L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pin sylvestre

1

Nom commun : 

Pin sylvestre

Nom latin : 

Pinus sylvestris

Autres noms : 

Pin d'Ecosse, pin du Nord, pin rouge, pin d'Auvergne, pin de Haguenau, pin sauvage, pin des forêts, pinéastre

Famille : 

Pinacées

Origine : 

Scandinavie

Taille : 

35 m au maximum

Description


Il se caractérise par l'écorce qui s'exfolie en très minces écailles et prend une couleur de plus en plus saumonée en hauteur, alors qu'à la base, elle est rouge-brun sombre à noirâtre.
Sa couronne, clairsemée et glauque, est largement sphérique à aplatie. Ses aiguilles (4 à 6 cm de long), bleu vert dans leur jeunesse, sont torsadées/vrillées et piquantes. Elles sont regroupées par faisceaux de deux sur des rameaux courts; elles restent deux ans sur l'arbre. Situées à la base des pousses de l'année, les fleurs mâles se fanent après l'émission d'un abondant pollen au printemps. Situées à l'extrémité des pousses de l'année, les fleurs femelles, rouges, de la taille d'un pois, se dressent vers le ciel durant la pollinisation (mai-juin), puis reprennent une position retombante. Les effets de la fécondation ne sont visibles lieu qu'un an environ après l'émission du pollen lorsque le cône commence à se développer. Il faut deux à trois ans pour qu'il effectue son développement complet. Le cône est plutôt petit (4-8 cm x 2-4 cm), pointu et incurvé, avec des écailles plus épaisses au sommet, à odeur aromatique.
Dans sa jeunesse, le pin sylvestre a des branches étagées en verticilles. Aucune branche latérale ne croît sur la pousse de l'année (contrairement à l'épicéa). Puis, avec l'âge, la flèche arrête sa croissance: la cime conique prend alors progressivement une forme irrégulière. Plus précisément, il existe plusieurs types de pin sylvestre dont les deux principaux sont: ceux à cime restant à peu près conique (type septentrional) et ceux à cime large et courte (type Europe centrale).
Cet arbre est rarement déraciné par le vent car sa racine est à la fois profondément pivotante (en général) avec de longues racines latérales allant loin. Essence de montagne, il a été introduit dans les boisements dégradés, sur terrain pauvre et acide. Il a besoin de beaucoup de lumière. En Allemagne notamment, ses aiguilles sont dévorées par les larves d'un papillon: la fidonie Bupalus piniarius. Son bois a un coeur d'un rouge intense et un aubier blanc jaunâtre (souvent très épais). En Norvège, on trouve encore des maisons et des églises vieilles de huit siècles construites avec les rondins du pin sylvestre. Les mâts de Riga provenaient d'une variété de pin sylvestre cultivée en Russie. La qualité de son bois dépend de sa provenance: excellente lorsqu'il pousse naturellement en montagne, déplorable quand on le cultive en alignement serrée en plaine (pâte à papier).
Le PIN ROUGE ou PIN D?ÉCOSSE Pinus rubra est une variété de pin sylvestre, aux jeunes pousses rougeâtres, aux feuilles plus courtes et plus glauques, aux cônes plus petits et réunis plusieurs ensemble.

Application en phytothérapie


Encore plus que les autres pins, il est utilisé contre les affections respiratoires sous les dénominations erronées de "bourgeons de sapin" ou "sève de sapin" ou "sirop de sapin" (fabriqué en mélangeant aiguilles de pin et sucre): voir la fiche "épicéa". Sa résine soigne les blessures qu'elle maintient par son effet "colle".


Les recettes de cuisine


Mélangé à d'autres farines, le cambium moulu (deuxième écorce) servait à fabriquer le "pain d'écorce" en Scandinavie (Vikings, Lapons) lors des périodes de disette.
La vrai pastille des Vosges (ou suc des Vosges ou bonbon des Vosges) contient de la sève de pin, du menthol et du miel. Elle est moulée en forme de sapin et rangée dans une boite inchangée depuis sa création. Elle a été crée par un pharmacien en 1927 pour soigner les bronches.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.