L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Sapin pectiné

1

Nom commun : 

Sapin pectiné

Nom latin : 

Abies alba

Autres noms : 

sapin argenté, sapin des Vosges, sapin à feuilles d'if, sapin d'Auvergne, sapin de Strasbourg

Famille : 

Pinacées

Origine : 

montagnes de l'Europe centrale et méridionale

Taille : 

30 à 40 m, parfois plus de 45 m

Description


Ce superbe géant des montagnes dresse fièrement sa majestueuse pyramide élancée jusqu'aux nues, laissant au dessous de lui les chênes et les hêtres. Comme l'indique son qualificatif "pectiné", les aiguilles sont disposées comme les dents d'un peigne de part et d'autre des rameaux stériles. Le qualificatif d'argenté provient des deux bandes de points argentés visibles sous chaque aiguille. Chaque point est un stomate, minuscule ouverture permettant d'assurer les échanges gazeux avec l'air. Les aiguilles, assez courtes (de 1,5 à 3 cm), sont droites, obtuses, plus ou moins échancrées au sommet sur les rameaux stériles de la base de l'arbre, mais en brosse et pointues sur les rameaux fertiles et stériles du sommet. Une fois tombées, les aiguilles de tous les sapins laissent une marque vaguement circulaire et non saillante sur le rameau. Les bourgeons ne sont pas recouverts de résine comme c'est le cas de la plupart des autres sapins. Les jeunes rameaux grisâtres sont pubescents (couverts de poils persistants, courts, noirâtres ou roussâtres). L'espace entre deux étages de branches correspond à l'accroissement durant une année: il suffit de connaitre l'espace entre les branches pour connaitre l'âge de l'arbre. Les fleurs unisexuées soit mâles, soit femelles sont portées sur le même arbre sur des sortes d'épis (les cônes). Sur les pousses des années précédentes, sont groupés les nombreux et courts chatons mâles, à toutes les hauteurs. Quant aux fleurs femelles, elles sont beaucoup moins nombreuses, solitaires et dressées au bout de rameaux qui ne se développent pas sur les plus hautes branches. La fleur, dépourvue de calice et de corolle, ressemble à une écaille qui est soit une étamine, soit un carpelle (cette dernière portée par une grande bractée membraneuse terminée par une pointe molle). Le sapin ne commence à fleurir que vers 40-50 ans. Heureusement, il peut vivre jusqu'à 800 ans. Les cônes brun rougeâtre, cylindriques, verticaux (10 à 15 cm) ont des bractées saillantes. Lorsqu'ils sont mûrs, les cônes de tous les sapins se désarticulent sur l'arbre même (comme ceux des cèdres): il ne reste que l'axe lignifié et pointu (rachis) rappelant la pointe d'un candélabre: c'est pour cette raison que vous ne trouverez jamais de cône entier sous l'arbre.
La cime d'abord très pointue (avec des branches pratiquement horizontales) s'étale ensuite en table vers cent ans. La couleur gris argenté très caractéristique (avec des vésicules résinifères) s'oppose à celle rougeâtre de l'épicéa dans les forêts montagnardes où ils poussent ensemble (Jura, nord des Alpes). quand les sapins sont sur pied, on peut déterminer leurs âges en comptant le nombreux d'anneaux sur les branches (le tronc se forme par le développement successif du bourgeon terminal ou turion). Si ce bourgeon terminal dépérit , l'arbre cesse de grandir et parfois meurt. Aussi, le sapin développe d'abord ses bourgeons latéraux avant le développement de ce bourgeon terminal, lui même protégé par des feuilles naissantes réunies sous une calotte coriace, imperméable et résineuse.
