L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pistachiers

1

Nom commun : 

Pistachiers

Nom latin : 

Pistacia

Famille : 

Anacardiacées

Description


Dans le milieu naturel, le Pistachier térébinthe Pistacia terebenthus (photographie centrale), aux feuilles ovales lancéolées, est absent en Gironde, mais il pousse dans tous les départements limitrophes, surtout sur sols calcaires et ensoleillés.
Les coteaux méridionaux lui doivent en partie leurs senteurs. Dans les pays chauds, il s'écoule, entre les fentes de son écorce, de la térébenthine de Chio qui donne par distillation de l'essence de térébenthine (voir la fiche sur le pin maritime). Le rendement est faible: 300 à 400 g de résine/saison (de juillet à septembre)/arbre adulte (à Chios). Jadis, du fait de la présence de cette gomme, l'écorce était brûlée comme de l'encens. Jadis, dans quelques régions, les morts étaient enterrés près des térébinthes (peut-être pensait-on que le corps ne pouvait pas être corruptible en baignant dans un tel parfum?).
Ses baies, rougeâtres et comestibles une fois mûres (septembre-octobre), ne passent pas inaperçues: elles forment des grappes de grelots assez longues, aux vertus astringentes. Les baies du Pistachier térébinthe se consomme comme un condiment, confites dans le vinaigre.
Il est victime de pucerons (Pemphigus cornicularius, Pemphigus semilunarius) dont la piqûre des feuilles provoque la formation d'énormes (10 cm) galles rougeâtres, en forme de corne à la Pinocchio! Les galles mûres sont tinctoriales (rouge).
La térébinthe n'est jamais cultivé car sa croissance est fort lente.

Les pistaches achetées dans le commerce proviennent du Pistachier franc P. vera (7-8 m), poussant dans tout le bassin méditerranéen (comme le pistachier térébinthe). C'est l'arbre fruitier le plus résistant à la sécheresse! Originaire de Syrie, il fut importé à Rome à la fin du règne de Tibère (premier siècle après J.-C.).

Le Jardin botanique de Talence dans le parc de Peixotto abrite le Grand pistachier chinois Pistacia chinensis dioïque hélas donc vous ne verrez pas les baies rouges et bleues, mais vous pourrez vous déplacer pour admirer son magnifique feuillage automnal.

ATTENTION! Leur cousin, le pistachier lentisque Pistacia lentiscus, plus petit et plus sombre, produit des baies TOXIQUES d'abord rouges, puis NOIRES (octobre-novembre). Il se distingue du précédent par ses feuilles persistantes, aux folioles épaisses, à nervures opaques, par ses fruits en courtes grappes axillaires. On en tire le mastic de Chio (colle, ciment pour dentiste).

Application en phytothérapie


Sa résine très odorante fut le baume naturel le plus célèbre et la plus chère de l'Antiquité au XVIIIe siècle, bien qu'elle fut falsifiée ("térébenthine de Venise" produite par le mélèze, aux propriétés médicinales voisines). Elle avait le même usages que la térébenthine des pins (voir la fiche "pin maritime").


Les recettes de cuisine


L'amande des minuscules fruits se rapproche de la pistache par la couleur et le goût. On l'immerge dans le vinaigre comme les câpres. On en aromatise le gibier.
Au Moyen-Orient, on mâche la résine cuite qui est apéritive (comme un chewing-gum). Elle sert, en même temps, à se blanchir les dents et à avoir une bonne haleine.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.