L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pin de Douglas, sapin de Douglas

1

Nom commun : 

Pin de Douglas, sapin de Douglas

Nom latin : 

Pseudotsuga menziesii

Autres noms : 

Pin de l'Orégon

Famille : 

Pinacées

Origine : 

côte Pacifique de l'Amérique du Nord (de la Colombie britannique à la Californie)

Taille : 

60-70 m dans son aire d'origine (Record: 90 m, 3 m de diamète, 40 m de fût sans branche!). C'est l'arbre le plus haut, après le Séquoia toujours vert.

Description


Découvert en 1791 par Archibald Menzies (menziesii), il a été introduit en Europe vers 1827 par le botaniste D. Douglas. A partir de 1860, il a servi à orner les parcs en Europe. Récemment, il est devenu ensuite une essence de reboisement (30 000 ha en France en 2000) en Bretagne, Normandie, Massif central, Sologne, Beaujolais. Il faut dire que son bois, facile à travailler, présente d'excellentes propriétés mécaniques. En Amérique du Nord, on l'utilise énormément dans les maisons (escaliers, placages de meubles, lamellé-collé, porte, fenêtres). Après le séquoia, c'est l'arbre le plus grand et le plus puissant d'Amérique du Nord. Il grandit très vite, dépassant 25 m en trente ans et 30 m en cinquante ans. C'est bien pratique pour constituer un écran de verdure rapide pour cacher des immeubles.
Il rappelle l'épicéa. Ses racines sont très étalées (essence pionnière). Le houppier est un cône dense et effilé, mais pas très pointu au sommet. Chez les sujets âgés, il apparait des branches verticillées, remontantes ou dressées en biais.
Dans sa jeunesse, son écorce lisse présente de nombreuses ampoules horizontales et résineuses. Puis, elle se fissure et devient liégeuse (jusqu'à 20 cm d'épaisseur!). Ses aiguilles persistantes, vrillées et courtes (1,5-3,5 cm), molles et étroites sont sillonnées sur le dessus, nettement pédonculées à la base, plus pâles dessous que dessus (mais sans bandes blanches), arrondies au sommet, rétrécies à la base. Contrairement aux sapins, elles laissent une cicatrice en forme de coussinet saillant quand on les arrache. D'ailleurs après leur chute, les aiguilles laissent aussi des cicatrices ovales sur la branche. Elles sont disposées en partie en dents de peigne. Froissées, elles dégagent un léger parfum de résine à la citronnelle ou au citron.
Les bourgeons (5 mm), brun rougeâtre et luisants, sont caractéristiques par leur allure allongée et fusiforme comme ceux du hêtre.
En avril-mai, apparaissent les fleurs mâles: elles sont rouge-orangé, oblongs, de 2 cm de long, nombreux. Les fleurs femelles sont vertes teintées de rouge et plus allongées.
Les cônes sont cylindriques, de 5-11 cm, pendants. Les bractées présentent une caractéristique typique: elles sont trifides et saillantes (elles sortent nettement hors du cône, au delà des écailles). Les graines triangulaires sont pourvues d'une aile deux fois plus longues qu'elles.
Le bois est lourd, dur, nerveux, à fibre régulière et droite, facile à travailler, résistant aux insectes xylophages. Sa couleur brun rouge rappelle celui de l'if. L'aubier est blanc et épais; le duramen est rouge saumon. Le sapin de Douglas, première des essences résineuses sur le marché mondial, est utilisé dans l'ébénisterie, la charpente, la menuiserie extérieure. Sa qualité, meilleure dans son aire d'origine, se rapproche en France de celle du pin sylvestre. La production peut atteindre 15 à 20 mètres cubes/ha/an à l'âge de 50 ans. Il est sensible à une maladie cryptogamique qui l'enlaidit: des points noirs apparaissent alors sous les aiguilles qui jaunissent et tombent.
Peu exigeant pour les sols (il préfère néanmoins les sols pauvres en calcaires), il demande, par contre, une bonne pluviosité annuelle.
D'une manière générale, les amateurs de champignons trouveront dans les forêts de sapins leur bonheur avec des champignons comestibles (hypholome capnoïde, russule entière, clavaire jaune), certains de qualité fort médiocre (gomphide glutineux, paxille à pied noir) et d'autres dangereux (chanterelle brune ou paxille involuté, armillaire couleur de miel, hypholome en touffe, russule bai brun).

Très voisin mais plus petit (30 à 35 m), LE DOUGLAS DU COLORADO Pseudostuga glauca (appelé Douglas bleu) a une teinte glauque, une écorce souvent écailleuse, des aiguilles plus fermes et plus épaisses, à odeur simplement résineuse (pas de parfum citronné), toujours rabattues en brosse vers l'avant. Le cône est petit: 4 à 6 cm. les bractées sont très longues et plus ou moins recourbées vers l'extérieur. En sylviculture, les résultats sont décevants.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.