Le sapin pectiné, peu sujet à l'adaptation, exige absolument une humidité atmosphérique élevée et une certaine froideur du climat (moyenne annuelle des températures inférieure à 8°, tout en étant -paradoxalement- sensible aux gelées printanières à l'époque du débourrement). On le trouvera donc surtout dans l'étage humide de la montagne (avec des terres profondes pour satisfaire son enracinement profond): Vosges, Jura, Alpes du Nord, Massif central, Pyrénées, quelques points en Corse. Au sud de son aire de répartition, il se localisera aux ubacs. L'homme l'a aussi planté en plaine dans des régions au climat océanique suffisamment humide: collines de Normandie (il croit même spontanément près de Laigle), Basse-Bretagne, Morvan. Vers &765, il a été introduit en Scandinavie où il couvre maintenant d'immenses étendues. Cette essence d'ombre a besoin d'être abritée dans sa prime jeunesse. Sa croissance est très lente durant les dix premières années: un semis de ces arbres ne se distingue des herbes que vers la cinquième ou sixième année.
Comme les pins maritimes de notre forêt landaise, il est porteur de balais de sorcières. Ces malformations sont dues à la rouille (champignon microscopique) dont le mycélium provoque une poussée désordonnée d'une multitude de rameaux, ainsi qu'un renflement du tronc et des branches.
Lorsqu'on effectue une coupe, on commence toujours du côté où le vent est le moins fort afin que les lisières qui sont sur le côté opposé continuent à protéger la forêt qui, sans cette précaution, pourrait être renversée. A l'âge de 20 ans, le sapin peut servir de bois de charpente et de chevrons; à 30 ans, il est assez fort pour y tailler des poutres. C'est le plus estimé de nos résineux indigènes pour son bois qui est d'ailleurs fort peu résineux. Inodore, léger (densité: 0,45 à 0,50), blanc grisâtre dépourvu de coeur coloré (avec un bois d'été plus ou moins rougeâtre). Il résiste bien à la traction, à la compression, à la flexion et aux chocs. Un proverbe affirme: "Chêne debout et sapin de travers porteraient l'univers"! Pour avoir les qualités optimales, l'arbre doit pousser lentement (donc en altitude). Alors, il peut mériter l'appellation "bois de résonance" et être utilisé par les luthiers et les facteurs de piano. Les anciennes digues hollandaises et le cheval de Troie aurait été construits avec du bois de sapin selon certains. Par contre, c'est un combustible médiocre qui pétille et qui fume énormément. Il fournit un très bon charbon de bois.
La décoction des jeunes rameaux teint la laine en marron.. Parfois, en cas de pénurie de fourrage, le feuillage sert à nourrir les moutons en hiver. Quant aux jeunes feuilles, elles sont très appréciées des lapins. Sur la Communauté Urbaine de Bordeaux, un exemplaire se trouve au Jardin botanique de Talence dans le parc de Peixotto (à proximité d'un mélèze).

