L'Écotourisme en Gironde

Entrer le nom d'une plante :

Tomate en arbre

1

Nom commun : 

Tomate en arbre

Nom latin : 

Cyphomandra Betacea

Autres noms : 

Solanum betaceum, solanum crassifolium, cyphomandra crassifolia, tamarillo, tomate de La Paz, cyphomandre bétacée, tree tomato, prune du Japon, hardy tree tomato, maracuja tomate (Madère).

Famille : 

Solanacées

Origine : 

Pérou, Argentine

Taille : 

1-2 m

Description


Le nom de tamarillo est un nom « exotique » donné en 1967 par les producteurs néozélandais pour doper les ventes. C'est en 1913 que les premières graines (venant d'Argentine) furent importées aux États-Unis par le Département de l'Agriculture.
D‘'une longévité moyenne de 10 ans (si elle est bien entretenue), cette plante exotique, originaire du Pérou et de l'’Argentine, est idéale pour le jardinier débutant et avide de curiosités botaniques.
Elle pousse dans un sol drainant (mais humide en plein été), riche (engrais à tomate à double dose, une fois par semaine), au soleil (été comme hiver). Elle n’'est hélas pas rustique (zone USDA 9b et plus): il ne survit à l'hiver que dans la zone de l'oranger puisque ses parties aériennes gèlent à - 3°C (Cyphomandra corymbiflora serait plus rustique). De croissance rapide (3 m de haut, avec une cime étalée en ombelle sur 2 m de diamètre), elle doit être placée à l’'abri du vent car sa tige est cassante.
On la reproduit facilement par bouturage qui est préféré au semis car la mise à fruit est plus rapide (12 mois par bouturage et 18 mois par semis), mais cette méthode favorise la transmission des maladies virales. Le semis se pratique en février-mars, à chaud (20-25°C) comme celui des tomates: les graines lèvent rapidement. Quant au bouturage, il faut attendre 8 semaines pour voir apparaitre un réel enracinement. La bouture de 10 cm, enduit d’une hormone de bouturage à son extrémité coupée, est placée, à l’'étouffée, dans un mélange de tourbe et de sable relativement humide.
Plus tard, la taille des branches fournira d'autres boutures et donnera un port moins dégingandé à l’'arbuste en favorisant les ramifications latérales. Les rameaux d’'abord verts et herbacés deviennent ensuite bruns et se lignifient.
Ses feuilles en forme de coeur, d’'un vert brillant (merveilleusement teintées de pourpre à l‘'état juvénile), sont très grandes (30 cm) et larges, veloutées: elles ressemblent vraiment à celles des catalpas. Persistantes, elles tombent néanmoins en cas de sécheresse ou de froid. Au froissement, elles dégagent une odeur (désagréable?) rappelant vaguement celle des cacahuètes.
Sous nos climats, la plante ne fleurit (et donc ne fructifiera) que la deuxième année en général (sauf s'il est rangé en serre l'hiver où il peut alors y avoir une floraison tardive en fin d'automne). Vers la fin du printemps (mai-juin), les fleurs roses violacées (et à étamines jaunes), hermaphrodites, au parfum de jasmin, apparaissent à l’'aisselle des feuilles, en grappes de 8 à 10: elles dégagent une agréable odeur de caramel. En serre (8-10°C en hiver + attention aux pucerons et aux aleurodes), pour compenser l’'absence d’'insectes, il faut les polliniser manuellement en passant des coups de pinceau sur toutes les fleurs.
Les fruits satinés et ovales (en forme d‘œ'oeufs de 5-10 cm de long), d’'abord verts frangés de violet, existent en deux variétés commerciales: ceux à peau dorée et à chair jaune (les meilleurs), ceux à peau bordeaux et à chair orange.

Application en phytothérapie


Rouge ou jaune, son fruit est riche en vitamines (A, E, C), en phosphore et en calcium.
Acné, appétit, asthénie, constipation, épidémie, goutte, peau, piqûres, psoriasis, rhumatisme, teint, urée


Les recettes de cuisine


A l’'exception des fruits BIEN MÛRS, toute la plante est toxique. Pour une meilleure conservation, il faut cueillir le fruit avec son pédoncule. S'il est mûr, il embaume et il cède à la pression du doigt. Avant de manger les tomates en arbre (cueillette de novembre à janvier), il faut absolument les épépiner et surtout enlever la peau épaisse et amère. Leur pulpe, riche en pépins noirâtres, est sucrée et acidulée, un peu âcre, peu parfumée mais très rafraichissante: la saveur tient à la fois du melon, de la groseille à maquereau, de la physalis du Pérou et de la tomate!
On consomme les tamarillos crus (ouvert en deux, à la cuillère avec de la mozzarella, du jus de citron; salade de fruits exotiques et salades ordinaires), en jus de fruits (" en leche" en Colombie), en conserve, confits dans le vinaigre, en sorbet, en compote (réduits dans du sirop de sucre) ou en gelée (salée ou sucrée), en accompagnement de plats (poissons), etc…...
Toutes les informations culinaires ou phytothérapeutiques ne sont données qu'à titre indicatif.
Merci de consulter un professionnel de la santé avant toute utilisation.