L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Poivre d'eau, Persicaire âcre

1

Nom commun : 

Poivre d'eau, Persicaire âcre

Nom latin : 

Polygonum hydropiper

Autres noms : 

Renouée âcre, piment d'eau, pied rouge, curage, pique-langue, herbe de Saint Innocent

Famille : 

Polygonacées

Taille : 

0,30 à 0,90 m

Description


Parmi les 150 espèces du genre Polygonum, celle-ci est la plus utile en phytothérapie.
Cette annuelle pousse dans les endroits humides et plutôt ombrés. La racine est grêle, fibreuse et chevelue. La tige, érigée ou couchée, est cylindrique, noueuse, teintée de rougeâtre au point d'attache de chaque feuille, renflée aux noeuds (comme toutes les Renouées).
Comme celles du pêcher ("persicaria"), les feuilles sont lancéolées, ondulantes et aigües, d'un beau vert brillant. A leur base, une gaine membraneuse et courtement ciliée (l'ochréa) entoure la tige, comme chez toutes les Polygonacées. Sur le limbe, il y a souvent une tache de couleur rouille qui serait, selon certaines croyances, une tache de sang du Christ crucifié ou une tache menstruelle de la Vierge Marie! La feuille a une saveur presque aussi brûlante que le poivre (d'où le nom de "poivre d'eau"). Parfois, elle est utilisée pour remplacer le poivre. ATTENTION! TOUJOURS EN PETITE QUANTITÉ ET DE TEMPS A TEMPS.
De juillet à octobre, les fleurs minuscules, sans corolle et inodores, sont d'un rose plus ou moins vif (et même blanc verdâtre), bien visibles car elles sont agglomérées en épis terminaux.
Le fruit sec est lui aussi minuscule, ovoïde ou aplati, de saveur poivrée, brillant, plus ou moins noir, rugueux avec trois arêtes. Cette graine, semée au printemps, redonnera une nouvelle plante.
Il existe aussi d'autres persicaires, mais à saveur douce Polygonum persicaria (à l'ochrea souventmaculée d'une grande tache noire), Polygonum mite, Polygonum minus .

Application en phytothérapie


A la Renaissance, la médecine des signatures voyait dans les taches rouillées de ses feuilles l'indice d'une action hémostatique, curieusement confirmée par des études scientifiques (qui ont trouvé, en plus, des vertus vaso-constrictrices).
La feuille contient du tadéonal (c'est le composé au goût poivré), une huile essentielle, du fer, de l'acide gallique, des vitamines (A, C et K), des flavonoïdes.
En application externe, les compresses trempées dans les infusions de feuilles soignent les maladies de peau (varice, oedème, plaie). L'infusion sert de lotion pour le visage: grâce à son effet astringent et tonique, les pores dilatés sont resserrés. Dans l'eau du bain, elle stimule et détend.
Les feuilles fraîches sont plus actives que les feuilles sèches. Il faut les ramasser juste avant ou pendant la floraison et les sécher à l'ombre, à une température inférieure à 40°.
PAS D'USAGE INTERNE SANS PRESCRIPTION MÉDICALE !


Les recettes de cuisine


Les hommes de la Préhistoire utilisaient probablement ses graines en guise de poivre. De même, les feuilles sèches et pilées peuvent remplacer le poivre en cas de pénurie d'épices.
NE PAS DÉPASSER LES DOSES (action irritante sur le tube digestif).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.