L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Pulmonaire officinale

1

Nom commun : 

Pulmonaire officinale

Nom latin : 

Pulmonaria officinalis

Autres noms : 

Herbe aux poumons. Coucou bleu. Herbe cardiaque.

Famille : 

Borraginacées

Origine : 

Europe

Taille : 

15 à 30 cm

Description


Ses feuilles sont caractérisées par des taches blanches bien délimitées qui évoquaient les alvéoles pulmonaires pour les partisans de la médecine des signatures du Moyen-âge. Elles nourrissent une petite chrysomèle.
Les fleurs attirent l'attention (notamment des bombyles, des abeilles et des bourdons) car elles apparaissent très tôt (fin d'hiver) et elles sont de deux couleurs. En effet, comme chez d'autres borraginacées (Bourrache), les jeunes fleurs-clochettes sont rosées/rougeâtres avec un faible pouvoir de séduction sur les insectes. Puis, quand pistil et étamines sont matures, les lèvres des corolles revêtent un "maquillage" bleu-violet bien plus attractif que le "rouge à lèvres". Du fait de sa perception décalée vers la droite du spectre des couleurs (par rapport aux humains), l'insecte perçoit mieux les couleurs à droite du spectre (bleu, violet, ultra-violet) que celles à gauche (rose-rouge). Le changement de couleur s'explique ainsi: le pigment anthocyanique instable est capable d'agir comme un indicateur coloré. Il change de couleur en fonction du pH du suc cellulaire (rose en milieu acide, bleu en milieu basique quand le cytoplasme de la corolle vieillit). Le virage coloré progressif n'est pas uniforme (observer bien le long des nervures).
Comme la salicaire, la pulmonaire officinale est dotée de 3 sortes de fleurs munies d’'étamines inégales et de 3 longueurs de styles, soit 18 possibilités de dissémination du pollen. Seules les fleurs rouges sont visitées par les insectes car les pétales des fleurs bleues tombent sous le poids des butineurs! Il en existe des variétés horticoles, à floraison blanche ou à feuillage plus ou moins panachés, poussant toutes à l'ombre ou à mi-ombre.
Les graines sont dispersées par les fourmis.
Dans les bois clairs, on trouve aussi P. longifolia et P. affinis.

Application en phytothérapie


Sa réputation serait surfaite, mais voici néanmoins ses principales utilisations: bronchite-toux-maux de gorge (grâce à ses gommes glucidiques), darte et engelure (en usage externe), gerçure, hémorroïdes, palpitations. Ses feuilles sont riches en mucilage et en vitamine C.


Les recettes de cuisine


Fleurs et jeunes feuilles crues hachées dans les salades (ou dans les potages) si vous ne craignez pas leur texture rugueuse: elles le sont toutefois moins que la consoude et leur saveur est plus fines. En été, les feuilles doivent cuites à la vapeur et accommodées comme des épinards. On peut aussi réaliser des beignets (voir la fiche "cucurbitacées).
Les fleurs séchées colorent les infusions de plantes. Fraiches, on les intègre aux omelettes et au fromage blanc.
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.