L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pissenlits

1

Nom commun : 

Pissenlits

Nom latin : 

TARAXACUM

Autres noms : 

Dent de lion, lait d'âne, groin de porc, laitue de chien, salade de taupe, tête de moine, couronne de moine, pistelon, fleur de beaux garçons florin d'or

Famille : 

Astéracées

Origine : 

Europe

Taille : 

de 5 à 50 cm

Description


Son nom vient de son effet diurétique reconnu (pisse au lit!; du latin "pissiare" = pisser). Très commun partout, il a une préférence pour les sols frais.
La reine des salades sauvages est aussi une excellente plante médicinale (voir ci-dessous "application en phytothérapie"): taraxacum vient du grec « araché » = trouble et « akémaï » = guérir.
Les capitules de fleurs jaunes en languettes mesure jusqu'à 5 cm de diamètre. Ils sont portés par une longue hampe creuse, dressée, velue, sous-tendus par une collerette de petites feuilles pointues en partie recourbées vers le bas. Quand le capitule de la fleur (très mellifère) s'’ouvre, il ne le fait que sur une moitié le premier jour. Dans les cas extrêmes, la fleur restée vierge est capable de procréer (les ovules peuvent donner des graines sans avoir été fécondés)!
Les feuilles sont longues (jusqu'à 25 cm)et de forme très variable. Elles sont plus grandes et moins découpées (lobes triangulaires recourbés vers la base) en sol riche et frais ("dent de lion"). Le dos des feuilles grandit plus vite que le dessus, d'où le profil courbé des feuilles. Celles-ci dégagent un gaz (l'éthylène) qui inhibe la croissance des plantes proches. Comme les salsifis, les fruits à aigrettes (observer, à la loupe, leur minuscule parachute pour voyager comme Mary Poppins!) rassemblés en boules plumeuses (ils plaisent beaucoup aux chardonnerets). Ils sont plantés dans de petits creux sur un socle blanc commun ressemblant à une tête de moine (d'où les surnoms du pissenlit: tête de moine, couronne de moine). Comme le pissenlit triploïde (3 exemplaires de chromosomes au lieu de deux) peut former des graines sans fécondation en produisant des clones presque tous identiques, il existe -en fait- une multitude de sous-espèces très difficiles à identifier. La combinaison de deux stratégies de reproduction (sexuée et non sexuée) donne un avantage redoutable au pissenlit face aux autres végétaux, d'autant plus que la pâture et l'intensification des fauche favorisent l'espèce. La rosette de feuilles plaquée au sol n'est pas atteinte. De plus, c'est l'une des 15 plantes à supporter un sol engraissé aux nitrates.
La racine, très utilisée en phytothérapie (20% d'’inuline), produit un latex abondant amer, mais qui ne brûle pas la bouche. Il a un pouvoir répulsif sur les limaces et les escargots, mais pas sur le bétail. De toute manière, plus le pissenlit est brouté, plus il repousse. En séchant, ce latex durcit en devenant extensible: aussi, en Russie, un pissenlit a servi à fabriquer une sorte de caoutchouc (élastique, balles) avant d'être abandonné (récolte difficile)! Le latex blanc colore la peau, mais il n'est pas toxique.
Abondant dans la Nature, son introduction dans les jardins est, de ce fait, relativement récente (début XIXe siècle). Dans certaines régions, des variétés améliorées du pissenlit sont cultivées et buttées (ou mis à pousser en pots comme des endives ou la rhubarbe vers 1900) pour obtenir des feuilles blanches plus tendres et moins amères.
Le pissenlit est une aubaine pour les insectes des villes, aussi bien pour les pollinisateurs (nectar disponible une grande partie de l'année) que pour les "brouteurs" herbivores (chenilles).
Si vous aimez jouer avec les croyances folkloriques, vous pouvez connaitre le nombre d'années qu'il vous reste à vivre en soufflant sur la tête d'un pissenlit: il suffit alors de compter le nombre d'akènes à aigrettes qui sont restés en place! Si maintenant, vous voulez des précisions sur l'heure de votre mort, recommencer en soufflant 3 fois de la même façon!!

Les pissenlits à fruits rouges (Taraxacum erythrosperma) sont plus petits, avec des feuilles très découpées (avec pétiole et nervure centrale teintées de rouge); les petits capitules fleurissent très tôt au printemps, sous tendus par de petites feuilles dont les externes sont recroquevillées comme des cornes. Les fruits sont rougeâtre foncés. Nettement plus rares, ils hantent les lieux plutôt secs.

Voici quelques critères pour ne pas le confondre avec d'autres plantes présentant une rosette de feuilles et des "fleurs" similaires (languettes jaunes): lait abondant à la cassure, hampe florale à la fois creuse molle et robuste, pas de vraie tige.
Quelques autres plantes ressemblant aux pissenlits: taraxacum erythrospermum (pelouses et dunes; plus grêle; akènes rouges), T. palustre (marécages; feuilles dressées peu divisées), liondent d'automne Leontodon automnalis (commun dans l'herbe), L. hispidus (lieux arides), Thrincia hirta (sable, pelouse, champs), Arnoseris minima (lieux secs et calcaires).

