L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pommier

1

Nom commun : 

Pommier

Nom latin : 

Malus

Famille : 

Rosacées

Origine : 

Caucase, Asie Mineure

Taille : 

6 - 10 m

Description


A l'état naturel, on rencontre:
- le pommier sauvage ou boquettier ou pommier des bois Malus sylvestris (10 m au maximum, mais assez souvent buisson diffus de 2 à 3 m): à cime dense, large et arrondie, aux branches serrées et plutôt étalées, parfois épineuses (fausses épines de branches avortées). Les plus jeunes branches ont une coloration orange ou brun rougeâtre. Il sert de porte-greffe aux formes de plein vent. Ses feuilles, au dessous pubescent, se terminent par une courte pointe. Celles des rameaux courts sont toujours glabres ou presque à partir de l'été. Ses fruits sont volumineux, mais très acides et encore plus acerbes que les poires sauvages. A tel point que Pline écrit que l'acidité du suc est capable d'émousser le fil d'une épée! Bien qu'immangeables tels quels crus et même cuits pour l'être humain (mais pas pour les sangliers et des vaches), on peut en tirer un cidre acceptable en les mélangeant à ces poires. C'est d'ailleurs l'ancêtre du pommier à cidre. Le cidre n'est que du jus de pomme fermenté, les pommes devant elles mêmes blettir (entre un quart et trois-quarts des fruits doivent presque pourrir!) avant d'âtre broyées et pressées. C'est fin septembre qu'arrive le premier cidre nouveau de l'année en Normandie.
- le pommier doucin Malus communis (15 m maximum): a un port différent (tronc court, houppier arrondi, pas d'épines). C'est le porte-greffe des formes basses (espalier). Ses feuilles, d'abord duveteuses des deux côtés, ont un pétiole plus court. Ses fruits, plus gros, ont une saveur plus douce (d'où le qualificatif de "doucin").

