L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Sequoia

1

Nom commun : 

Sequoia

Autres noms : 

Wellingtonia

Famille : 

Taxodiacées, aujourd'hui incluse dans les Cupressacées

Origine : 

Californie

Taille : 

jusqu'à plus de 110 m

Description


Savez-vous que les mythiques séquoias californiens pointant leurs têtes dans les nuages se trouvent tout près de chez vous? 150 ans à peine après leur plantation, ce sont déjà les plus grands arbres de notre flore européenne. Et pourtant, les plus grands cônes de ces géants mesurent moins de 7 cm, leur écorce est relativement douce et leurs feuilles plutôt molles et légères! De plus, les gigantesques séquoias ne sont pas invasifs (pas de reproduction naturelle en Europe).
Le nom de ces arbres géants serait un hommage à un chef indien cherokee (Sequoyah ou See-Quayah), deux ans après sa mort en exil au Mexique. Le séquoia peuplait autrefois l'Amérique du Nord et l'Europe, avant les grandes glaciations du Quaternaire: il y a soixante millions d'années, il existait jusqu'à une quarantaine d'espèces. Puis, son aire de répartition a considérablement régressée. Son extinction en France date "seulement" de 12000 ans. Heureusement, les explorateurs de la seconde moitié du XXe siècle ont ramené des graines du Nouveau continent et les plus vieux séquoias européens sont donc des "jeunots" de 150 ans qui frisent (quand même!) les cinquante mètres de haut. En 150 ans à peine, ils sont donc rapidement devenus les plus hauts arbres de notre flore européenne (avec des circonférences de plus de 10 m à hauteur d'homme)!! Si le réchauffement climatique n'entrave pas leur développement futur (car "l'arbre des brouillards" a besoin d'une assez forte humidité atmosphérique), ils finiront, avec le temps, par concurrencer leurs frères américains par leur taille. Alors, rendez-vous en l'an 3000 ?
Le bois et l'écorce(cette dernière de consistance moelleuse et s'exfoliant en bandes), riches en tanins, sont de couleur rouge (d'où le nom anglais "Redwood"). Même abattu et gisant au sol, il ne se dégrade pas car il présente une remarquable résistance aux champignons et aux insectes (dont les termites). Souvent foudroyé du fait de sa grande hauteur, il résiste aussi aux incendies du fait de l'absence de résine, de son écorce ignifuge (non combustible) et nue sur une grande hauteur (surtout le S. sempervirens) et de son écorce épaisse (jusqu'à 1 m à la base pour les plus gros exemplaires). Pour se reproduire, il a même besoin des incendies (espèce pyrophyte surnommé "arbre Phénix"): d'abord pour l'ouverture de ses cônes sous l'action de la chaleur (libération des graines), ensuite pour dégager le sol des plantes concurrentes et l'augmenter en sels minéraux (car il n'aime pas l'humus). Il pousse vite quand il est jeune, surtout au soleil et dans un sol profond avec beaucoup d'eau. Dès le début de sa croissance, le séquoia se stabilise en développant une pivot vertical et il n'est donc guère transplantable (d'où la nécessité de le semer en place), puis ses racines s'étalent surtout horizontalement sur un rayon de 30 m et à une profondeur n'excédant 1,50 m. Aussi, il ne faut pas imperméabiliser le sol sur cette surface car le séquoia a besoin d'énormément d'eau pour vivre. Il craint d'ailleurs les sols compacts et asphyxiants. Une fois centenaire, il atteint 2 m de diamètre: il continuera alors à s'accroitre plutôt en diamètre qu'en hauteur.

Le mot séquoia est confus car il désigne deux ou trois espèces... appartenant à deux (ou trois) genres différents: sequoia et sequoiadendron (et metasequoia). A cela s'ajoute l'extraordinaire saga des noms scientifiques successifs (que nous ne présenterons pas ici).