Si le sapin pectiné est notre sapin indigène, quelques sapins exotiques (parmi la quarantaine d'abies poussant tous dans la zone tempérée de l'hémisphère nord) ont été introduits en France:
- Le sapin de Nordmann Abies nordmanniana, encore appelé sapin de Crimée ou sapin du Caucase (découvert dans le caucase en 1836 par le botaniste finnois A.von Nordmann; introduction en Europe vers 1846). Ses aiguilles (2 à 3 cm) luisantes, vert sombre, tronquées ou échancrées au sommet, avec deux bandes argentées dessous, se distinguent du précédent par leur implantation en brosse dense (ronde ou demi-ronde), rabattues vers l'avant et cachant presque complètement le dessus du rameau. Les cônes, plus trapus et plus arrondis que chez le pectiné, ont des bractées réfléchies et saillantes. Les jeunes rameaux deviennent rapidement glabres. Isolé, il conserve longtemps ses branches basses, ce qui est un atout pour l'ornementation des parcs et jardins. Il supporte les grands froids car il débourre plus tardivement que le sapin pectiné. Il a été planté en plaine dans des zones trop sèches pour le sapin pectiné. De plus, étant de végétation plus tardive, ses inflorescences sont moins gélives que ce dernier en zones froides. Il se contente d'une pluviosité faible et supporte le calcaire.
- Parmi les autres sapins européens ne poussant pas initialement en France et introduits en région méditerranéenne, citons le sapin de Céphalonie Abies cephalonica (planté aussi en Aquitaine; aiguilles très piquantes avec deux bandes blanches en dessous, insérées perpendiculairement en brosse dense ou plus ou moins en écouvillon; bractées saillantes), le sapin de Cilicie Abies cilicica (aiguilles en brosse peu dense, ne cachant pas le rameau; bractées non saillantes), le sapin de Numidie Abies numidica et le sapin pinsapo Abies pinsapo (à la cime irrégulière, sombre, caractérisé par ses rameaux en goupillon; aiguilles courtes: 1 à 1,5 cm; cônes avec bractées de taille inférieure aux écailles).
- Le sapin de Vancouver Abies grandis, encore appelé sapin de Californie ou sapin palmier (car ses branches coupées rappellent celle du cycas), originaire de l'ouest de l'Amérique du Nord, porte de longues (jusqu'à 6 cm) aiguilles mais de taille fort inégales, à odeur de citronnelle (lorsqu'on les froisse; comme le Douglas), avec deux bandes blanches dessous, bien visiblement disposées sur deux rangs, très aplaties. Les rameaux sont olivâtres et glabres. Les bourgeons sont très résineux. Les bourgeons sont couverts de résine. L'écorce reste longtemps lisse (avec de nombreuses pustules contenant de la résine) avant de se fendiller finement. Ses cônes sont très petits (inférieurs à 10 cm de haut). Les bractées des cônes sont invisibles (car plus petites que les écailles). Cette essence d'ombre pousse plus vite que le sapin de Nordmann: des espèces introduites, c'est probablement celle qui pousse le plus vite (elle atteint jusqu'à 80 m de haut, mais elle exige de l'humidité atmosphérique)et il peut donc être traité en courte révolution pour la production de bois. Il a donc été planté dans l'Ouest de la France, de la Bretagne à la Haute-Vienne (là, à Jonchère, on trouve des arbres de 45 m de haut). La longueur et la pâleur de ses fibres conviennent à l'industrie papetière. Son bois tendre et léger a peu tendance à travailler sous l'influence des conditions atmosphériques; aussi, est-il apprécié dans l'industrie du bâtiment.
- Le magnifique sapin du Colorado Abies concolor (Montagnes Rocheuses) porte de grandes (7 cm voire 8 cm de long) aiguilles gris-bleuté (disposées en grosses brosses dressées) et des jeunes cônes souvent bleu-violet foncé en général qui virent ensuite au brun. Une pluviométrie de 650 mm de pluie/an lui suffit. Il résiste au froid et au calcaire. Il convient pour le Midi.
- Son cousin le sapin de Low Abies lowiana (Sierra Nevada) offre un aspect bleuté au bout des rameaux. Il a des aiguilles assez grandes (jusqu'à 6,5 cm), pectinées, recourbées vers le haut (laissant un espace vide dessus le rameau). Les écailles du cône vert-gris sont souvent violacées sur les bords. Il aime l'humidité atmosphérique.
- Le sapin noble Abies nobilis (Washington, Orégon; introduit en Europe vers 1830), encore appelé sapin de l'Orégon ou improprement "sapin bleu" se reconnait à ses aiguilles aplaties et très glauques, concolores (non munies de deux bandes blanches), très serrées. L'écorce gris clair et rappelle une peau d'éléphant. La jeune écorce contient des ampoules de résine. Les énormes cônes cylindriques très longs (15 à 25 cm) sont d'un brun pourpré à maturité (avec des bractées très aiguës, longuement saillantes et rabattues, le cachant presque complètement). Les aiguilles quadrangulaires ont quatre sillons plus pales. Celles poussant sur le dessus du rameau sont à base coudée, appliquées à leur base à la face supérieure des rameaux qu'elles masquent presque complètement, puis dressées en brosse. Mais celles poussant dessous le rameau s'étalent horizontalement. Le sapin noble a besoin d'une certaine humidité. Son tronc assez fortement conique le rend assez impropre à la production de bois de charpente.


Application en phytothérapie


Ses propriétés médicinales sont celles du pin et de l'épicéa (pour des informations plus précises, voir ces deux fiches sur notre site Web). Jadis, les montagnards de l'est de la France escaladaient les sapins avec des souliers à crampons et crevaient, avec une corne de boeuf percée et épointée, les ampoules saillantes de l'écorce des jeunes arbres pour recueillir, dans une bouteille fixée à la ceinture, la résine (térébenthine d'Alsace, térébenthine des Vosges, térébenthine de Strasbourg, lagrimo = larme du sapin!). En effet, la résine ne peut s'écouler qu'en cas de blessure. Dans le cas contraire, le tronc et les branches stockent cette résine qui est un ensemble de déchets organiques que l'arbre est incapable d'éliminer.
Les aiguilles contiennent beaucoup de vitamines A. Les bourgeons aideraient à fixer le calcium et seraient donc utiles aux rachitiques, aux caries dentaires et aux diverses décalcifications osseuses.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.