L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Sureau rouge

1

Nom commun : 

Sureau rouge

Nom latin : 

Sambucus racemosa

Autres noms : 

Sureau à grappes, sureau corail, sureau sylvestre

Famille : 

Caprifoliacées

Origine : 

Europe

Taille : 

3 m en moyenne (2 à 10 m)

Description


Plus petit que le sureau noir, il s'en distingue par ses rameaux brun rougeâtre. Si vous trouvez un sureau à plus de 1500 m d'altitude, c'est un sureau rouge car il est surtout montagnard, bien qu'il se rencontre aussi en plaine sur les sols frais des forêts de feuillus caducs(Nord et Nord-Est de la France). Ses inflorescences sont plus petites, jaunes (avril-mai) et en grappes. En juillet-septembre, il forme des têtes denses de petits fruits TOXIQUES crus, de couleur écarlate (rouge corail vif). Les oiseaux les apprécient beaucoup. Lors de nos sorties éco-touristiques et de nos balades dans la nature en Gironde, nous n'avons guère trouvé le sureau rouge, contrairement au sureau noir et au sureau yèble.
Comme il est avide de lumière, il se montre envahissant dans les clairières et les coupes. Il se multiplie facilement par boutures. Vous pouvez lui donner une originale forme arbustive en éliminant les rejets et les branches basses. Il a sa place au jardin parmi les bouleaux et les cytises.

Application en phytothérapie


Baies à forte teneur en pectine, vitamine C et en carotène. Ses propriétés sont celles du sureau noir, mais en plus atténuées.


Les recettes de cuisine


BAIES ÉMÉTIQUES ET TOXIQUES CRUES MÊME EN FAIBLE QUANTITÉ. Ne mangez pas ses baies crues: il faut les faire cuire longtemps! Passer le jus sur un tamis pour retenir les nombreuses graines désagréables sous la dent et réaliser des gelées et des sirops acidulés. L'ajout de très faibles quantités de ce jus, riche en pectine, à d'autres confitures facilite leur coagulation.
Deux jeunes pousses ça va, trois bonjour les dégâts! Et toujours après les avoir fait longuement cuire! Si vous avez des maux de tête, allez aux urgences! Idem pour les jeunes fleurs!
A NE PAS CONFONDRE AVEC D'AUTRES BAIES ROUGES TRÈS TOXIQUES (tamier, viornes mancienne et obier) et avec le nauséabond sureau nain (hièble).
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.