- LE SEQUOIA GÉANT ou Sierra Redwood Sequoiadendron giganteum (ou Wellingtonia gigantea):
Son aire de répartition naturelle est actuellement très limitée: le versant ouest de la Sierra Nevada (Californie Centrale), entre 1300 et 2300 m d'altitude. Le peuplement principal se situe à Tulare (à 1500 - 2500 m d'altitude). L'arbre résiste au froid extrême (- 20°) qui affecte toutefois ses feuilles. Heureusement, il a été largement diffusé ailleurs dans le monde: ainsi, rien qu'en France, on en recense au moins 5000 exemplaires.
C'est le plus volumineux des arbres*: aux États-Unis, le Général Shermann a un volume 1400 m3 et 2100 t (vingt fois plus qu'une baleine bleue, quarante fois plus qu'un brontosaure); il est âgé de 2700 ans (il avait donc déjà 1500 ans à l'époque de Charlemagne!). En Europe, l'arbre le plus élevé (55 m) se situe dans un alignement, en Écosse, à Benmore. En France, le plus gros se trouve sur la commune de Chalus (Vienne) avec une circonférence de plus de 13 m (à 1,50 m au dessus du sol). Le plus élevé serait un exemplaire de 58 m, près de Ribeauville, dans le Haut-rhin (information communiquée par W. Kaufmann). Dans notre pays, les alignements les plus grands se trouvent dans le Parc de Villeroy (Mennecy 91) et à Villeneuve-en-Montagne (71). Un bosquet de 400 arbres est visible au golf du Parc de Nantilly (28) et un autre de plus d'une centaine d'arbres à l'arboretum de La-Roche-Guyon (95).
L'inventaire national des séquoias géants pour notre commune de Mérignac en recense trois exemplaires remarquables: deux au Parc du Bourran et un autre rue Fustel-de-Coulanges (non loin du stade du Jard). Un autre exemplaire se trouve à Eysines (146, avenue du Médoc). Pour les autres communes ou départements, nous vous invitons à consulter le site: http://www.sequoias.eu/Pages/Geo/aquitaine.htm. Le top 40 des séquoias géants français concernent les arbres ayant au moins 9 m de circonférence (à 1,30 - 1,50 m de haut sur le tronc): hélas, aucun d'entre eux ne pousse dans notre région Aquitaine (le plus proche est à Bagnères-de-Luchon).
Découvert par John Bidwell (1841), le sequoia géant a été introduit en Europe à partir de 1853 et en France en 1860 (1853 en Europe). Il est plus massif et moins élevé (90 m) que le sequoia toujours vert. Son tronc s'élargit vers la base. L'écorce, rêche et brun-rouge, est fibreuse et fissurée. Les feuilles (vert sombre) rappellent les courtes ÉCAILLES imbriquées du cyprès. Elles sont légèrement piquantes, disposées en spirale et COLLÉES autour du rameau pendant. Lorsqu'on les froisse, elle dégage une odeur d'anis. Les inflorescences mâles de 7 à 10 mm de long sont déjà visibles en automne, mais ne s'épanouiront qu'en avril-mai (les fleurs femelles vertes ne mesurent qu'un millimètre!).
Les cônes globuleux et compacts ont 3 - 7 cm de diamètre. Une fois mûrs au bout de deux ans, ils restent encore sur l'arbre.
Il est rustique, mais il déteste les sols secs et l'ombre.
Actuellement, il n'existe que dans 75 forêts de la Sierra Nevada californienne. En un siècle (1852-1952), un tiers des forêts ont été détruites, parfois à l'aide d'explosifs (avec 75% de bois déchiqueté perdu). Heureusement, actuellement, l'exploitation est très réglementée: 90% des forêts de séquoias géants sont protégées car elles se trouvent dans des Parcs Nationaux. Il est vrai que son bois n'a guère de valeur: il est transformé en modestes crayons, en piquets, en poteaux de construction et en panneaux agglomérés (car il a de longues fibres).
* Il existe un cyprès de marais mexicain (ou cyprès de Montézuma) Taxodium mucronatum plus volumineux (36,6 m de circonférence) au Mexique, à Santa Maria del Tule.
Quant au baobab, son tronc est plus gros, mais sa hauteur est faible comparée au séquoia.