Mais, le pommier domestique Malus domestica est issu d'un arbre d'Asie occidentale et centrale. Il en résulte, pour le botaniste, une population bien embrouillée entre les pommiers indigènes, le pommier immigré et leurs hybrides!
Pommier vient du latin pomus = fruit (Pomone était la déesse des fruits et des légumes). En Europe Occidentale, aucun fruit n'est aussi chargé en symboles. Adam et Eve ont été chassés du paradis terrestre pour avoir mangé une pomme: en fait, le terme "pomum" désignait le "fruit charnu" dans sa signification générique (la tentation) et à cause de cela, la pomme symbolise maintenant le péché originel pour les Chrétiens, bien que la Bible n'ait jamais explicitement mentionné que le "fruit défendu" était la pomme! Chaque homme en garde le souvenir en travers de la gorge: la pomme d'Adam. Heureusement, les seins en pomme ne sont pas des fruits défendus... du fait que la pomme (avec les noix et les noisettes) est un fruit symbolisant l'érotisme, il en découle une foule de traditions et superstitions.
Le jus de pomme est l'ambroisie des dieux nordiques pour vivre éternellement. Chez les Anciens grecs, Artémis était honoré avec des offrandes de pommes dans son temple d'Ephèse. Et puis, il y a Hercule et les pommes d'or du jardin des Hespérides, Appius qui ramena une pomme dans son pays (d'où la pomme d'api), Guillame Tell qui du faire tomber avec une flèche une pomme posée sur la tête de son fils, Blanche-Neige succomba aussi à la tentation de la pomme empoisonnée et elle tomba... dans les pommes! Tous ces mythes montrent le succès de la pomme dans notre civilisation depuis longtemps. Dans l'imaginaire populaire, elle occupe une place de choix en tant que symbole de l'amour. Pelez totalement une pomme sans rompre l'épluchure et vous serez marié(e) dans l'année. Jetez en l'air cette épluchure et en retombant, elle dessinera l'initiale de l'âme soeur attendue. Glissez une pomme sous l'oreiller et vous découvrirez son visage.
C'est d'ailleurs l'arbre fruitier le plus cultivé dans le monde. Grâce aux Grecs, le pommier se répandit très vite. Son implantation en Normandie manque de précision: XIe siècle ou XVIe siècle? En 1620, les émigrants du Mayflower introduisent le premier pommier en Amérique. Au XVIIe siècle, apparaissent les pommes de table et les pommes à cidre grâce aux travaux de La Quintinie, jardinier de Louis XIV. En France, il y aurait plus de 3000 variétés sauvées de l'oubli grâce à diverses associations (et 7 000 dans le monde). On estime que depuis les Romains, il y aurait eu 15 000 variétés de pommes en France. On distingue trois variétés de pomme: celles d'été (récoltés de juillet à septembre, pour une consommation immédiate), celles d'automne (dont la "Reine des Reinettes") et celles d'hiver (dont la "Granny Smith" et la "Golden Délicious" crée en 1860 par un américain et qui représente 50 % des pommes récoltées en France).
Le dessous de ses feuilles est cotonneux. Les corymbes de fleurs blanches ou rosées apparaissent en mai. De fin août à octobre, murissent les pommes avec 5 loges contenant une à deux graines chacune. Comme la poire, la pomme est un faux fruit: c'est le réceptacle floral qui donne la partie comestible. Le bois, blanc rougeâtre à brun clair, est recherché pour la sculpture, la marqueterie et l'ébénisterie car il est facile à travailler. C'est un bois de chauffage très calorifique. L'espérance de vie d'un pommier est de 80 ans environ.
Une association à connaitre: les Croqueurs de pomme. Nos pommes préférées: la sainte germaine ou pomme lette (la meilleure en fin de saison; excellente conservation), plusieurs reinettes, la winter banana (variété ancienne délicieuse), la belle de Boskoop (à cuisson rapide), la jubilée (Delbard)...
Savez-vous qu'on croyait, jadis, qu'un pommier greffé une année bissextile ne donnait des pommes que tous les quatre ans ?
Une question qu'on nous pose régulièrement: comment reconnaitre un pommier et d'un poirier au début du printemps alors qu'ils n'ont pas encore de fruits? Les fleurs du premier ont des pétales rosés, surtout ceux qui sont le plus exposés au soleil et celles du poirier sont totalement blanches. Le pétiole des feuilles du premier est plus court que celles du second.
Si les feuilles des pommiers et des poiriers s'enroulent au niveau de leur sommet (du printemps à l'automne), c'est l'oeuvre de la larve du xylopode du "pommier" Choreutis parianaa. En ouvrant une feuille, on voit un ou deux cocons (et de minuscules crottes noires). Pour les éliminer, il faut les écraser avec les doigts.
En été, au revers des feuilles du pommier (notamment celles du pommier sauvage, celles des variétés à croquer et celles de la bramley), on observe parfois des taches rouge sang ou rouille veloutées. Les responsables sont diverses espèces de phytoptes (acariens): le plus courant est l'ériophyide des fruits à pépins Phyllocoptes malinus. A la loupe à fort grossissement, ces macules (appelées érinoses) se révèlent être de minuscules soies globuleuses ou laineuses au sein desquelles grouillent les acariens.
La larve de la cécidomyie des feuilles de pommier Dasineura mali s'attaque aux feuilles: marge renflée et enroulée, virant au rouge et noir; chute précoce.
Lorsque les cerisiers sont recouverts d'une toile et défoliés, il s'agit de la signature de milliers de larves de l'hyponomeute du pommier Yponomeuta malinellus. Des phéromones sexuelles existent pour piéger les mâles.
La larve verte de la lyonétie de Clerck Lyonétia clerkella creuse, dans l'épaisseur de la feuille, des galeries (ressemblant à celles de Nepticula qu'on trouve couramment sur les ronces). Lorsqu'elle atteint 8 mm de long, elle se nymphose dans un abri en soie à la surface de la feuille.