Application en phytothérapie


Comme l'indique le nom latin de l'espèce la plus courante et la plus prisée ("officinale"), c'est l'un des simples les plus utilisés depuis 1900 à tel point qu'une branche de la phytothérapie lui est consacrée: la taraxothérapie. Avec lui, l'avantage c'est que la qualité et la quantité vont de pair (200 kg/ha)! Il contient plus de vitamines que l'épinard: par exemple, deux fois plus de vitamines A. Par exemple, sa concentration en provitamine A est deux fois plus grandes que dans les épinards, 70 fois plus que dans les oranges et 700 fois plus élevée que dans la poire. Les feuilles contiennent 8 fois plus de vitamines C que la laitue. Ses utilisations sont variées: artériosclérose, asthénie, calcul biliaire, cellulite, cholestérol, constipation, cure de printemps (dépuratif), foie, goutte, hémorroïdes, ictère, lithiase, obésité, peau, rhumatisme, urée, varice, verrue.
En application externe, le latex blanc de la tige du pissenlit atténue les taches de rousseur. Les racines de pissenlit sont un anti-âge actif et ses vertus adoucissantes lui viennent de sa teneur en inuline.
Savez-vous que le pollen du pissenlit entre dans la composition de crèmes de rajeunissement?


Les recettes de cuisine


Le fait qu'il pousse à l'état sauvage et qu'on puisse ainsi en ramasser de grandes quantités librement, très tôt au printemps, sont des atouts qui compte dans son succès populaire. Au printemps, il faut prélever les toutes jeunes feuilles, pas plus grande que le petit doigt. Armé d'un couteau pour le sectionner en haut de sa racine, le cueilleur doit porter des gants pour se protéger du latex qui laisse des marques brunes et tenaces sur la peau. elles sont ensuite détachées, lavées, essorées. Quelques lardons chauds (ou un oeuf dur émietté en cas de régime) jetés sur les feuilles de pissenlit (vert ou mieux étiolé comme les endives) et une légère vinaigrette à l'ail, c'est, pour les "taraxacophiles", l'une des meilleures salades pour débuter un repas. A la place des lardons pour masquer l'amertume (qui dépend des plantes et de la saison), on peut mettre des anchois, des oeufs durs, des pomme de terre…. Excellentes pour le foie, ces salades printanières de feuilles de pissenlit sont recommandées aux personnes pléthoriques, anémiques, insuffisantes biliaires, ayant des problèmes de dermatose ou de cellulite. Plus tard en saison (et surtout à l'automne), il vaut mieux cuire les feuilles pour atténuer légèrement leur amertume et elles prennent une jolie couleur verte claire appétissante (pâte aux pissenlits, "épinard"). Les feuilles se braisent sur des pierres chaudes avec des rôtis. On peut aussi en faire des soupes. Elles servent aussi à colorer les pâtes ou à farcir des raviolis.
IMPORTANT! Les feuilles (à la saveur sucrée)sont moins amères si: on les récolte jeunes, on les coupe finement et on les laisse dégorger une heure dans l'eau salée, on les assaisonne une demi-heure avant de la déguster, on les recouvre d'un pot de fleurs pour les faire blanchir à l'obscurité.
Avec la racine, on peut soit la consommer découpée en rondelles (et ajout huile), soit en faire un ersatz de café (comme avec celle de la chicorée). Avec ses tiges de la confitures. Avec les boutons floraux frais mêlées au miel, on obtient un sirop (« miel de pissenlit ou cramaillotte» de Franche-Comté) et, associées aux feuilles, un vin de ménage proche du xérès ou du retsina grec (le vin de pissenlit "dandelion wine" est la boisson préférée de Miss Marple)! Les boutons floraux se mangent en salade, dans les omelettes et ils se confisent en les faisant mariner dans le vinaigre (pays slaves)... et les racines aussi! Jadis, en Dordogne, ces boutons floraux étaient revenus dans l'huile, puis en omelette.
L'apparition des fleurs marque la fin de la saison du pissenlit qui devient alors vraiment trop amer et dur sous la dent. Cela nous rappelle qu'avant l'invention du réfrigérateur, des serres, l'importation de légumes et de fruits de l'hémisphère sud, chaque végétal avait une saison, souvent courte. Les fleurs ont une saveur sucrée et miellée qui convient aux salades, aux sirops et aux infusions. Quant à la racine coupée en morceaux, elle peut âtre préparée comme les carottes.

VIN DE PISSENLIT:
Attention! vous aurez besoin d'un ingrédient (levure de vin) que vous ne trouverez que dans les boutiques spécialisées, comme les marchands de vin!
Pendant une journée, laisser macérer 200 à 400 g de pétales (et non toute la fleur!) de pissenlit dans 1 litre d'eau préalablement bouillie et refroidie. Puis, ajouter du gingembre frais râpé et des zestes de votre production bio d'agrumes. Porter à l'ébullition pendant 30 minutes.. Filtrer. Ajouter 200 à 300 g de sucre et une demi-cuillère à café de levure de vin qui aura auparavant séjourné dans du vin. Couvrir la casserole qu'on prévoira suffisamment grande pour éviter les débordements car le liquide va fermenter pendant 48 heures. La fermentation terminée, transvaser dans une bouteille en verre épais (prendre de vieilles bouteilles vides de champagne) et boucher solidement. Après un repos de 2 mois, la fermentation est terminée (il n'y a plus de bulles de fermentation). Attendre encore 6 mois avant de consommer.

SIROP AUX FLEURS DE PISSENLIT:
Faire bouillir deux poignées de fleurs avec de l'eau pendant quelques minutes. Laissez infuser pendant la nuit. Filtrer. Faire cuire le jus additionné de deux tasses de sucre jusqu'à ce qu'il y ait une consistance épaisse et verser chaud dans des pots de verre propres. A mettre dans sauces, tisanes et desserts.

BEIGNETS SALÉS DE FLEURS DE PISSENLIT:
voir la fiche cucurbitacées rubrique "recette" .

BOUTONS DE PISSENLIT RÔTIS:
Mettre les jeunes boutons dans le beurre fondu. Vous verrez que les sépales verts s'ouvrent dans le gras et forme alors une sorte de plateau étoilé pour les boutons! Ajouter un peu de sucre et de piquant.

Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.