- LE SEQUOIA TOUJOURS VERT S. sempervirens, Coast Redwood ou Séquoia à feuilles d'if (Tall Tree):
Les trois photographies ci-dessus ont été prises au parc de Bourran, à Mérignac, près de l'entrée donnant sur l'avenue de la Marne (arbres portant les numéros 23).
Craignant le gel fort, il pousse du nord de la Californie (baie de Monterey) au sud de l'Oregon (quelques parcelles, à faible altitude, dans les zones à ombre modérée, pluvieuses et humides de l'étroite bande sur la côte Pacifique. Mais, le séquoia géant, lui, pousse en altitude et en plein soleil. Depuis longtemps, les Indiens-indigènes utilisaient son bois pour y creuser des canoés ou pour bâtir des maisons. Les premiers européens à l'avoir vu, de la mer (de loin!), furent successivement: F. Drake lors de son tour du monde (1579), diverses expéditions espagnoles avec des débarquements terrestres: Sebastian Vizcania (1602-1603), Gaspar de Portolá(1769) dont un membre de l'expédition fit la première description. Le premier découvreur scientifique fut le botaniste tchèque Haenke (1791), mais -comme il est resté en Amérique et que ses échantillons ramenés en Espagne n'ont guère été exploités-, la postérité a retenu le nom du botaniste et médecin Archibald Menzies (1791-1795) qui l'introduisit en Angleterre en 1846. En France, il apparait seulement en 1860. Alors que les Espagnols ont respecté cet arbre, les Russes eux l'ont exploité de 1812 à 1842, puis les immigrants américains (les chercheurs d'or à partir de 1850). Avec sa base trapue et ses branches en arceaux, sa silhouette est plus fine, plus colonnaire (voir la photographie de droite), plus élancée, moins conique que le sequoia géant: Les branches principales ne sont portées que sur les deux-tiers supérieures de sa hauteur (voir la photographie de gauche). Elles sont d'abord étalées à l'horizontale, puis retombantes. Les aiguilles, vert vif, de 2,5 cm de long, disposées sur deux rangs sur la tige, sont aplaties comme celles de l'if (voir la photographie centrale) et non en alènes comme chez le séquoia géant. Comme elles sont plus longues au milieu du rameau, le feuillage de ce dernier évoque vaguement l'ovale d'une raquette. Les feuilles sont portées horizontalement sur des ramilles latérales. Tout l'arbre (et surtout l'écorce profondément fissurée verticalement) dégage une odeur de résine (semblable à celle du pin). La floraison, peu visible (inflorescence de 7 mm) a lieu en janvier-mars. Ses cônes ovoïdes et aérés n'ont qu'1,5 à 3 centimètres de large (12 à 20 écailles): ils mûrissent en un an.
Comme son bois a une valeur bien plus grande que celle du séquoia géant, il fut largement exploité jusqu'en 1930. Sous la pression des pionniers de l'écologie (animés par l'idée religieuse du respect de la vie), quatre premiers parcs furent crées en 1921, reconnus Parcs d'État en 1927 et il a fallu attendre 1968 pour voir le premier Parc National: le Redwood National Park, dont le sequoia sempervirens est désormais le fleuron principal. Cet arbre emblématique est encore l'enjeu de querelles écologiques aux U.S.A. car son bois, léger et résistant, est très apprécié dans les constructions où la contrainte mécanique est faible (menuiserie extérieure, lambris, revêtements). Aujourd'hui, des associations se créent pour le protéger de l'emprise urbaine dans la région de Santa-Cruz et de la Silicone Valley. Des 810 000 ha de 1850, il ne resta, à ce jour, que 34 000 ha soit 96% de la superficie anéantie en un peu plus d'un siècle et demi! L'écorce sert d'isolant ou de mulching pour le jardin.
C'est le plus grand arbre existant*: découvert au XXIe siècle (2006), le plus grand (au monde) est l'Hypérion (nom d'un titan dans la mythologie antique) avec 115,5 m de haut: il est bien plus haut qu'un immeuble de 30 étages et il dépasserait le campanile de l'Église Saint-Michel de Bordeaux (qui est pourtant le clocher le plus haut du Sud-Ouest: 114 m). Chose surprenante: ce géant est parfois cultivé en bonsaï!
C'est le seul conifère qui compte une cinquantaine d'individus albinos dans le monde (feuilles de couleur blanche car dépourvues de chlorophylle!): leurs racines vivent en parasite sur celles des séquoias normaux.
En France, les sequoias à feuilles d'if atteignent 40 m de haut au bout de 100 ans environ. En Gironde, le plus bel exemplaire que nous ayons pu admirer lors de nos balades dans la nature est probablement celui du Parc de Geneste de Louens, au Pian Médoc (40 m de haut). Voici un lien pour avoir l'inventaire actuel des séquoias à feuille d'if dans notre région (Aquitaine): cliquer ici pour voir le site .
* Il n'est pas impossible qu'il existe quelque part, en ce moment, un séquoia sempervirens encore (légèrement) plus grand et restant à découvrir... Le plus grand être vivant connu des temps modernes (mais aujourd'hui disparu) fut un eucalyptus australien: le Ferguson Tree avec 132 m. Néanmoins, des doutes subsistent quant la réalité de cette hauteur. Par contre, on est certain que des douglas de plus de 120 m (127 m pour le plus grand) furent abattus au XIXe siècle aux U.S.A. et au Canada. Diverses études scientifiques ont montré que la taille maximale d'un arbre sera toujours inférieure à 140 m.

- LE METASEQUOIA: voir la fiche consacrée à cette arbre.


Application en phytothérapie


Les bourgeons de sequoia ont la réputation d'agir sur l'adénome de la prostate et de favoriser ainsi un meilleur confort urinaire. Ils sont aussi de remarquables toniques sexuels, agissant sur le système endocrinien: ils augmentent la spermatogenèse. Enfin, ils favorisent la reconstruction osseuse.


Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.