait dans cette couleur rouge un signe pour soigner les maladies du sang. Et il se trouve que c'est vrai (voir le paragraphe "phytothérapie" ci-dessous).
Les feuilles écrasées ont une saveur de concombre salé.
A ne pas confondre avec la grande pimprenelle Sanguisorba officinalis (ou sanguisorbe officinale), capable d'atteindre 1,50 m de haut, dont le feuillage comestible est moins savoureux. Les grandes feuilles peuvent avoir jusqu'à 8 paires de folioles avec une grande foliole terminale. L'image de gauche, prise au jardin botanique de Talence (Bordeaux 2) en compagnie du jardinier responsable des soins donnés aux cultures, montre la taille gigantesque que peuvent atteindre certaines sanguisorbes.

A ne pas confondre avec son presque homonyme la GRANDE PIMPINELLE (ou grand boucage) Pimpinella major (Ombellifères), méprisée par le bétail.

Application en phytothérapie


Du fait de ses caractéristiques qui évitent toute confusion avec d'autres plantes (notamment toxiques), elle fut l'un des simples les plus réputés avant de tomber dans un quasi-oubli. Avant tout astringente, elle arrête les saignements et elle a une action hémostatique*; elle est diurétique et précieuse pour le tube digestif. Toutes les parties de la plante peuvent être utilisées. Elle est riche en vitamine C.
C'est un tonique qui retarde la dégradation des dents.
Côté beauté, la régénératrice pimprenelle lutte contre le vieillissement cutané grâce à ses propriétés anti-âge, antioxydantes et antiradicalaires.
* Les paysans vosgiens mettaient directement en place une fleur de grande pimprenelle en guise de suppositoire pour soigner les hémorroïdes !


Les recettes de cuisine


La petite pimprenelle est bien plus savoureuse (goût légèrement astringent de concombre un peu salé ou de noix fraîche) que la grande pimprenelle (semblable, plus grande, aux folioles et aux inflorescences plus allongées, de saveur plus âcre). Il faudra prélever les toutes jeunes feuilles de la rosette centrales; pour les autres feuilles, il faudra enlever toutes les parties coriaces. Un peu astringentes, elles ont une saveur de noix verte selon certains et de concombre un peu salé selon d'autres! Mêlées à d'autres fines herbes, elles se marient bien avec les concombres, le beurre (que l'on met à fondre sur des pommes de terre, par exemple), le fromage blanc, les soupes, les omelettes, les sauces, les pâtes (comme le basilic) et les salades comme les endives (son nom anglais est "salad burnet"). Les feuilles fermes et les boutons adoucissent très bien les ingrédients plus forts.
Les racines râpées sont mélangées aux salades.

RECETTE BEURRE AUX FLEURS DE PIMPRENELLE:
Mettre 4 poignées de pétales au fond d'un récipient et par dessus rajouter 100 g de beurre ramolli. Dès le lendemain, vous pouvez récupérer le beurre et le séparer des pétales. En garder quelques uns pour former un écrin digne d'intérêt.
Au lieu des fleurs de pimprenelle, essayer aussi d'autres fleurs comestibles: aromates (romarin, ciboulette), oeillet, souci, rose (éliminer les parties blanches amères).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.