Application en phytothérapie


C'est l'un des fruits indigènes les plus intéressants et particulièrement sain: "une pomme chaque matin éloigne le médecin". Cette source exceptionnelle d'agents rééquilibrants, reconstituants et éventuellement curatifs devrait être notre fruit quotidien pour ses actions apéritive, calmante, dépurative, diurétique, fébrifuge, tonique, laxative. Ses propriétés adoucissantes et calmantes sont mises à profit dans les inflammations internes et externes. Elle est antidiarrhéique quand elle est fraîche, râpée et crue (mais cuite, c'est un laxatif doux qui convient aux enfants, aux convalescents et aux personnes âgées). Elle renferme 12% de glucides, en minéraux (magnésium, potassium, phosphore, calcium, fer), des acides (malique et citrique), et des vitamines A, B1, B2, C, E et PP. Cette richesse est concentrée dans la pelure, mais pour la manger il faut être certain que le fruit n'ait pas été traité par des pesticides chimiques. Peu calorique (50 Cal/100 g), elle renforce les défenses de l'organisme et équilibre le régime alimentaire. Son parfum vient d'une essence surtout présente dans la peau. Elle favorise l'assimilation du calcium (lutte contre l'ostéoporose). Elle protège l'appareil digestif tout en le stimulant. Elle stimule les glandes salivaires à condition de bien mastiquer sa pulpe. Elle active la circulation sanguine et freine l'artériosclérose. Elle stabilise le taux de glycémie. On devrait tous faire des cures de pommes! Sa pectine combat le cholestérol. La pectine est un composé uniquement présent chez les végétaux: incluse dans les parois des cellules, elle sert à les maintenir.
Comme pour le raisin (en fin d'été-début d'automne), le jus de pomme frais (riche en polyphénols et acides gras AHA) devrait se prendre en cure printanière ou hivernale. La cure de jus de pomme frais (toujours sous surveillance médicale) est indiquée pour traiter eczéma, dermatoses, certains troubles cardiaques et obésité.
Adaptée au régime hypocalorique, la pomme est un coupe-faim naturel qui donne immédiatement une impression de satiété (comme l'avocat ou le céleri): donc, chaque fois que vous avez faim entre les repas, forcez-vous à croquer une pomme et il y a de bonnes chances que vous serez fière de l'évolution de votre silhouette quelques semaines plus tard. La pomme (mangée avec sa peau!) est un moyen réputé pour maigrir/mincir avec les plantes: en effet, elle contribue (lentement!) à réduire l'obésité, le surpoids et les rondeurs chez la femme. Elle élimine les lipides en les emprisonnant dans ses fibres.
La pomme cuite la rend tolérante auprès des estomacs les plus fragiles. Ainsi cuite et prise au petit déjeuner, elle permet de lutter très efficacement contre la constipation. Par contre la pomme crue et râpée agit contre les diarrhées.
En cosmétologie, le cataplasme de pomme cuite calme les problèmes de peau (lésions, plaies, brûlures). Mêlée à la cire ou à un corps gras, elle était prescrite contre les lésions cutanées: la pomata des italiennes de la Renaissance qui a laissé son nom au mot "pommade". Le suc frais déposé sur les plaies et les ulcères aiderait à la cicatrisation. Son jus sur la peau la protège des radicaux libres, prévient les rides, affine son grain, raffermit les visages desséchés et le relâchement de l'épiderme. Le vinaigre de pomme resserre les pores. Le mot "pommade" vient de "pomme": les Romaines entretenaient leur peau avec des pommes (piquées de clous de girofle) qui macéraient dans une matière grasse (la graisse de mouton).


Les recettes de cuisine


Chaque jour, il faudrait consommer une pomme crue (entière ou râpée), en salade de fruits ou en jus. Pour les fines tranches de pommes cuites au four et givrées avec du sucre (ou du miel) qui se caramélise (avec éventuellement un carré de chocolat), nous conseillons: la "Calville d'Oullins", la "Calville Blanc d'Hiver", le "Rambour d'été" et la "Reinette grise du Canada". Cuite (sucrée ou salée), la pomme se prête aussi à diverses préparations: gâteaux, tartes, compotes. Rajouter des fruits contenant de la pectine (pomme, groseilles, coings, agrumes) donne de la consistance aux confitures faites avec d'autres fruits ayant peu de pectine. La pomme épluchée ou coupée vire à l'ocre rougeâtre du fait de la présence des tannins. Elle s'utilise aussi séchées (comme les poires): comme les champignons, vous les découpez en fines tranches et vous les faites sécher à l'air libre enfilées et suspendues à un fil tendue à l'horizontale.
Conservée sur une couche de fleurs de sureau dans un récipient fermé, la pomme prend un goût de muscat.
Et goutez l'insolite tisane aux pelures de pommes biologiques de votre jardin!
Le jus de pomme frais (pas celui du commerce!) couvre une partie notable des besoins nutritionnels: du fait de sa concentration en sucre et de la présence de substances toniques, c'est la boisson du travailleur et du sportif.
Quant au cidre, il a certes des vertus: richesse en vitamines, nette action diurétique. Mais, attention, une consommation excessive aurait une influence néfaste sur le système nerveux et son acidité provoquerait l'apparition des gastrites (nombreuses en Normandie). La distillation du cidre donne de l'eau de vie: le calvados (Normandie) ou le lambic (Bretagne).
Alors, en hiver, plutôt que céder aux charmes facile de l'orange, laissez-vous séduire par la pomme dont la durée de conservation est bien plus longue et qui se prête à une multitude de préparations culinaires.
Vous recherchez des recettes de cuisine originales, naturelles et faciles avec les pommes? Nous vous conseillons un site plein de fraîcheur: CLIQUER ICI.

RECETTE DES POMMES D'AMOUR :
Préparer un sirop de sucre (beaucoup de sucre et peu d'eau) que vous chauffez pour qu'il s'épaississe en prenant une légère couleur caramélisée. Incliner la casserole encore chaude. Piquer une pomme sur un bâtonnet et enrober la en la tournant sur elle même pour les enduire régulièrement de sirop. Secouer délicatement pour enlever l'excédent de caramel. Laisser sécher.

RECETTE DES POMMES FLAMBÉES AU CARAMEL :
Dans une poêle, mettre une pomme, découpée en rondelles. Saupoudrer de sucre fin. Chauffer pour caraméliser le tout. Flamber avec un alcool (calvados, armagnac).

Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.